NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Qu’ils chantent, pourvu qu’ils pa ... Qu’au moins, il me laisse mourir tranq ... >>


Partager

Italie de 1910 à 1919 : Histoire

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Italie de 1910 à 1919 : Histoire



Publié le : 12/1/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Italie de 1910 à 1919 : Histoire
Zoom

La crise du « giolittisme »

 

Les gouvernements précaires formés par Sidney Sonnino en 1910, puis Luigi Luzzati en 1911, ne font que préparer le retour au pouvoir de Giovanni Giolitti, le 20 mars 1911. Marqué par un glissement à gauche, ce gouvernement — le quatrième de Giolitti depuis le début du siècle — s’appuie toujours sur une confortable majorité parlementaire centriste, élargie aux radicaux dont le représentant, Francesco Saverio Nitti, est nommé ministre de l’Agriculture, et aux socialistes réformistes qui offrent leur soutien sans participation. Giolitti entend poursuivre dans la voie des réformes en créant un Institut national des assurances destiné à financer les retraites ouvrières et en élargissant le droit de suffrage. Mais le président du Conseil a un autre projet : l’intervention en Libye. Ce programme pourra être appliqué sans trop mécontenter la droite conservatrice ni la gauche réformiste, mais il aura des effets imprévus, provoquant finalement la fin du «giolittisme». Craignant l’empiètement d’autres nations sur des territoires où les intérêts italiens sont désormais prédominants, Giolitti, dont la politique étrangère est restée très discrète, se décide à intervenir militairement contre l’Empire ottoman en septembre 1911.

 

L’opinion est avec lui. Non seulement la jeune Association nationaliste, constituée sous la direction d\'Enrico Corradini en 1910, fait campagne en faveur de la guerre, mais la presse

 

giolittienne et certains milieux catholiques le poussent à agir. Peu d’Italiens échappent à l’enthousiasme, comme en témoigne l\'échec de la grève générale de protestation organisée par le principal syndicat (la CGL). Or, si l’expédition se solde par l’annexion de la Cyrénaïque et de la Tripolitaine, ses résultats sont finalement limités. La présence italienne est réduite essentiellement au littoral, et la pacification tout comme l’exploitation du territoire se révèlent beaucoup plus difficiles que prévu. À l’exaltation patriotique succèdent les déceptions et les rancœurs, exploitées par les nationalistes. A l’inverse, l’anticolonialisme et l’antimilitarisme, dont le principal représentant à

l’époque n\'est autre que le socialiste-révolutionnaire Benito Mussolini, s’affirment lors du congrès du parti socialiste de Reggio Emilia, au mois de juillet 1912. Appelé aux urnes, le parti socialiste s’engage désormais à s’opposer tout d’abord à la «politique d\'aventures coloniales et aux budgets militaires», mais également au protectionnisme industriel et agraire, ainsi qu’aux demi-mesures d’ordre social, et à exiger le suffrage universel complet.

 

Dès lors, le réformisme pratiqué par Giolitti depuis 1901 atteint ses limites et devient d’autant moins viable que le patronat, qui vient de créer la Confédération italienne de l\'industrie, adopte également une attitude beaucoup plus intransigeante face aux syndicats avec lesquels il acceptait jusque-là de négocier.

 

L’extension du droit de vote aux analphabètes âgés d’au moins trente ans porte le nombre d’électeurs de trois millions et demi à huit millions. Malgré le pacte Gcntilloni, passé par les candidats libéraux avec l’Union électorale catholique afin de résister au choc, les élections du 26 octobre 1913 profitent avant tout aux socialistes, qui obtiennent soixante-neuf sièges (dont dix-neuf seulement reviennent aux réformistes) et aux radicaux, les deux tiers des députés libéraux ayant été élus après avoir négocié le soutien des catholiques. La révélation de cet accord déclenche alors une violente campagne à la fois antigiolittienne et anticléricale. Disposant d’une majorité réduite, Giolitti est obligé de démissionner sous la pression des




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2063 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Italie de 1910 à 1919 : Histoire" a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit