NoCopy.net

LE MONDE COMMUNISTE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LES MOYENS DE COMMUNICATION LE COMPORTEMENT SOCIAL >>


Partager

LE MONDE COMMUNISTE

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : LE MONDE COMMUNISTE



Publié le : 3/2/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
LE MONDE COMMUNISTE
Zoom

La stagnation économique est partagée par tous les pays du bloc, à la fin des années 1970. Mais dans certaines démocraties populaires, il prend un tour dramatique. C’est le cas de la Roumanie et de la Pologne. Dans cette dernière, la pénurie devient telle que les autorités communistes autorisent la création d’un syndicat ouvrier indépendant, «Solidarnosc», en 1980. Sous les pressions soviétiques, qui craignent de voir la Bologne devenir incontrôlable, les autorités polonaises décrètent l’état de siège en 1981. Solidarnosc et son dirigeant, Lech Walesa, sont renvoyés à la clandestinité. En Union soviétique, les dirigeants du parti prennent conscience que le système économique planifié génère certains goulets d’étranglement dans la production des biens. L’emploi est assuré à tous, mais mal payé, ce qui donne des industries peu productives. Le système bureaucratique freine toute initiative

En octobre 1956, à Budapest, lors d\'une grande manifestation, des étudiants brûlent des livres russes et les portraits de Staline.

 

Les Hongrois, qui ont cru que la dénonciation des crimes de Staline par Khrouchtchev leur ouvrirait les portes de la liberté ont très vite déchanté. Cette insurrection fut écrasée par les forces soviétiques et 190 000 Hongrois partirent en exil.

De Mao à Deng Xiaoping

 

Période d’expansion extérieure pour l’URSS, les années 1970 sont une époque de changement pour la Chine. Mao disparaît en 1976. Son successeur, le terne Hua Guofeng, est écarté au bout de deux ans par un vieux dirigeant communiste qui a subi les persécutions des Gardes rouges durant la révolution culturelle: Deng Xiaoping. Deng liquide les dernières séquelles de la révolution culturelle en faisant arrêter et condamner ses partisans, dont Jiang Qin, la veuve de Mao. En 1978, il fait prendre à la Chine un tournant économique capital en autorisant la production privée, dans les campagnes, puis dans les villes. Cette réintroduction du profit et de l’initiative individuelle permet à la Chine de connaître un essor économique remarquable au début des années 80. Les investisseurs du monde capitaliste sont désormais acceptés, avec circonspection cependant. Mais la Chine de Deng reste un pays de parti unique, où l’opposition politique n’a pas droit de cité.

 

Le système soviétique en crise

 

Au début des années 1980, l’Union soviétique apparaît plus menaçante que jamais aux Occidentaux. Pourtant, le « camp socialiste » connaît de graves difficultés intérieures. En Europe centrale et orientale, où le communisme a été imposé par l’Armée rouge après la Seconde Guerre mondiale, le ressentiment des populations contre l’URSS perdure, malgré la propagande sur l’amitié entre les peuples du bloc soviétique.

 

Le système marxiste apporte quelques bénéfices aux sociétés de ces pays, en termes de logement, d’assistance médicale et de plein emploi.

 

Mais les populations de Pologne, de Tchécoslovaquie ou de Roumanie ont le sentiment de payer au prix fort ces quelques avantages. Sentiment renforcé par l’absence de presse libre, d’élections démocratiques ou de syndicats indépendants qui pourraient contrôler ou critiquer un pouvoir entièrement aux mains des apparatchiks, les fonctionnaires du parti unique. De plus, au cours de l’ère brejnévienne, la corruption soviétique gagne les administrations des pays d’Europe centrale et orientale. À la conscience du manque de liberté individuelle s’ajoute la perte de l’indépendance nationale, qui fut d’ailleurs l’un des principaux moteurs des insurrections hongroise (1956) et tchécoslovaque (1968).

 

Quant à l’organisation économique, avec son système de production planifiée et centralisée, elle fonctionne mal depuis ses débuts. Ses carences, dont les interminables queues devant les magasins d’alimentation en sont le signe le plus évident, s’aggravent durant les années 1970.

 

Faillite de l’économie planifiée

 

En Union soviétique, les problèmes sont exactement les mêmes qu’en Europe centrale. Mais le patriotisme très réel des Soviétiques, citoyens du pays de la révolution, superpuissance rivale des États-Unis, rend la contestation du système plus diffuse que dans les pays satellites. Depuis la fin des années 1960, un fossé de plus en plus large se creuse entre les performances économiques du monde communiste et celles de l’Occident. Au marasme grandissant du système, l’Occident peut opposer un essor réel, accumulant des richesses, notamment des biens de consommation, encore inconnues de l’autre côté du «rideau de fer».

 

individuelle, entravant le déploiement d’une véritable technologie de pointe, moteur de l’industrie et d’une certaine économie. Ce clivage économique de plus en plus flagrant est d’autant plus connu que le système soviétique n’a jamais été totalement hermétique. Malgré la propagande, malgré l’encadrement idéologique de leur société, les populations avaient connaissance des modes de vie occidentaux.

 

Le temps des réformes

 

C’est seulement en 1985, lorsque Mikhaïl Gorbatchev arrive au pouvoir, après la mort de Tchernenko, que les premières réformes apparaissent. Elles sont d’autant plus radicales qu’elles arrivent bien tard, dans une situation très dégradée. La politique de restructuration et de moralisation de la société (perestroïka) et la volonté de transparence politique (glasnost) affichées par le nouveau secrétaire général du PCUS sont le point de départ d’un processus de démocratisation inattendu. Les dissidents sont autorisés à sortir des camps ou de leur résidence surveillée ; le plus célèbre d’entre eux, le physicien atomiste Andreï Sakharov, retrouve la liberté en 1986. La presse connaît un début de libéralisation. Elle peut traiter de sujets autrefois tabous comme les camps concentrationnaires et leurs victimes.

 

Gorbatchev lance aussi des réformes économiques visant à donner plus de responsabilités et d’autonomie aux entreprises, jusque-là étroitement soumises aux directives du ministère du Plan. À l’extérieur, le nouveau secrétaire réduit les engagements de l’URSS envers ses alliés lointains, comme Cuba. En 1988, il décide le retrait des troupes soviétiques d’Afghanistan, où




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : LE MONDE COMMUNISTE Corrigé de 4792 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "LE MONDE COMMUNISTE" a obtenu la note de : aucune note

LE MONDE COMMUNISTE

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit