LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Grand oral du bac : Sciences et Techniques L' ... DIANA SPENCER >>


Partager

Grand oral du bac : LES GRANDES DÉCOUVERTES

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Grand oral du bac : LES GRANDES DÉCOUVERTES



Publié le : 1/2/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Grand oral du bac : LES GRANDES DÉCOUVERTES
Zoom

Certaines cartes de l’époque indiquaient que l’Afrique s’étendait jusqu’à la Terra incognito (Terre inconnue), qui, disait-on, était un continent placé dans le bas du monde. Il appartint à Bartholomeu Dias, lors de son expédition de 1488, de prouver que l’Afrique se terminait par une pointe (cap de Bonne-Espérance). En 1497-1498, Vasco de Gama remonte la côte orientale de l’Afrique, traverse l’océan Indien et jette l’ancre à Calicut, au sud de l’Inde. Son retour à Lisbonne, en septembre 1499, a un retentissement considérable. Pour la première fois, une liaison directe a été établie entre les Indes et l’Europe.

 

Au début du xvie siècle, sous le règne de Manuel Ier le Grand, le Portugal, avec ses comp-

toirs en Afrique, en Inde, en Asie orientale, avec son monopole sur les épices, dispose d’une puissance commerciale inégalée.

 

Christophe Colomb

 

Les Portugais ont découvert et contrôlent la route des Indes par l’est. Cela va décider les souverains de l’Espagne voisine à tenter l’exploration d’une route directe par l’ouest. Personne ne soupçonne l’existence du continent américain : naviguer à l’ouest est donc théoriquement possible. Le roi Ferdinand et la reine Isabelle accordèrent leur soutien à un marin génois nommé Christophe Colomb (1451-1506). En s’aidant de la carte du Florentin Toscanelli, Colomb avait acquis la conviction qu’il existait une route maritime vers l’ouest, entre l’Espagne et l’Inde. 11 avait calculé

que la distance de cette route était plus courte que la route portugaise par l’est : 5500 kilomètres selon lui, un simple bras de mer que l’on pourrait franchir en quelques jours avec un bon vent. Ses calculs étaient faux, mais ils allaient conduire à la découverte d’un nouveau continent.




Son but est de découvrir la pointe sud du nouveau continent et de la contourner pour rejoindre l’Orient. Il parvient à passer par le détroit portant maintenant son nom, traverse l’océan Pacifique, découvre les îles Moluques, mais il est tué aux Philippines lors d’un combat avec les indigènes. Cependant, un des bateaux, mené par El Cano, rentre en 1522 en Espagne après avoir passé le cap de Bonne-Espérance. Le premier voyage autour de la Terre est ainsi bouclé après trois années. La preuve matérielle de la rotondité de la Terre est faite de manière définitive.

 

Le Nouveau Monde partagé

 

En 1494, un véritable partage du monde a lieu entre l’Espagne et le Portugal. C’est le traité de Tordesillas. Sous l’autorité du pape Alexandre VI, il répartit les terres récemment découvertes en zone espagnole et zone portugaise. Selon une ligne frontière traversant l’Atlantique à la verticale, l’Espagne se voit attribuer la quasi-totalité de l’Amérique. Le Portugal reçoit l’Afrique et, plus tard, le Brésil après qu’en 1500 Cabrai l’a découvert par hasard.

 

Les autres nations européennes n’acceptent pas ce monopole. L’Angleterre, la France puis la Hollande se lancent à leur tour dans les expéditions lointaines. En 1497, le Florentin Giovanni Cabota (Jean Cabot), au service des Anglais, part vers l’ouest, plus au nord que les navigateurs espagnols. Il découvre le Canada. Les voyages de Verrazano (1524) et de Jacques Cartier (1535), au service de la France, aboutissent aux mêmes résultats, ainsi que les voyages plus tardifs des Anglais Martin Frobisher et Henry Hudson.

 

Bridgeman Art Library

La recherche d’une route vers les Indes demeure une obsession au cours du xvie siècle : Anglais et Hollandais essaient, en vain, de trouver un passage vers le nord de la Russie.

 

En l’espace de deux siècles, les marins européens ont parcouru la plupart des océans du globe, établissant des trajets entre presque tous les continents (exception faite de l’Australie et de

Mappemonde indiquant la route empruntée par Magellan. Cette carte a été dressée en 1545 par Battista Agnese pour Charles V d’Espagne. Comparez sa précision par rapport aux mappemondes de Henricus Martellus.

Quadrant nautique utilisé sur un navire marchand du xvf siècle pour mesurer l’angle d’élévation du soleil. Cet angle permet de déterminer la latitude du bateau.

Manuel de marin du xvf siècle présentant les tables à déclinaison qui lui permettaient de déterminer la latitude. Lorsqu\'il constatait, par exemple, que l’angle d’élévation d\'une étoile était le même que l’angle obtenu pour Lisbonne, il savait qu’il se trouvait sous la même latitude.

 

l’Antarctique). Les conséquences politiques, économiques, culturelles sont immenses dans l’histoire de l’humanité. L’Europe entre dans une période de conquête du monde et tente de le façonner à son image.

 

Immédiatement après les grands navigateurs, viennent dans les zones espagnoles les conquistador. Au XVIe siècle, ces conquérants espagnols du

Nouveau Monde vont s’approprier par la force, en quelques décennies, les territoires d’Amérique centrale et d’Amérique du Sud. Ils anéantissent les empires aztèque et inca, en décimant ou en réduisant à l’esclavage des populations entières.

 

Maîtresse des mers, l’Europe se met à organiser les échanges de marchandises à l’échelle mondiale. En Europe même, l’équilibre des forces économiques se modifie durablement. C’est

 

essentiellement la partie ouest qui bénéficie de ce changement. Le commerce se fait surtout par l’Atlantique. La Méditerranée et la Baltique perdent peu à peu leur rôle de premier plan : les ports de Gênes et de Venise sont supplantés par ceux de Lisbonne et de Séville, plus tard par celui de Rotterdam. Le Portugal et l’Espagne deviennent les premières puissances maritimes, avant que ce monopole ne soit contesté par l’Angleterre, la France et la Hollande.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2687 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Grand oral du bac : LES GRANDES DÉCOUVERTES" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit