analyse sarte

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ?Jusqu?à la fin du XIIe siècle, le roi est co ... la maladie de l aulne >>


Partager

analyse sarte

Littérature

Aperçu du corrigé : analyse sarte



document rémunéré

Document transmis par : golshan123-309383


Publié le : 20/11/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
analyse sarte
Zoom

Syntax Error: Expected the default config, but wasn't able to find it, or it isn't a Dictionary
Aliocha Wald Lasowski 
 
POLITIQUE ET ESTHETIQUE DANS L’ENFANCE D’UN CHEF DE 
SARTRE 
 
 
RELIEF 1 (1), 2007 – ISSN : 1873?5045. P28?49 
http ://www.revue?relief.org
URN:NBN:NL:UI:10-1-112980
Igitur, Utrecht Publishing & Archiving Services 
© The author keeps the copyright of this article 

L’enfance d’un chef n’accorde que peu d’importance aux formes politiques de 
la  solidarité  humaine  ou  encore  de  la  simple  communication  avec  autrui. 
Parce qu’elle privilégie, à l’origine du moins, l’individuel et le singulier, la 
fiction  romanesque  atteint  au  politique  par  une  voie  oblique  :  dans  quelle 
mesure  le  petit  roman  de  Sartre  peut?il  entrer  en  débat  avec  la  politique ? 
On  notera  à  ce  propos  que  L’enfance  d’un  chef  multiplie  les  références 
ponctuelles et indirectes aux hommes politiques français des années 1920 et 
1930  :  le  petit  roman  mentionne  Raymond  Poincaré,  président  de  la 
République  ;  Aristide  Briand,  président  du  Conseil,  Édouard  Herriot, 
ministre  d’État  du  parti  radical,  Léon  Blum,  homme  politique  socialiste. 
L’entrée du personnage principal chez les camelots du Roi évoque Barrès et 
Maurras1 .  Et  c’est  donc  aujourd’hui,  actuellement,  qu’en  quelque  sorte  ce 
contenu fait surface. Cela étant, L’enfance d’un chef n’est pas de ces œuvres 
qui  prennent  en  compte  directement  une  époque  et  un  monde.  S’y 
dessinerait  plutôt  en  filigrane,  entre  les  lignes  du  texte,  une  réflexion 
constituée  sur  les  rapports  sociaux  et  politiques  de  l’individuel  et  du 
collectif.  
La  nouvelle  de  Sartre,  terminée  en  juillet  1938,  inédite  jusqu’à  sa 
parution dans le recueil Le Mur en janvier 1939 2 , est prise dans un double 
dispositif  qui  la  porte  tout  entier  vers  sa  fin  :  la  démonstration 
philosophique  et  littéraire  d’une  part,  la  vision  subjective  et  esthétique 
d’autre  part,  font  d’abord  écran  à  l’aspect  proprement  politique  du 

28

romanesque.  A  sa  publication,  le  recueil  Le  Mur  a  reçu  le  prix  du  Roman 
populiste  en  avril  1940  :  à  travers  posture  de  répulsion,  rejet  d’un 
humanisme grotesque, artifice de la nausée et dénégation du social, Sartre 
se réclame à bon droit de Louis?Ferdinand Céline. Si pourtant la pathologie 
du  social  se  prévaut  d’un  imaginaire  populiste,  le  visage  de  l’anti?héros 
nauséeux  et  contingent  Lucien  Fleurier  est  bien  celui  de  la  France 
provinciale de l’immédiat avant?guerre. 
L’enfance  d’un  chef  se  propose  d’être,  sous  forme  romanesque,  un 
« laboratoire  de  l’existence »,  suivant  l’expression  de  Julia  Kristeva 3   à 
travers une satire qui, à la manière du canular sartrien, est une critique de 
la  société,  impliquant  rupture  de  ton,  sentiment  de  dégradation,  fragment 
inséré dans le récit et discours imitant les stéréotypes. Présentant la réalité 
quotidienne  comme  un  spectacle  grotesque,  la  satire,  pratique  fictionnelle 
et  parodique,  est  dans  son  principe  un  développement  du  geste  littéraire. 
L’inertie  et  la  paresse  du  faible  Lucien  non  seulement  manifestent  une 
parodie  de  la  vie  bourgeoise,  mais  aussi  prolongent  la  philosophie 
sartrienne du désordre de la contingence et du monde.  
Ce  qui  caractérise  le  style  de  Sartre  dans  L’enfance  d’un  chef,  c’est  sa 
capacité  à  dire  plusieurs  choses  en  une,  échappant  au  tragique  de  la 
linéarité et à la succession romanesque. 
 
 

LUCIEN FLEURIER : UN ANTI?HEROS 
 

Il me dit qu’il a lu et fait lire à deux de ses collègues L’enfance d’un chef. “Ils m’ont 
dit : mais votre camarade est antisémite. Et je dois dire que si je ne te connaissais 
pas…”  4

 

1. Lucien Fleurier : portrait d’un « salaud » 
En suivant le récit ironique de l’enfance et de l’adolescence de son héros – 
qui emprunte des traits généraux à l’époque et à la situation historiques –, 
Sartre raconte dans L’enfance d’un chef l’apprentissage d’un « salaud », celui 
dont  l’appartenance  sociale  à  la  classe  dominante  conditionne  l’existence, 
celui pour qui le statut de « chef » demeure l’unique valeur. Dans une Lettre 
au Castor, Sartre note le 12 mai 1940 que « dans Le mur il n’y avait que des 

29

salauds ». Salaud,  ce terme  familier apparaît  pour  la  première  fois  dans  La 
Nausée avec une majuscule d’antonomase et désigne celui qui renonce à sa 
liberté  et  qui  oublie  sa  contingence  pour  faire  coïncider  son  être  avec  son 
pure  existence  sociale  :  son  appartenance  à  la  société  conditionne  et 
détermine  absolument  sa  vie.  Le  Salaud  est  donc  par  excellence  le  chef  : 
celui qui a un être de droit, un être de la famille, un être de classe. 
Le personnage de Lucien Fleurier, Sartre l’a certes inventé, mais « ce 
n’était pas très difficile, parce que de mon temps il y avait des tas de gens 
qui  étaient  comme  ça »,  explique?t?il  lors  d’entretiens  réalisés  à  l’occasion 
du film Sartre par lui?même, en 1972 :  
 
Il  s’agissait  au  fond  d’expliquer  pourquoi  on  était  antisémite  dans  une  première 
tentative, mais le personnage n’a de sympathique et de commun que le sentiment 
de sa contingence, seulement, il réagit comme un salaud, c’est?à?dire qu’il se crée 
immédiatement une attitude, des droits et tout ça.  5   
 

De  nouveau,  en  août  1974,  Sartre  définit  comme  « salauds »  ceux  qui 
« mettent leur liberté à se faire reconnaître comme bons par d’autres, alors 
qu’en  réalité  ils  sont  mauvais  à  cause  de  leur  activité  même »,  d’après 
l’entretien que Sartre accorde à Simone de Beauvoir 6 .  
Sartre  précise  lors  d’entretiens  pour  le  film  Sartre  par  lui?même  en 
1972 : « on ne doit pas être cet enfant ! […] cette enfance ne ressemble pas à 
la  mienne. »  Dans  « Matérialisme  et  Révolution »,  il  précise  cette  idée  en 
donnant de Lucien une définition générale :  
 
Tout membre de la classe dominante est homme de droit divin. Né dans un milieu 
de chefs, il est persuadé dès son enfance qu’il est né pour commander. […] Il y a 
une certaine fonction sociale qui l’attend dans l’avenir, dans laquelle il se coulera 
dès qu’il en aura l’âge et qui est comme la réalité métaphysique de son individu.  

 
Sartre poursuit :  
 
il  existe  parce  qu’il  a  le  droit  d’exister.  Ce  caractère  sacré  du  bourgeois  pour  le 
bourgeois,  qui  se  manifeste  par  des  cérémonies  de  reconnaissance,  c’est  ce  qu’on 
nomme  la  dignité  humaine.  L’idéologie  de  la  classe  dirigeante  est  tout  entière 
pénétrée par cette idée de dignité  7 .  

30

2. Lucien Fleurier : portrait d’un « chef » 
L’enfance  d’un  chef  apparaît  comme  le  petit  roman  de  formation  d’un 
personnage  négatif  et  bourgeois,  Lucien  Fleurier,  futur  chef  d’industrie  à 
travers lequel s’affirme la critique parodique de tous les conservatismes de 
l’époque.  Si  l’on  en  juge  par  un  passage  de  Situations  II,  Lucien  Fleurier 
correspond à un personnage que Sartre a véritablement rencontré :  
 
J’ai  connu  vers  1924  un  jeune  homme  de  bonne  famille,  entiché  de  littérature  et 
tout  particulièrement  des  auteurs  contemporains.  Il  se  gorgea  de  la  poésie  des 
bars quand elle était à la mode, puis, à la mort de son père, reprit sagement l’usine 
familiale et le droit chemin. Il a épousé une riche héritière. Vers le moment qu’il se 
maria,  il  puisa  dans  ses  lectures  la  formule  qui  devait  justifier  sa  vie.  “Il  faut, 
m’écrivit?il un jour, faire comme tout le monde et n’être comme personne”. 8   
 

Tel  est  Lucien  Fleurier,  dont  l’ensemble  des  actes  fonde  une  existence 
d’alibi,  une  conduite  par  approximation  dont  la  morale  semble  tout  droit 
établie d’après  le modèle de L’Ordre  (1929) de Marcel Arland,  s’identifie à 
son père en conformité avec son milieu social. 
Comme  histoire  de  l’apprentissage  politique  qui  conduit  un  jeune 
homme  dans  les  rangs  de  l’Action  française,  L’enfance  d’un  chef  laisse 
affleurer le contexte politique et l’environnement international de la France 
de  l’entre?deux?guerres.  On  connaît  le  retentissement  que  donne  au  mot 
« chef »,  entre  les  deux  guerres,  la  montée  des  extrémismes.  Lucien,  qui 
prépare dans les années 1920 le concours de l’École centrale au lycée Saint?
Louis,  découvre  Les  Déracinés  de  Maurice  Barrès  que  lui  prête  son  ami 
André  Lemordant  « Lucien  trouva  que  Sturel  lui  ressemblait.  “C‘est 
pourtant vrai, se dit?il, je suis un déraciné” ». De nouveau, on offre à Lucien 
un  caractère  et  un  destin,  « une  méthode  pour  se  définir  et  s’apprécier ». 
C’est  donc  vers  le  groupe  des  Camelots  du  roi  que  s’oriente  Lucien  : 
« L’inconscient plein d’odeurs agrestes dont Barrès lui faisait cadeau […] il 
le  trouverait  à  ses  pieds  […]  comme  un  humus  nourrissant  où  Lucien 
puiserait la force de devenir un chef »T9 .  
L’image du chef trouve sa puissance  d’incarnation  dans  le  fascisme, 
dont l’influence touche l’ensemble du continent européen : elle appartient à 
la mythologie culturelle de l’époque, à l’idéologie conquérante et guerrière 

31

de  la  littérature  des  années  1930.  Du  point  de  vue  de  la  composition 
générale,  l’ensemble  des  nouvelles  du  Mur  fait  écho  à  un  autre  recueil  de 
nouvelles, La Comédie de Charleroi de Pierre Drieu La Rochelle qui paraît en 
1934.  Dans  La  Comédie  de  Charleroi,  Drieu  écrit  :  « Qu’est?ce  qui  soudain 
jaillissait ?  Un  chef.  Non  seulement  un  homme,  un  chef.  Un  chef,  c’est  un 
homme  à  son  plein ;  l’homme  qui  donne  et  qui  prend.  J’étais  un  chef. » 10 . 
Drieu  cherche  une  compensation  à  son  angoisse  et  la  trouve  dans 
l’idéologie  fasciste,  qui  promet  une  Europe  forte,  écrit?il  dans  Le  Jeune 
Européen,  capable,  d’après  Socialisme  fasciste,  de  pallier  les  défaillances  des 
démocraties.  En  1934,  Drieu  se  proclame  fasciste.  Il  rapporte  sa  rencontre 
avec un jeune chef des Jeunesses hitlériennes en 1934 : « C’était là le regard 
de  quelqu’un  qui  a  souvent  besoin  de  décider  promptement  du  sens  à 
donner à une nouvelle figure » écrit?il dans « Souvenir d’hier » 11 . Le thème 
du chef obsède l’œuvre de Drieu. C’est ainsi qu’il publie en 1933 une pièce 
en  quatre  actes,  Le  Chef.  Ce  qui  caractérise  le  chef,  c’est  qu’il  est  paré  de 
toutes les qualités du guerrier. C&rs...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : analyse sarte Corrigé de 4326 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "analyse sarte" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

analyse sarte

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit