NoCopy.net

BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< CHAMPLAIN Samuel de : sa vie et son oeuvre Athlétisme : les épreuves d'obstacles >>


Partager

BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre



Publié le : 19/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre
Zoom

BUTOR Michel (né en 1926). Pour définir l’originalité de Michel Butor dans la littérature du XXe siècle, deux points essentiels sont à considérer. D’abord, il s’agit d\'un extraordinaire inventeur de formes littéraires, qui a considérablement renouvelé le registre expérimental de l’écriture. Depuis l’époque du « Nouveau Roman » jusqu’à cette impressionnante tour de Babel des années 1980 qu’est Boomerang, l’œuvre de Butor n’a jamais cessé d’ouvrir le romanesque à des architectures nouvelles et à des mécanismes inauguraux sans pour autant s’empoisser dans le stéréotype d’aucune technique définitive : si chaque ouvrage s’est échafaudé à partir de grilles textuelles fort précises, il faut souligner que chacune de ses grilles s’est élaborée en dépassant et en modifiant toutes les autres.

 

Le second fait à retenir, c’est la souplesse de cette œuvre qui a fortement contribué à sortir la littérature de son ghetto tout en renforçant sa spécificité. Infatigable voyageur, enquêteur extra muros, Hermès présidant aux carrefours des arts, Butor a immergé l’écriture traditionnelle dans une stéréophonie enrichissante : musique, opéra, peinture, ethnologie, informatique, typographie, critique littéraire, autant de registres auxquels Butor a touché, en un vaste clavier modulant l’infinie variété des langages contemporains.

 

Michel Butor est né à Mons-en-Barœul, où son père travaille pour les Chemins de fer du Nord : détail qui a son importance, car il va donner au futur écrivain sa veine baladeuse, ce goût des aiguillages et de l’itération ferroviaire qui culminera avec la Modification, son roman le plus célèbre. Il a trois ans lorsque son père est muté à Paris. Il y passe son enfance et y fait ses études. Licence de philosophie à la Sorbonne, où il rédige un mémoire d\'épistémologie sous la direction de Bachelard, tout en se livrant à diverses activités « marginales » : gravure, peinture, musique. En 1950, à vingt-quatre ans, il est professeur en haute Egypte : il commence à écrire Passage de Milan, et, un an après, le voici lecteur de français à l’université de Manchester. En 1954, il est professeur au lycée français de Salonique, pour une nouvelle année scolaire. Sa destination suivante le conduira à Genève, toujours comme professeur, mais sans que ces multiples déplacements entravent son travail d’écrivain : à cette époque, Butor donne les nombreux articles sur l’art qui seront réunis dans la série des Répertoires, il écrit des textes importants sur le roman, ainsi que des études qui témoignent de son cosmopolitisme culturel : Jules Verne, Boulez, Proust, Roussel, Leiris, Joyce, Pound, Faulkner, etc., il croque quelques « cartes postales » qui formeront le premier volume du Génie du lieu (Cordoue, Mantoue, Delphes...), et surtout il publie ses principaux romans : Passage de Milan (1954), /’Emploi du temps (prix Fénéon 1956) et la Modification (prix Renaudot 1957).

 

Après avoir publié son quatrième roman, Degrés, en 1960, Butor va recommencer à voyager : trois séjours successifs aux États-Unis, une année à Berlin. A partir de là, et pour toute la décennie à venir, son inspiration atteindra la dimension « mondialiste » et transculturelle : il poursuit ses Répertoires (5 vol. en 1982), continue les explorations du Génie du lieu (1958), crée un opéra avec Henri Pousseur (Votre Faust, 1962), fait des expériences radiophoniques (avec Réseau aérien [1962] où l’écriture se met à l’heure des avions à réaction, et avec 6 810 000 Litres d’eau par seconde [1965] où l’on suit en stéréo la grande saga du Niagara), entreprend de nouvelles rêveries sur des lieux ou sur des villes, Mobile (1962), et poursuit les recherches formelles qui aboutiront à ses Travaux d’approche, le plus élaboré de ses recueils de poésie.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre Corrigé de 2499 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

BUTOR Michel : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit