NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ALAIN, pseudonyme d’Émile Chartier : sa ... Le roman historique (Histoire de la littératu ... >>


Partager

ANEAU Barthélemy : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : ANEAU Barthélemy : sa vie et son oeuvre



Publié le : 14/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

ANEAU Barthélemy : sa vie et son oeuvre
Zoom

ANEAU Barthélemy (vers 1505-1561). Né à Bourges vers 1505, Aneau y suit les cours de droit de l’Université. A partir de 1529, il est successivement régent, puis principal du fameux collège de la Trinité, à Lyon. Il y a été assassiné en 1561, au cours d’« une échauffourée religieuse » (?). C’est dans cette ville, où il est en contact avec tout le milieu des imprimeurs et humanistes, qu’il publie la presque totalité de son œuvre.

 

Il doit au Quintil Horatian, ouvrage anonyme qui lui est aujourd’hui attribué, une réputation de « pédant de collège » que ne justifie pas du tout le reste avoué de son œuvre. Paru en 1550, ce texte, sous couleur de « correction amiable et modeste », reproche à la Deffence et illustration de Du Bellay de ne pas défendre et de ne pas illustrer une langue qui a fait ses preuves, avant lui, avec les rhétoriqueurs et les marotiques; bref, d’être incohérent dans sa démonstration, de méconnaître sa langue, d’abuser de l’italien et des recherches étrangères. Quoiqu’elles soient souvent honorables et que leur ton polémique soit alors le fait de tous, y compris de Du Bellay, on devrait bien laisser de côté ces quelques notes hargneuses pour lire d\'Aneau son théâtre, ses recueils emblématiques, ou encore Alector ou le Coq, histoire fabuleuse (1560), car l’auteur, imaginatif, cherche souvent des voies nouvelles, très conscient de tout ce que son siècle offre de curiosités et d’amusements à l’esprit sans même que le corps quitte l’étonnante ville de Lyon.

 

A sa ville il offre, en 1542, une sorte de chronique mystérieuse, mimée à dix personnages, avec des indications précises de décor, de costumes et de mouvements : Lyon marchant, satire françoise; Lyon, aidé de Rouen, y dispute, à Orléans et à Paris, l’honneur de servir la monarchie française; il y est question de religion, de guerres, de Turcs, de tous les événements de ces années-là, et d’autres choses moins claires, sous des formes plus variées que dans son Mystère de la Nativité (1539). Surtout, il montre une virtuosité réelle à multiplier les niveaux de sens, goût qu’ont satisfait ensuite les recueils emblématiques.

 

Aneau s’essaie aux relations entre images et textes dans les Décades de la description... des animaulx (1549), qu’il justifie par le désir de voir et voyager par l\'illustration et l’écriture; ce bestiaire organise en cinq dizaines de dizains, et autant de figures, animaux fabuleux et familiers, licorne, écureuil, chat et lézard, etc., menés par un androgyne et des enfants. Mais ce recueil n’a pas encore l’habileté de l’Imagination poétique (Picta Poesis) de 1552, dans lequel il joue très savamment sur les degrés du visible et de l’intelligible, soucieux de « rendre parlantes et vives » les figures « muettes et mortes » dont disposait son imprimeur sans trop savoir qu’en faire.

 

Comme on se livrera plus tard au petit jeu des descriptions — plus ou moins commentées — d’un tableau ou d’une carte postale, Aneau s’adonne à la « tache difficile de suyvre autruy » (l’auteur du dessin) « par chemin incongneu et estroict », faisant, puisqu\'il est dépendant des figures préexistantes, une expérience différente de celle d’Alciat ou de Corrozet : son imagination se projette dans de complexes petits exercices pratiques d’ico-nologie, révélant les niveaux pluriels de signification et d’interprétation des images et des textes, nous surprenant souvent par des décalages qui ne l’inquiètent guère, allant de la masse des petits tableaux quotidiens fort vifs à l’abstraction des mythes, fables et symboles philosophiques ou moraux, compliquant plus souvent qu’il n’explique par le titre et le poème, mais, paradoxalement, avec beaucoup de netteté.

 

Son chef-d’œuvre est sans doute Alector (1560). Mélange de roman de chevalerie et de texte utopique à la manière du Thomas More qu’il a préfacé, dans la veine des contes arabes, de Rabelais et de Till l’Espiègle, c’est




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1296 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "ANEAU Barthélemy : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit