NoCopy.net

L'ESPAGNE DES HABSBOURG

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Grand oral du bac : LE DESSIN ANIMÉ Grand oral du bac : Histoire de LA DÉMOCRATIE >>


Partager

L'ESPAGNE DES HABSBOURG

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : L'ESPAGNE DES HABSBOURG



Publié le : 2/2/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
L'ESPAGNE DES HABSBOURG
Zoom

À la fin du xvie siècle, l’Espagne peut encore apparaître comme une formidable puissance: maître indiscutable de l’Occident, arbitre des guerres de Religion en France et vainqueur des Turcs à Lépante (1571), le roi n’a toutefois pas réussi à s’imposer de façon définitive sur les mers, nouveaux lieux d’affrontements politiques et économiques des puissances européennes. Aussi, lorsqu’il meurt (1598), son successeur Philippe III hérite en réalité d’un empire dont la fragilité ne va pas tarder à se manifester.

 

La fin de la prépondérance espagnole

 

Dès le début du règne de Philippe III (1598-1621), les signes d’épuisement se multiplient dans la péninsule Ibérique. La peste et la famine accroissent alors son dépeuplement (guère plus de 6 millions d’Espagnols contre 8 millions au siècle précédent). L’artisanat s’effondre et le commerce avec l’Amérique se trouve dans une période de stagnation dont rien n’indique qu’il puisse en sortir. Dans un tel contexte, Philippe III fait preuve de réalisme et de prudence, réduisant notamment ses interventions sur les champs de bataille européens. En 1604, il signe la paix avec l’Angleterre, où Jacques Ier a succédé à Élisabeth I\" en 1603.

 

Sur le plan intérieur, les problèmes économiques et monétaires, consacrés par la crise de l’industrie castillane, contraignent Philippe III à procéder aux premières dévaluations. En 1609, la signature de la trêve de Douze Ans reconnaît de facto l’indépendance des Provinces-Unies. L’expulsion des morisques (1609-1611) renforce l’unité et la paix intérieure de l’Espagne, mais cause des difficultés économiques dans quelques régions, notamment à Valence et à Grenade. Enfin, les bons rapports établis avec Marie de Médicis, régente de France (1611), permettent à l’Espagne d’être plus active en Italie et de mener des guerres contre la Savoie de 1614 à 1617, et contre Venise (1613-1617). Sous le règne de Philippe III, la vie littéraire connaît un remarquable essor, avec, en particulier, la publication du Don Quichotte de Cervantès (1605-1615).

 

Son successeur, Philippe IV (1621-1665), sous l’emprise de son ministre Olivares, décide d’engager à nouveau l’Espagne dans l’aventure impériale. Les premières interventions des troupes espagnoles dans la guerre de Trente Ans se soldent par les victoires de la Montagne-Blanche (1620), de Breda (1625) et de Nordlin-gen (1634).

 

Mais, dès 1635, l’entrée dans ce conflit de la France du cardinal Richelieu, alliée des puissances protestantes, rend de plus en plus précaire la position de l’Espagne. En 1639, la flotte de Philippe IV est défaite devant les Dunes, précédant les premières défaites des tercios : Rocroi (1643), Lens (1647) marquent la fin de la prépondérance militaire de l’Espagne. L’effondrement de l’hégémonie des Habsbourg est confirmé par

L’Espagne au xvi’ siècle. L’unité du royaume hispanique devint effective en 1479 avec le mariage de Ferdinand II et d’Isabelle de Castille. La conquête de Grenade en 1492 et de la Navarre en 1512 compléta les possessions des Rois Catholiques.

▼ Arquebusier espagnol.

 

Les compagnies d’arquebusiers se révélèrent très efficaces sur tous les champs de bataille.

les traités de Westphalie (1648) qui dessinent une nouvelle carte de l’Europe sur laquelle figurent des Provinces-Unies désormais indépendantes.

 

Au plan intérieur, Philippe IV doit faire face à une grave crise politique. L’autoritarisme d’Oli-vares heurte de plus en plus la Catalogne et le Portugal. Aussi, en 1640, ces deux principautés se révoltent-elles conjointement contre Madrid : la première revient dans le giron espagnol après avoir fait quelques mois durant l’expérience malheureuse d’un gouvernement français. En revanche, la seconde se donne un roi, choisi dans la dynastie des Bragance, et engage la lutte pour son indépendance.

 

Contestée par le Portugal, amputée du Roussillon et de l’Artois qui reviennent à la France (traité des Pyrénées, 1659), privée de la Franche-Comté à la fin de la guerre de Dévolution (1667-1668), l’Espagne n’est alors plus qu’une puissance de second rang.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : L'ESPAGNE DES HABSBOURG Corrigé de 2715 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "L'ESPAGNE DES HABSBOURG" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

L'ESPAGNE DES HABSBOURG

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit