NoCopy.net

Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<<



Réf&eacu ...
Présentation générale de l’œuvre : « Vi ... >>


Partager

Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel

Littérature

Aperçu du corrigé : Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel



document rémunéré

Document transmis par : berenicemrvllier-279


Publié le : 5/10/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel
Zoom

Commentaire Littéraire
Le Texte :

Comme Raymond vit qu’ils commençoient à se piquer, il les mit sur un autre
propos, et demanda à Hortensius s’il n’y avoit pas moyen que, pour leur faire
passer doucement le temps, il leur montrât quelqu’un de ses ouvrages qui se
moquoient de tout ce que les anciens avoient fait  ; à quoi Francion joignit
aussi ses prières, tellement que, n’y pouvant résister, il leur dit  : Messieurs,
de vous montrer de petites pièces, comme des lettres ou des sonnets, c’est
ce que je ne veux pas faire maintenant  : je veux parler d’un roman qui est
meilleur que les histoires, car mes rêveries valent mieux que les méditations
des philosophes. Je veux faire ce qui n’est jamais entré dans la pensée d’un
mortel. Vous sçavez que quelques sages ont tenu qu’il y avoit plusieurs
mondes : les uns en mettent dedans les planètes, les autres dans les étoiles
?xes ; et moi, je crois qu’il y en a un dans la lune. Ces taches que l’on voit en
sa face quand elle est pleine, je crois, pour moi, que c’est la terre, et qu’il y a
des cavernes, des forêts, des îles et d’autres choses qui ne peuvent pas
éclater ; mais que les lieux qui sont resplendissans, c’est où est la mer, qui,
étant claire, reçoit la lumière du soleil comme la glace d’un miroir. Eh  ! que
pensez-vous  ? il en est de même de cette terre où nous sommes  : il faut
croire qu’elle sert de lune à cet autre monde. Or ce qui parle des choses qui
se sont faites ici est trop vulgaire ; je veux décrire des choses qui soient arrivées dans la lune : je dépeindrai les villes qui y sont et les mœurs de leurs
habitans ; il s’y fera des enchantemens horribles : il y aura là un prince ambitieux comme Alexandre, qui voudra venir dompter ce monde-ci. Il fera provision d’engins pour y descendre ou pour y monter ; car, à vrai dire, je ne sçais
encore si nous sommes en haut ou en bas. Il aura un Archimède, qui lui fera
des machines par le moyen desquelles il ira dans l’épicycle de la lune excentriquement à notre terre ; et ce sera là qu’il trouvera encore quelque lieu habitable, où il y aura des peuples inconnus qu’il surmontera. De là, il se transportera dedans le grand orbe déférent ou porte épicycle, où il ne verra rien
que des vastes campagnes qui n’auront pour peuple que des monstres ; et,
poursuivant ses aventures, il fera courir la bague à ses chevaliers le long de
la ligne écliptique. Après, il visitera les deux colures et le cercle méridional,
où se feront de belles métamorphoses ; mais, s’approchant trop près du soleil, lui et tous ses gens gagneront une maladie pour qui Dieu n’a point fait de
remèdes que le poison et les précipices. Il leur prendra une ?èvre chaude si
cruelle, que, si les anciens tyrans l’eussent eue en usage, ils en eussent puni
les martyrs, au lieu de se servir des morsures des bêtes. Voilà la ?n que je
mettrai à cet œuvre, qui doit durer autant que la nature, malgré les marauds
qui le blâmeront. Considérez si ce ne sont pas là des choses hautes.

Toute la compagnie fut surprise d’étonnement d’entendre des extravagances
si grandes, et, pour tirer davantage de plaisir de ce brave Hortensius, Raymond, faisant semblant de l’admirer, lui dit : Certes, je n’ouïs jamais chose si
divine que ce que vous venez de nous raconter. Plût à Dieu qu’au lieu que
vous ne nous en avez qu’ébauché de simples traits il vous plût nous réciter
un jour tout le reste de point en point ! C’est assez pour ce coup, lui dit-il, je
vous veux dépêcher matière : il faut que vous entendiez encore d’autres desseins que j’ai. Sçachez que, si le monde nous semble grand, notre corps ne
le semble pas moins à un pou ou à un ciron : il y trouve ses régions et ses cités. Or il n’y a si petit corps qui ne puisse être divisé en des parties innombrables ; tellement qu’il se peut faire que, dedans ou dessus un ciron, il y ait
encore d’autres animaux plus petits, qui vivent là comme dans un bien spacieux monde  ; et ce sont, possible, de petits hommes, auxquels il arrive de
belles choses. Ainsi il n’y a partie en l’univers où l’on ne se puisse imaginer
qu’il y a de petits mondes. Il y en a dedans les plantes, dedans les petits
cailloux et dedans les fourmis. Je veux faire des romans des aventures de
leurs peuples. Je chanterai leurs amours, leurs guerres et les révolutions de
leurs empires  ; et principalement je m’arrêterai à représenter l’état où
peuvent être les peuples qui habitent le corps de l’homme, et je montrerai
que ce n’est pas sans sujet qu’on l’a appelé microcosme. Je ferai quelque
autre discours séparé, où toutes les parties corporelles auront beaucoup de
choses à démêler ensemble. Les bras et les mains feront la guerre aux
pieds, aux jambes et aux cuisses ; et les yeux feront...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel Corrigé de 3790 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel" a obtenu la note de : aucune note

Commentaire de Texte - EXTRAIT L'Histoire comique de Francion de Sorel

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit