COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< DELAVIGNE Jean-François Casimir : sa vie et s ... CONTINUATIONS (du Perceval de Chrétien de Tro ... >>


Partager

COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre



Publié le : 22/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre
Zoom

COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette, dite (1873-1954). Colette occupe une place solitaire. La spécificité de sa vision, aiguë et résolument subjective, est à l\'œuvre dans la spécificité d’une écriture conquise au cours d\'une longue vie de travail littéraire : elle n’osa s’appeler Colette qu’à cinquante ans, après avoir signé successive-

ment Willy, Colette Willy, Colette (Colette Willy). Son œuvre épouse les courbes d’une vie bien remplie d’amoureuse et d’écrivain, qui s’inventa en marge et en fonction des conformismes de la IIIe République; pour ce nouveau regard de femme sur le monde, Colette modela, en fonction des rhétoriques héritées, un autre style, qui prenait le risque du narcissisme pour atteindre la sincérité.

 

Une vie bien remplie

 

C’est en Bourgogne, à Saint-Sauveur-en-Puisaye, dans une famille heureuse et peu fortunée, que naquit Gabrielle, entre un jardin et une bibliothèque. Son père, capitaine devenu percepteur après une blessure suivie d’amputation, la laisse grandir librement et lui ouvre sa bibliothèque. Sa mère, Sidonie, lui ouvre son jardin, lui permet de courir par les champs, lui donne l’exemple d’une vie complice de la nature et laisse se développer entre elles un rapport privilégié. Son éducation est campagnarde et laïque : Gabrielle ne suit le catéchisme que pour la forme, elle est instruite à l’école publique jusqu’au brevet élémentaire. Elle partage les jeux de son frère Léo, et, si elle n’est guère liée avec sa demi-sœur Juliette, née d’un premier mariage de Sidonie, elle s’attache à son demi-frère Achille (« frère entier par le cœur, le choix, la ressemblance »), qui reçoit toute la famille ruinée, en 1890, à Châtillon-Coligny où il est établi médecin — premier exil!

 

En 1893, Gabrielle épouse Henry Gauthier-Villars, étoile montante du Tout-Paris, déjà connu sous le nom de Willy pour ses critiques musicales prowagnériennes et des romans légers, qui l’introduit dans les salons littéraires. Malheureuse en ménage, elle est entraînée dans les mondanités joyeuses ou lassantes de la Belle Époque, dans des gaietés de Boulevard et même dans des menées scandaleusement publicitaires. « Nègre » [voir Nègre littéraire] de son mari, elle lui laisse signer, de 1900 à 1905, un volume par an : Claudine à l\'école, Claudine à Paris, Claudine en ménage, Claudine s\'en va, Minne, les Égarements de Minne. A la fin de cette union, la future Colette perce de façon autonome avec la publication de quatre puis sept Dialogues de bêtes, et avec ses premières exhibitions sur les planches.

 

Quand se consomme en 1906 la rupture voulue par Willy, Colette se trouve libre d’assumer sa pauvreté, son chagrin, sa curiosité et son bonheur d’écrire. Sa liaison sans contrainte avec Missy (Mathilde de Morny), qui durera quatre ans, qui ne va pas sans scandale et durant laquelle elle connaît les cercles de l’homosexualité féminine et des paradis artificiels, semble avoir été apaisante et réparatrice. En 1908, son lyrisme se fait jour dans les Vrilles de la vigne, qui sont parmi les plus beaux poèmes de langue française. Pour vivre, elle se produira sur scène pendant sept ans, dans des pantomimes, des mimodrames ou des comédies — expérience théâtrale dont l\'Envers du music-hall (1913) sera comme l’annotation littéraire. Bien qu’elle désavoue ses premières œuvres, elle publie la Retraite sentimentale pour conclure la série des Claudine et refond en l\'Ingénue libertine les deux Minne. Ses premiers romans tout à fait personnels sont la Vagabonde (1910) et l\'Entrave (1913). A partir de décembre 1910, elle collabore au Matin, où elle rencontre le baron Henry de Jouvenel des Ursins, qu’elle épousera deux ans plus tard, et dont elle aura une fille en juillet 1913, Colette, dite Bel-Gazou.

 

Sa collaboration au Matin consiste bientôt en « Contes des mille et un matins », hebdomadaires. De 1914 à 1917, le journalisme devient son activité majeure. Son expérience quotidienne et ses pérégrinations en Argonne et en Italie lui inspirent des chroniques qui sont réunies dans les Enfants dans les ruines et les Heures longues




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre Corrigé de 9672 mots (soit 14 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

COLETTE, Sidonie-Gabrielle Colette : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit