9 mai 1950 Fondation de la CECA.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< 19 juillet 1900 Inauguration du métropolitain ... En ce temps là, Clovis se bat pour défendre l ... >>


Partager

9 mai 1950 Fondation de la CECA.

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : 9 mai 1950 Fondation de la CECA.



Publié le : 10/4/2015 -Format: Document en format HTML protégé

9 mai 1950 Fondation de la CECA.
Zoom

9 mai 1950 Fondation de la CECA.
Ces initiales désignent la Communauté Européenne du Charbon et de l'Acier créée à l'initiative
de Robert Schuman et de Jean Monnet.
6 décembre 1950 De Lattre de Tassigny nommé haut-commissaire en Indochine.
Le général de Lattre de Tassigny, surnommé " le roi Jean ", est nommé commandant des
troupes stationnées en Indochine. A son arrivée, il épure le corps des officiers supérieurs. Il
donne un nouvel élan à l'ardeur des officiers subalternes.
19 février 1951 Le commandement de l'OTAN s'installe en France.
L'OTAN (l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord), alliance des forces armées des pays
qui se veulent libres face au pacte de Varsovie dominé par l'Union soviétique, installe en
France le Shape (Supreme Headquater of Allied Powers in Europe), quartier général en chef
des forces alliées en Europe.
5 novembre 1951 Léon Jouhaux prix Nobel de la paix.
L'Académie suédoise couronne la détermination et le courage d'un homme, fils d'un ouvrier
communard, et orphelin à seize ans, qui fut contraint à la résidence surveillée dès 1940 par le
gouvernement de Vichy - responsable de la dissolution de la CGT dont Jouhaux était secrétaire
général - et qui fut déporté à Buchenwald en 1943. Il devint ensuite délégué de la France à
l'ONU et président du Conseil économique.
17 janvier 1952 Emeute à Bizerte (Tunisie).
A la suite de cette émeute, Habib Bourguiba, en raison de son active participation au
mouvement qui revendique l'indépendance de la Tunisie, est arrêté en même temps que
d'autres leaders.
23 décembre 1953 René Coty est élu président de la République.
Ce n'est qu'après treize tours de scrutin du Congrès, qui est la réunion de la Chambre et du
Sénat, que René Coty, âgé de soixante et onze ans, est enfin élu président de la République. Il a
été désigné par 477 voix contre 329 au socialiste Marcel Naegelen. Il prend la succession de
Vincent Auriol.
1er février 1954 Appel de l'abbé Pierre.
L'hiver est très rigoureux. Plusieurs personnes sont déjà mortes dans la rue. L'abbé Pierre
mobilise la presse et lance un appel en faveur des sans-logis.
7 mai 1954 Chute de Diên Biên Phu.
Après des jours et des jours passés dans une cuvette dominée par le Front de libération du
Vietnam (placé sous le commandement du général Giap), et pilonnée par l'artillerie
vietnamienne, les Français se rendent. La fin des hostilités sera consacrée par les accords de
Genève du 20 juillet suivant. L'hégémonie française sur l'Indochine appartient désormais au
passé.
8 juillet 1954 Début de la conférence de Genève sur l'Indochine.
L'Indochine, à laquelle on a donné ce nom en 1888, rassemble des colonies et des protectorats

français : la Cochinchine, conquête de 1862, le Cambodge (1863), la Cochinchine orientale
(1867), l'Annam et le Tonkin (1884 et 1885). Lorsque la conférence débute, Pierre Mendès
France, investi par la chambre le 17 juin, s'est engagé à mettre fin à la guerre au Vietnam avant
la fin du mois. Le bilan est terrible. Un journaliste écrit : " Six ans et demi de guerre, 3 000
milliards de francs, 92 000 morts et 114 000 blessés. " Dans la nuit du 20 au 21 juillet,
l'engagement du président du Conseil sera tenu. Le Vietnam est coupé en deux. Le Nord est
livré à l'influence chinoise et communiste, le Sud reste sous l'influence occidentale.
20 juillet 1954 Signature de l'accord de Genève.
Il officialise la fin de la guerre d'Indochine, dont la France sort vaincue après la terrible défaite
de Diên Biên Phu.
23 octobre 1954 Accords de Paris.
Ceux-ci, signés entre la France et la République fédérale d'Allemagne, ou RFA, mettent fin à
l'occupation de la Sarre et autorisent la RFA et l'Italie à accéder à l'OTAN.
1er novembre 1954 Insurrection en Algérie.
Une série d'attentats se produisent sur l'ensemble du territoire algérien. Ceux-ci sont les
premiers signes du soulèvement armé d'une partie de la population maghrébine, qui veut
obtenir l'indépendance. Le ministre de l'Intérieur, M. François Mitterrand déclare :
" L'Algérie, c'est la France. " Il ajoute : " Entre la population algérienne et la métropole, il
n'est pas de sécession concevable... Jamais la France, jamais aucun parlement, jamais aucun
gouvernement ne cédera sur ce principe fondamental. "
2 avril 1955 Loi instituant l'état de siège en Algérie.
C'est dans les Aurès que la guerre d'Algérie a débuté, le 1er novembre 1954. Le 26 janvier
1955, Jacques Soustelle a été nommé gouverneur de l'Algérie. Pour lutter contre la rébellion,
les libertés publiques sont suspendues et l'état de siège proclamé.
6 novembre 1955 Déclaration de la Celle-Saint-Cloud.
Le sultan du Maroc Muhammad V ibn Yusuf, accompagné du prince héritier du Maroc,
Hassan, et Antoine Pinay, ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'Edgar Faure, se
rencontrent à la Celle-Saint-Cloud pour mettre au point les conditions de l'indépendance de
l'empire chérifien. Pinay propose de " faire accéder le Maroc au statut d'Etat indépendant uni
à la France par les liens d'une interdépendance librement consentie. "
30 novembre 1955 Edgar Faure dissout l'Assemblée nationale.
Le 24 février dernier, par 369 voix contre 210, l'Assemblée avait approuvé le programme et la
composition du gouvernement de M. Edgar Faure. Neuf mois plus tard, le président du Conseil
est amené, au cours d'un conseil des ministres qui se tient à l'Elysée, à prononcer la dissolution
de cette même Chambre. Le lendemain, un communiqué précise : " Le gouvernement - dans un
accord largement majoritaire - a eu raison de prendre hier soir la décision que la logique et le
simple bon sens imposaient : l'Assemblée nationale, qui depuis un mois nous donnait
l'affligeant spectacle de ses contradictions, de ses volte-face et de son impuissance, est
dissoute. " Pour la première fois dans l'histoire de la IVe République, l'article 51 de la
Constitution a été appliqué.

2 mars 1956 " Indépendance dans l'interdépendance " pour le Maroc.
Guy Mollet, président du Conseil, entérine l'indépendance du Maroc et sa souveraineté
complète. Par les accords de La Celle-Saint-Cloud du 6 novembre 1955, la France avait
reconnu au Maroc " le statut d'Etat indépendant uni à la France par les liens permanents
d'une interdépendance librement consentie et définie ".
20 mars 1956 La Tunisie accède à l'indépendance.
5 novembre 1956 Expédition franco-anglaise de Suez.
Le 26 juillet dernier, le colonel Nasser a pris la décision de nationaliser le canal de Suez. Israël,
parce que Nasser est influent auprès des fedayin qui menacent le jeune Etat juif, l'Angleterre,
parce que l'Egypte fait obstacle à son influence au Moyen-Orient, et la France, parce que
Nasser protège les nationalistes algériens, décident d'une action commune. En ce jour les
parachutistes français et anglais se sont emparés de l'aérodrome de Port-Saïd. C'est sans le
recours à un tir d'artillerie que, dès le lendemain, le corps expéditionnaire débarquera. Le
matériel sera déchargé sans que l'Egypte oppose la moindre résistance.
25 mars 1957 Traités de Rome sur le Marché commun et Euratom (ou communauté
européenne de l'énergie atomique).
Ces traités fondent la Communauté européenne qui est d'abord " l'Europe des Six " regroupant
la France, la Belgique, l'Allemagne, l'Italie, le Luxembourg et les Pays-Bas. Il s'agit à l'origine
d'une union douanière qui, par la libre circulation des marchandises, doit permettre
l'élaboration d'une politique économique et financière commune. L'Euratom, organisation
destinée à favoriser la formation et le développement des industries nucléaires, fusionnera en
1967 avec la CECA (Communauté européenne du charbon et de l'acier).
1er janvier 1958 Début officiel de la CEE.
Les traités de Rome, qui ont créé la Communauté économique européenne et l'Euratom
(organisation destinée à favoriser la formation et le développement des industries nucléaires),
entrent officiellement en vigueur. L'Assemblée parlementaire européenne - dont le siège est à
Strasbourg - est présidée par Robert Schuman.
13 mai 1958 Putsch d'Alger.
Alger s'insurge. La foule prend d'assaut le bâtiment du gouvernement général. Le général
Salan, commandant supérieur des forces militaires, s'adresse à la foule pour tenter de la calmer.
Un comité civil et militaire de " salut public " est constitué pour l'Algérie et le Sahara. Le
général Massu en prend la tête. Le télégramme qu'il envoie à Paris s'achève par "... en raison
gravité situation et nécessité absolue maintenir ordre et ce pour éviter toute effusion de sang,
exigeons création à Paris d'un gouvernement de salut public seul capable conserver Algérie
partie intégrante de la métropole ".
1er juin 1958 Le gouvernement De Gaulle est investi.
Face à la menace de guerre civile en Algérie, le président Coty demande au général de Gaulle
de former un gouvernement. Le gouvernement De Gaulle est investi à la Chambre des députés
par 329 voix contre 224.

4 juin 1958 " Je vous ai compris ".
Il est 19 heures à Alger. Au balcon du siège du gouvernement, le général de Gaulle, bras tendus
en V vers le ciel, entonne l'un de ses plus célèbres discours : " Je vous ai compris. Je sais ce
qui s'est passé ici, je vois ce que vous avez voulu faire, je vois que la route que vous avez
ouverte en Algérie est celle de la rénovation et de la fraternité. " Une immense vague
d'enthousiasme s'élève, unanime, de la foule des Algérois.
4 septembre 1958 De Gaulle présente son projet de Constitution.
Place de la République, à Paris, le général expose dans un discours aux Français son projet de
Constitution de la Ve République. Les pouvoirs du président sont étendus, tandis que ceux du
Parlement diminuent, au sein duquel le Sénat retrouve un rôle important.
28 septembre 1958 La nouvelle Constitution est approuvée par référendum.
" Au nom de la France, je vous demande de répondre oui ", a lancé le général de Gaulle, qui
propose un référendum sur une Constitution fondée sur trois grands principes : un arbitre
national au-dessus des luttes politiques en la personne du président de la République, un
gouvernement fait pour gouverner, un parlement qui représente la volonté de la nation. Le oui
l'emporte avec 80 % des suffrages exprimés.
21 décembre 1958 De Gaulle est élu président de la Ve République.
La Constitution a été ratifiée par référendum le 28 septembre. Les 23 et 30 novembre, les
élections législatives ont envoyé à la Chambre une majorité gaulliste. En ce 21 décembre, ce
sont 80 000 notables qui élisent donc le premier président de la Ve République et de la
Communauté française. Quelques jours plus tard, à la télévision, le 28 décembre, le général de
Gaulle assure : " Guide de la France, et chef de l'Etat républicain, j'exercerai le pouvoir
suprême dans toute l'étendue qu'il comporte désormais. "
27 décembre 1958 Création du nouveau franc.
Le plan Pinay-Rueff prévoit trois cent milliards d'impôts supplémentaires, une dévaluation de
17,55 % et l'instauration du nouveau franc (NF). 1 NF vaut 100 F (dits " anciens francs ").
31 décembre 1958 Instauration des Assedic.
Il existera désormais en France une assurance chômage destinée à venir en aide, pour un temps
limité, aux personnes qui ont perdu leur emploi. Depuis 1984, les Associations pour l'emploi
dans l'industrie et le commerce (Assedic) gèrent l'assurance chômage.
6 janvier 1959 L'école jusqu'à 16 ans.
Le Conseil des ministres promulgue une ordonnance qui rend désormais la scolarité obligatoire
jusqu'à l'âge de seize ans.
9 janvier 1959 Cinq colonnes à la une.
Première diffusion sur la chaîne publique du magazine télévisé conçu par les journalistes Pierre
Desgraupes, Pierre Lazareff, Pierre Dumayet et Igor Barrère. La diversité des sujets abordés, la
richesse et la rigueur avec lesquels ils sont traités font très vite de l'émission une référence.

12 juin 1959 BB devient Mme Charrier.
" Si on me photographie, je ne veux plus me marier " s'exclame Brigitte Bardot, l'égérie de la
Nouvelle Vague, dans une moue boudeuse. En ce jour de noces, les portes et les fenêtres de la
mairie sont closes, tandis que l'actrice au faîte de sa gloire épouse Jacques Charrier, son
partenaire dans Babette s'en va en guerre.
16 septembre 1959 Vers l'autodétermination en Algérie.
" On peut imaginer un jour où les hommes et les femmes d'Algérie décideront de leur sort en
connaissance de cause. Compte tenu des données algériennes, nationales et internationales, je
considère nécessaire que ce recours à l'autodétermination soit aujourd'hui proclamé. " Le
général de Gaulle, dans une allocution à l'ORTF, lance ce mot " autodétermination " qui
consterne les militaires et les partisans de l'Algérie française.
15 octobre 1959 " Attentat " de l'Observatoire.
Alors que François Mitterrand rentre chez lui en voiture,...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : 9 mai 1950 Fondation de la CECA. Corrigé de 10397 mots (soit 15 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "9 mai 1950 Fondation de la CECA." a obtenu la note de : aucune note

9 mai 1950 Fondation de la CECA.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit