NoCopy.net

VHH5E11 - Histoire ancienne &ndash; Licence Histoire 3e ann&eacute;e<br /> Devoir

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< mythe et hero

Exposé Savoir et M&eacu ...
>>


Partager

VHH5E11 - Histoire ancienne – Licence Histoire 3e année
Devoir

Histoire-géographie

Aperçu du corrigé : VHH5E11 - Histoire ancienne – Licence Histoire 3e année
Devoir



Publié le : 16/1/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
VHH5E11 - Histoire ancienne – Licence Histoire 3e année<br />
Devoir
Zoom

VHH5E11 - Histoire ancienne – Licence Histoire 3e année
Devoir à la maison – Dissertation




Benjamin PIERROT (N° étudiant : 21600026)
Nicolas PASCUAL (N° étudiant : 21602519)
Anthony SOARES (N° étudiant : 21602757)

NOTE ATTRIBUÉE :

Dossier
Les relations père-fils dans la société romaine
du Ve siècle avant J.-C. au Ve siècle après J.-C.

Lundi 07 janvier 2019
Professeur : Antonio GONZALES
L3 Histoire

1

« Des magistrats ont fait mettre à mort leur propre fils contrairement à toute coutume, à toute loi
préférant l'intérêt de la patrie aux liens naturels les plus étroits », cet extrait de l'ouvrage Histoires1
de Polybe (v. 200 av. J.-C.-v. 118 av. J.-C.) est révélateur de la complexité des relations entretenues
entre les pères et les fils dans la société romaine. Organisée autour de la figure paternelle, cette
dernière connut de profondes mutations entre l'époque royale (753 av. J.-C.-509 av. J.-C.) et celle
impériale (27 av. J.-C.-476 ap. J.-C.). Néanmoins, les pères de famille demeurent à toute époque les
maîtres de la maisonnée et de la cité. Cette prérogative exercée par le pater familias impose autorité
et respect. Celui-ci détient la patria potestas ce qui est synonyme d'une suprématie considérable sur
les membres de sa famille, et notamment sur ses fils. Dans un long fragment du Digeste2, Ulpien (v.
170 ap. J.-C.-223/228 ap. J.-C.) tentait de définir ce qu'était la famille romaine : « au sens strict,
« famille » s'entend de plusieurs personnes soumises par la nature ou le droit à la puissance d'une
seule, par exemple le père de famille ». Le fils est alors sous la domination de son père. La famille
apparaît comme un phénomène d'aliénation du père comme l'affirme Friedrich Engels (1820-1895).
Ce qui prime dans les relations familiales au sein de la société romaine sont les liens verticaux pèrefils, mais également les liens horizontaux, où les pères et les fils s'inscrivent, ensemble, dans une
histoire plus globale. La place centrale du père est indissociable de la place secondaire du fils. Un
fils sans son père, sans l'héritage de ce dernier, n'est rien dans la société romaine. La réciproque est
également véridique. En effet, une des obsessions des Anciens étaient de laisser dans l'Histoire leur
empreinte, ce qui est impossible sans descendance. La progéniture masculine permet la survivance
d'un nom, d'un statut et d'un patrimoine. Les pères cherchent alors inlassablement un venter pour
héberger leurs futurs fils. Les liens existants entre le pater familias et ses fils sont pluriels.
Toutefois, la plupart du temps, ces rapports sont de dépendance et de protection. Ces liens sont actés
par le père lorsque ce dernier adopte ses fils dans la demeure familiale et se développent durant
toute l'existence du père. Post-mortem, ils existent toujours, les ancêtres étant la boussole des
vivants. Riche de sa patria potestas, c'est-à-dire de sa puissance paternelle, le pater familias se
définit socialement par son autorité. Biologiquement, ce dernier doit avoir des enfants voire des
sujets pour être véritablement père. Se différenciant de la femme, le père de famille préexiste dans
les diverses époques des sociétés romaines par sa virilité émanant de sa puissance. Quant au fils, il
se caractérise par sa dépendance vis-à-vis du pater familias. Il est vrai qu'à la mort du pater
familias, le fils devient lui-même, s'il n'est pas trop jeune, pater familias. A l'inverse, tous les pères
ont auparavant été des fils, ce qui les place toujours dans un lien de soumission à une certaine
époque. La condition et les rapports des fils envers leur père varient au fil des âges. Au sein de
1. POLYBE, Histoires, livre VI, trad. éd. R. Weill et Cl. Nicolet, Paris, 1977.
2. ULPIEN, Digeste, 50, 16, 195, 2, trad. J. Gaudemet, Paris, 1998, p.316.

2

l'Ager publicus, c'est-à-dire du territoire appartenant au peuple romain, chaque relation père-fils est
singulière. Toute généralité est alors scabreuse. Les relations père-fils établies par la loi des XII
Tables, le plus ancien code de lois de la Rome antique, rédigé en 451-450 av. J.-C. sont quelque peu
différentes des réalités de celles de la fin de l'Antiquité. Selon l'édition de M. Crawford et de son
équipe, les indications liées aux questions familiales auraient été placées aux tables IV et V. Parmi
ces indications, les pouvoirs du pater familias sur ses fils sont définis. Par conséquent, les relations
père-fils sont mises à l'écrit. Malgré une société extrêmement conservatrice, les relations père-fils
entre 451-450 av. J.-C. et 476 ap. J.-C. mutent, certes avec lenteur et douceur, mais
incontestablement. A la fin de l'Antiquité, se développe en parallèle du crépuscule de l'Empire
romain d'Occident, le christianisme. Les fils nés naturellement et légitimement sont alors mis en
avant. Durant le Bas-Empire, la constitution de dynasties imposent une plus grande rigueur en terme
de mariage. L'adoption se raréfie, le contrôle social dans l'aristocratie grandissant quant à cette
pratique. Le développement du christianisme à Rome aux IV-Ve siècles ap. J.-C. va de pair avec une
nouvelle vision des relations père-fils. En effet, cette religion est fondée sur un mystère masculin, le
Père étant également le Fils. De plus, le charpentier Joseph, marié à la Vierge Marie, est
religieusement inférieur à son fils adoptif, Jésus étant Dieu. Le christianisme est alors basé sur de
complexes relations père-fils, ce qui indéniablement eut de remarquables conséquences. Entre
oppositions et complicité, comment se caractérise les relations père-fils entre le Ve siècle avant J.-C.
et la fin de l'Antiquité ? En quoi le pater familias apparaît dans les sources comme une figure
autoritaire et protectrice de ses fils à Rome ? Que révèle le silence des sources quant aux relations
hiérarchiques entre les pères et leurs fils ? Afin de tenter d'appréhender les liens entre les pères et
leurs fils, nous analyserons les fils comme des êtres dépendants et soumis aux volontés de leur père,
pour ensuite mettre en lumière le fait qu'ils sont également aidés et protégés par leur paternel ; père
qui est bien souvent un modèle, avant d'étudier les nombreuses oppositions des fils envers leur père
notamment à travers le cas du parricide, le crime des crimes à Rome, pour enfin essayer de peindre,
avec le concours du silence des sources, les relations père-fils en dehors de l'aristocratie tout en
gardant en mémoire que ces individus d'antan sont, avant d'être temporellement éloignés de notre
époque, des êtres humains pourvus de sentiments et d'émotions.

3

Indiscutablement les fils sont dépendants et soumis aux volontés de leur père dans la société
romaine entre le Ve siècle av. J.-C. et le Ve siècle ap. J.-C..
Riche de sa patria potestas, le pater familias a des pouvoirs extrêmement larges sur les membres
de sa famille et notamment sur ses fils. En effet, ce dernier peut, avec le concours de sa puissance
de vie et de mort (vitae necisque potestas), contrôler la vie des membres qui lui sont soumis. La
cruauté du père est très fréquemment le sujet de nombreuses sources littéraires. Dans l'imaginaire
romain, la puissance paternelle est terrible. Par conséquent, cette dernière s'exerce terriblement. Ce
dernier apparaît comme un réel tyran de sa domus. Sa personnalité et sa puissance font du père un
personnage d'autorité sur ses fils. Selon Sénèque (v. 4 av. J.-C./1 ap. J.-C.-65 ap. J.-C.), le pater
familias est un véritable « magistrat domestique »3. Tite-Live (v. 64 av. J.-C./59 av. J.-C.-17 ap. J.C.) utilisa même le terme de maiestas pour caractériser le pouvoir considérable du père, pouvoir qui
impose le respect de ses fils. Toute remise en question de ce pouvoir est immédiatement suivi d'une
terrible sanction. Le père de famille peut imposer la mort. Déjà lors de sa naissance, le fils naturel
du père est soumis au choix de ce dernier. Si celui-ci soulève l'enfant et l'accepte dans sa domus,
l'enfant est adopté par la famille. Par le tollere liberum, le pater familias reconnaît sa paternité.
Dans le cas échéant, il est abandonné et exposé. La plupart du temps, sa vie est éphémère. Face à
l'innocence du nouveau-né, l'usage du pouvoir du père prouve sa puissance. L'enfant n'est ni
coupable, ni soupçonné de quoique ce soit, sa vie est simplement soumise à l’approbation ou non de
son père. Tel un dieu, le pater familias valide ou non le passage dans le monde des vivants d'un être.
Néanmoins, suite à l'abandon d'un nourrisson à l'expulsion du venter, la patria potestas de l'ancien
père s'exerce toujours. L'abandonné reste soumis aux volontés de son père et ce, malgré la nonreconnaissance de ce dernier. Le destin du fils est déterminé par le pater familias. L'acceptation est
vécue comme un don du père, le contre-don étant le respect et la survivance du patrimoine familial.
Le pater familias offre à son fils le droit à la vie. Le reproducteur sexuel est alors dans une position
de dominateur, celui-ci étant l'acteur de cette décision. Lorsqu'il n'y a pas de filiations légitimes ou
naturelles, le droit romain autorise la pratique de l'adoption. C'est notamment le cas du fils naturel
de Paul-Emile qui fut adopté par un fils de Scipion l'Africain. L'adopté entra alors dans la gens des
Scipion et prit le nom de Publius Cornelius Scipio. Il est alors soumis aux volontés de son nouveau
père qui peut exercer sa patria potestas sur lui. Selon Denys d'Halicarnasse (v. 60 av. J.-C.- v. 8 av.
J.-C.), ce droit de vie et de mort proviendrait d'une loi de Romulus, tandis que les juristes romains
l'appellent la « loi royale ». Par conséquent, ce droit, difficilement datable et objet de nombreuses
controverses, est très ancien. La patine de ce dernier est révélateur de l'importance que les Romains
lui accordaient, ceux-ci s'étant arrogés ce droit avant d'autres. Les premiers « n'ont imposé aux
3. SÉNÈQUE, Des bienfaits, 3, 11, 2, éd. F. Préchac, Paris, 1926.

4

enfants qu'une tutelle paternelle fort brève […] Le législateur de Rome donna pour dire, tout
pouvoir au père sur son fils, et cela durant toute sa vie »4, Denys d'Halicarnasse prouve à travers ses
quelques mots l'importance et la centralité du pater familias pour la société romain. Celui-ci est
« sur son fils », c'est-à-dire qu'il le domine et le soumet à ses moindres désirs. La loi des XII Tables
(451 av. J.-C.-450 av. J.-C.) aurait tout de même fixée des limites à ce pouvoir, le pater familias
ayant besoin d'un iusta causa pour exécuter sa progéniture. Néanmoins, les mises à mort
notamment à l'âge adulte, ce qui prouve la soumission et la dépendance des fils vis-à-vis de leur
père, sont plurielles. Selon Orose (v. 380 ap. J.-C.-v. 417 ap. J.-C.) 5, Quintus Fabius Maximus fit
abattre son fils par deux esclaves. Toutefois, le père ayant commis l'infanticide subit les
conséquences de cet acte, Pompée le condamnant. Les fils doivent donc être conformes aux attentes
de leur père, au risque de trépasser. Sénèque donne également l'exemple de l'aristocrate Trichon, un
chevalier romain, qui sous Auguste (27 av. J.-C.-14 ap. J.-C.) fit mourir son fils sous les coups d'un
fouet6. La violence envers les enfants récalcitrant aux souhaits du pater familias est totale. Les pères
de famille conçoivent globalement leur enfant comme un pot vide à remplir, pot qui bénéficie d'une
indulgence existentielle. « On a les enfants que l'on veut avoir », cet extrait des Adelphes de
Térence (v. 190 av. J.-C.-159 av. J.-C.) est révélatrice de cette conception des enfants et notamment
des fils. Dans une société romaine dominée par la jeunesse, les relations père-fils sont considérées
comme royales, celles-ci étant fondée sur la Tradition. Le statut est alors supérieur à l'âge, les pères
de famille pouvant être relativement jeunes, là où de vieux fils peuvent encore être soumis à leur
père. Denys d'Halicarnasse dans Les Antiquités romaines indique que le pater familias « était
absolument libre, selon le cas de le faire emprisonner, de le flageller, de l'enchaîner et de le faire
travailler de force aux champs, et même de lui ôter la vie ». Ce passage résume remarquablement la
diversité des pouvoirs du père de famille notamment sur ses fils, diversité prouvant également la
puissance de ce dernier. Au IIe et au Ier siècle av. J.-C., la société romaine tente de pacifier ces
rapports de domination père-fils. Cependant, le transfert de prérogatives de la sphère privée à la
sphère publique ne permit pas de retirer le pouvoir très fort des pères, la société étant dominée par
des pères. Automatiquement, ceux-ci favorisent incontestablement le sort des enfants pères de la
cité, plutôt que des enfants fils de père de la cité. En effet, les pères de famille de l'aristocratie
romaine sont globalement des pères de la cité. Leurs enfants peuvent alors être soumis à leur
puissance domestique (patria potestas) et à leur puissance confér...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : VHH5E11 - Histoire ancienne &ndash; Licence Histoire 3e ann&eacute;e<br />
Devoir Corrigé de 10217 mots (soit 14 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "VHH5E11 - Histoire ancienne – Licence Histoire 3e année
Devoir"
a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

VHH5E11 - Histoire ancienne &ndash; Licence Histoire 3e ann&eacute;e<br /> Devoir

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit