LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Madame Bovary de Flaubert: Partie 2 Chapitre ... Commentaire de « phèdre », acte v, scène dern ... >>


Partager

Qu'est-ce qu’un héros?

Littérature

Aperçu du corrigé : Qu'est-ce qu’un héros?



Publié le : 7/10/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Qu'est-ce qu’un héros?
Zoom

L’un des avantages d’une telle définition, émotionnelle et, pour ainsi dire, phénoménologique du héros (dans la mesure où elle le définit en fonction de la vie mentale du lecteur), est d’établir, contrairement aux modèles précédents (épique et idéologique), la déconnexion de l’éthique et de l’esthétique (déjà soulignée par Kierkegaard). Malgré ce que laisse croire une conception naïve du héros, celui-ci n’est en rien comptable de la morale commune. Lorenzaccio, Hernani, Ruy Blas... : les romantiques ont inventé des héros qui mêlent en

 

eux le bien et le mal - tel est même le fondement de leur esthétique. Lancelot, épris de la reine Guenièvre, était-il donc un modèle de vertu? Et le propre des héros tragiques n’est-il pas de se laisser emporter par des passions funestes, de se livrer, depuis les Atrides, aux plus noirs forfaits?

 

Pour Tomachevski c’est là un point capital: « Ce n’est que dans les formes primitives » que « le rapport émotionnel envers le héros coïncide obligatoirement avec le code traditionnel de la morale et de la vie

 

sociale » ; et c’est l’erreur des « critiques des années 1860 » que d’avoir « apprécié les héros du point de vue de l’utilité sociale de leur caractère et de leur idéologie ». « Ainsi, ajoute Hamon, hiérarchie morale ne s’identifie pas nécessairement à hiérarchie fonctionnelle (narrative) : les \"bons\", les personnages \"sympathiques\" » ne sont pas forcément les héros. Et Mauriac de confesser sa faiblesse pour « le héros [misérable] du Nœud de vipères ou l’empoisonneuse Thérèse Desqueyroux, aussi horribles qu’ils apparaissent », et corollairement, son « antipathie à l’égard des personnages les plus dignes d’être aimés ». Toute La Comédie humaine repose sur cette dissociation de l’éthique et de l’esthétique, les héros les plus fascinants - du Marsais, Maxime de Trailles, Rastignac, Vautrin... - étant aussi les plus cyniques.




Le héros véritable est donc exemplaire au sens où l\'on peut s’identifier à lui. C’est sa dimension « projectionnelle » (Greimas). Il n’est pas forcément un exemplum, un modèle de comportement, toujours digne d’admiration. Quand Aristote écrit qu’Homère a fait d’Achille « un exemple de dureté », ce n’est pas pour nous inviter à imiter cette inhumanité, mais plutôt pour suggérer son universalité. Les choses se compliquent dès lors un peu puisque ce « héros idéologique », comme l’appelle V. Jouve, peut à la rigueur n’être pas central. Lévine dans Anna Karénine, ou Philinthe dans Le Misanthrope sont de ces « héros convexes non protagonistes » (V. Jouve). Corneille notait déjà dans un commentaire sur sa pièce La Mort de Pompée (1642) qu’il y avait « quelque chose d’extraordinaire dans le titre de ce poème, qui porte le nom d’un héros qui n’y parle pas ». Et qui est le véritable héros du Père Goriot ? Le personnage éponyme, qui finit en paria ? ou Rastignac, type même de l’ambitieux prêt à tout ?

 

2. Héros convexe, héros concave

 

Si tous les héros sont loin d’être des modèles, dignes d’être loués ou imités, ils n’en seraient donc pas moins toujours exemplaires au sens faiblev: en tant qu’ils représentent des attitudes communes. Telle est la thèse de Vincent Jouve. Prenant acte de l’invention par le réalisme de héros non héroïques, voire d’anti-héros, le théoricien n’en croit pas moins possible de sauver cette notion d’exemplarité comme une caractéristique toujours pertinente, un « trait permanent » du héros. C’est la fonction de cette distinction, un peu jargonnante mais bien utile, entre les personnages convexes et concaves: convexes, i. e. « à la conduite exemplaire » ; « concaves », c’est-à-dire, au contraire, « loin d’être exemplaires ». « Emma Bovary, poursuit V. Jouve, Frédéric Moreau ou Molloy n’ont par leur attitude rien de glorieux, ils sont néanmoins les protagonistes d’un itinéraire qui, lui, est souvent édifiant », en quoi ils demeurent exemplaires, « au sens second (en tant que \"sujets d’une histoire qui doit servir d’avertissement ou de leçon\") ». On songe à Mauriac: « Aussi vivant [sic] que ces héros [du roman en général] nous apparaissent, ils ont toujours une signification, leur destinée comporte une leçon, une morale s’en dégage ».~Le critère d’identification du héros n’est plus très loin ici d’être d’ordre didactique.

 

L’intérêt de la thèse de V. Jouve est dans son ambition synthétique. Elle permet en effet d’intégrer la subversion réaliste du modèle héroïque, ce « crépuscule des dieux » (Pierre Glaudes et Yves Reuter, Le Personnage, 1998). « Je me compare toujours à un modèle parfait, et qui ne peut exister », déclare Fabrice del Dongo. Ph. Hamon, avant tout spécialiste de Zola, a méthodiquement analysé cet effort des naturalistes pour se situer dans la « moyenne des événements humains » (Maupassant), le choix des romanciers se portant vers des individus que rien ne distingue parce qu’ils sont représentatifs. Leur caractérisation s’opère, comme l’observe Jakobson, par la sélection de «





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 7040 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Qu'est-ce qu’un héros?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit