NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Monnaie et antiquité

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : Monnaie et antiquité



Publié le : 9/7/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Monnaie et antiquité
Zoom

Monnaie et antiquité. 1. En Grèce. On s’accorde en général pour dire que le monnayage, entendu comme des pièces de métal marquées et d’un poids déterminé, a été utilisé pour la première fois en Asie Mineure, dans la seconde moitié du viie siècle av. J.-C. Ces premières pièces étaient en électrum, mélange d’or et d\'argent qui se trouve à l’état naturel dans le lit des rivières de Lydie et prend la forme de petit galets plats. Au vr siècle av. J.-C., la Lydie et certaines cités grecques frappaient des monnaies d’électrum. On discute pour savoir quelle cité en Grèce même fut la première à avoir un monnayage (voir pheidon); ce pourrait bien être Égine, vers 595 av. J.-C.

 

Athènes a dû suivre vers 575 av. J.-C. et Corinthe peu de temps après. Beaucoup de cités grecques avaient adopté un monnayage vers la fin du VIe siècle ; on frappa des monnaies d’argent au dernier quart du VIe siècle, tout en continuant à utiliser l’électrum.

 

Avant la monnaie proprement dite, les Grecs avaient un système prémonétaire à base de broches en fer, obe-los*, d’où dérivent les noms et les équivalences du monnayage grec en argent. La plus petite pièce d’argent, l’obole, avait la valeur d’une broche; six oboles formaient la drachme^ «poignée», division équivalant au nombre de broches qu’on pouvait tenir d’une main, soit six. (À Sparte, les broches en fer restèrent la seule monnaie permise bien après que les autres cités eurent adopté un monnayage.) Les pièces de circulation courante sont des multiples des précédentes, par exemple les pièces de deux drachmes ou de quatre drachmes, didrachme et tétradrachme. Une unité de circulation courante dans le monde grec est le sta-ter lydien, « poids » ou « étalon » (comparer avec l’hébreu shekel) qui, en argent, avait en général la valeur de deux drachmes (parfois trois). Les grandes quantités monétaires étaient représentées par des poids en argent. Le système grec des poids variait légèrement selon les cités : les principaux systèmes étaient le système eubéen (adopté par Athènes et Corinthe) et le système éginète. Cependant les valeurs relatives entre unités demeuraient constantes. Ainsi cent drachmes valaitent une mine (gr. mna) d’argent, et soixante mines un talent (gr. talan-ton , env. 26 kg dans le système eu-béen-attique : voir poids et mesures). Les termes de statère, de mine et de talent pouvaient aussi à l’occasion désigner des poids en or, avec une valeur monétaire plus élevée (dans le monde




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1851 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Monnaie et antiquité" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit