NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Histoire de L'Irlande L'Eire, de 1921 à nos j ... VERHAEREN Émile : sa vie et son oeuvre >>


Partager

Les jeux du cirque à Rome

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Les jeux du cirque à Rome



Publié le : 10/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les jeux du cirque à Rome
Zoom

CIRCENSES

Aux origines de Rome, les jeux (ludi) ont une vocation religieuse. Ces manifestations spectaculaires sont dédiées à une divinité : jeux scéniques, courses, processions, luttes, etc. Les premiers remonteraient, selon la légende, au temps de Romulus.

 

Le roi Tarquin l\'Ancien (616-578) donne aux ludi un grand essor en faisant construire à Rome le Circus Maximus et en instituant des jeux

annuels (en septembre) en l\'honneur de Jupiter, les Ludi Romani. Ces derniers comprennent notamment une grande procession, des courses, des spectacles théâtraux... À la fin de la République, on y ajoute des combats de gladiateurs.

DE CARACTÈRE RELIGIEUX

 

Le caractère religieux originel des jeux explique certaines pratiques : ainsi, le cheval du char vainqueur est décapité, afin que le dieu Mars ne soit pas jaloux de ce succès ; et la dépouille de l\'animal lui est offerte pour qu\'aux jeux suivants il continue de favoriser la même écurie. Apaise les esprits des défunts

Autre exemple du lien unissant jeux et religion : l\'origine des combats de gladiateurs. Les premiers auraient eu lieu vers 264 av. J.-C. Les Romains semblent avoir hérité des Étrusques la pratique des duels organisés auprès des tombeaux, afin d\'apaiser les esprits des défunts. Initialement, les combats se terminaient dès qu\'une goutte de sang avait coulé. On croyait en effet que l\'âme du mort s\'alimentait de ce sang d\'un vivant et éprouvait ainsi moins de peine à descendre aux Enfers. Toutefois, à partir du Ier siècle de notre ère, les combats de gladiateurs deviennent systématiquement des joutes meurtrières.


 



En Gaule, celui de Saintes précède de trente ou quarante ans le Colisée ; ceux d\'Arles et de Nîmes, de près d\'un siècle.

Reste que le Colisée demeure l\'amphithéâtre emblématique de la période romaine. Il doit son nom au voisinage de la statue colossale de Néron (ou Colosseum). Commencé sous Vespasien (69-79), achevé sous Titus et inauguré en 80, il est réparé et embelli jusqu\'au Ve siècle. Formant une ellipse de 188 m sur 156 m, s\'élevant à 52 m au-dessus du sol sur trois niveaux d\'arcades, le Colisée peut accueillir environ 50000 spectateurs (certaines estimations vont jusqu\'à 75000).

Un podium (sorte de plate-forme) dominant l\'arène accueille l\'empereur et les personnalités officielles. Les premiers rangs de gradins sont réservés aux membres de l’ordre sénatorial.

Outre ses dimensions hors du commun, l\'édifice se caractérise également par la magnificence de sa décoration et par l\'usage du marbre pour les revêtements des couloirs et des piliers de soutènement.

 

L\'immense parquet de bois est recouvert de sable (arena, d\'où le mot «arène»); certaines parties sont mobiles : on peut les abaisser puis les relever promptement, faire surgir des cages venant des sous-sols, etc. De vastes salles et des corridors aménagés sous l\'arène abritent les fauves, la machinerie, le personnel de maintenance et les hommes désignés pour le programme du jour.

Hormis l\'édifice lui-même, c\'est toute la zone autour du Colisée qui est consacrée aux jeux, quatre casernes de gladiateurs étant reliées directement à l\'amphithéâtre par un réseau de souterrains.


Fréquence et circonstances

Sous la République, une soixantaine de jours sont consacrés aux jeux publics, célébrés à date fixe et souvent à l\'occasion des fêtes religieuses. En outre, on voit croître le nombre des jeux votifs, célébrés une seule fois en l\'honneur d\'une grande entreprise collective, d\'un événement notable.

 

Au commencement de l\'empire, Rome a 76 jours fériés annuels comportant des jeux (22 étant des jeux du cirque, du stade ou de l\'amphithéâtre). Leur nombre ne cesse d\'augmenter jusqu\'à dépasser 180 jours par an, soit la moitié de l\'année!

 

Une des raisons de cette inflation est l\'inscription (ponctuelle ou définitive) dans le calendrier romain des anniversaires de naissance des empereurs (et des membres de leur famille), ainsi que des événements marquants de leur règne. Toutes ces commémorations sont accompagnées de distractions populaires mêlant rituels religieux et spectacles profanes (jeux du cirque, combat de gladiateurs dans l\'amphithéâtre).



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3417 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les jeux du cirque à Rome" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit