NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< JEUNESSE DU COMMANDEUR DE *** (La) de L’ ... Grand Oral du Bac: Les calendriers >>


Partager

Acte IV, scène 6 : La puissance de cette scène tient à la violence des sentiments de Phèdre et à l'art de Racine.

Littérature

Aperçu du corrigé : Acte IV, scène 6 : La puissance de cette scène tient à la violence des sentiments de Phèdre et à l'art de Racine.



Publié le : 9/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Acte IV, scène 6 : La puissance de cette scène tient à la violence des sentiments de Phèdre et à l'art de Racine.
Zoom

il évoque le monde surnaturel des dieux, des Enfers, de la famille de Phèdre à qui il fait imaginer une scène dramatique dans les enfers (« Je crois voir de ta main tomber l\'urne terrible / Je crois te voir, cherchant un supplice nouveau / Toi-même de ton sang devenir le bourreau ») ;

 

il rappelle le monde extérieur (Thésée) qui semblait avoir été

 

presque oublié depuis l\'acte I ;

 

il harmonise la composition logique et la spontanéité de la passion ;

 

il peint le regret (« Aricie a trouvé le chemin de son coeur »), la douleur, la passion (« Tout ce que j\'ai souffert, mes craintes, mes transports / La fureur de mes feux, l\'horreur de mes remords »), l\'amour idyllique (les vers 12361240, la magie évocatrice du vers 1240, le vers 1256), la détermination (le rythme martelé du vers 1259), la furie, le délire (les vers 1264-1266), la folie (le vers 1268), le sentiment d\'exclusion (« triste rebut de la nature entière »), le désespoir, en usant de toutes les ressources de la poésie : les hyperboles définissant Hippolyte, les inversions de « Et d\'un refus cruel l\'insupportable injure » et de « Jusqu\'au dernier soupir de malheurs poursuivie », le chiasme de « Me nourrissant de fiel, de larmes abreuvées », l\'image de la noyade dans les pleurs, l\'hypallage des « homicides mains », l\'efficacité des enjambements : « la vue / De ce sacré Soleil dont je suis descendue » - « d\'un père insensé / Le sacrilège voeu ».

 

La scène 6 de l\'acte IV de \"Phèdre\" nous montre que la jalousie est, pour une âme passionnée, un cruel supplice, d\'autant plus que les héros raciniens peuvent avec lucidité scruter impitoyablement leurs coeurs pour y discerner toutes leurs raisons de souffrir, toutes les nuances de leur douleur.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1144 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Acte IV, scène 6 : La puissance de cette scène tient à la violence des sentiments de Phèdre et à l'art de Racine." a obtenu la note de : aucune note

Cacher les ressources gratuites

Problématique

Plan détaillé

Textes / Ouvrages de référence

Citations

Quelle est la couleur de la tomate ?

Avertissement de respect de copyright. Respect des régles orthographique (pas de langage SMS).



150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit