NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La situation des sans-papiers en France La démographie en France >>


Partager

États-Unis : la suppression du « welfare »

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : États-Unis : la suppression du « welfare »



Publié le : 4/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
États-Unis : la suppression du « welfare »
Zoom

Institué lors de la première présidence de Franklin Delano Roosevelt dans les années trente, amélioré sous celle de Lyndon Baines Johnson au cours des années soixante, le welfare ou « aide sociale » vient d\'être démantelé aux États-Unis.

 

Un Congrès majoritairement républicain et un président démocrate, Bill Clinton, ont mis fin, de concert, à soixante et un ans de politique d\'assistance minimale à l\'égard des franges les plus démunies de la population américaine.

 

La nouvelle loi promulguée le 22 août 1996 s\'intéresse moins au sort des pauvres et à leur avenir qu \'à la limitation de leur coût pour le budget fédéral.

 

Elle transfère donc aux Etats et aux comtés les responsabilités qui incombaient jusqu \'alors à l\'État fédéral.



UNE PRESSE HOSTILE

 

Dans sa grande majorité, la presse américaine a sévèrement critiqué la suppression du welfare et la décision électoraliste du président Clinton. Dans son édition du 15 septembre 1996, le New York Times a fait remarquer que les entreprises privées, sollicitées par les États pour gérer le marché du welfare, n\'hésiteront pas un instant, « si les bénéfices l\'exigent, à opérer des coupes drastiques dans les crédits de l\'aide sociale ». Dans un éditorial du mois précédent, l’hebdomadaire The Nation avait qualifié la suppression des bons de nourriture de « clause de la faim ». C’est probablement cette mauvaise presse qui est à l\'origine de la reculade de Bill Clinton, qui, une fois réélu le 5 novembre, a déclaré être prêt à corriger la loi signée trois mois auparavant.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1034 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "États-Unis : la suppression du « welfare »" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit