NoCopy.net

Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Victor Hugo, Les Contemplations, Livre I Auro ... Quelques conseils avant l'examen de français >>


Partager

Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?

Littérature

Aperçu du corrigé : Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?



Publié le : 11/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?
Zoom

Car les deux mondes parallèles qui s’organisent à partir des deux protagonistes sont eux aussi envahis par des doubles : le « clergyman » que rencontre Cidrolin fait écho aux ecclésiastiques entourant le duc d’Auge ; Russule Péquet et Lalix doublent les remariages ; les ripailles du duc annoncent le restaurant « de-luxe » qu’apprécie Cidrolin... Symboliquement, le chiffre deux est omniprésent : deux récits, deux héros, deux chevaux, deux filles de bûcherons, deux ecclésiastiques. Mais aussi la structure du couple — au sens large du terme : sans même parler du duc et de Russule, de Cidrolin et de Lalix, on songe à Lamélie et à l’ératépiste Cuveton, à Yoland et Lucet, à l’alchimiste et à l’astrologue, ou aux deux prêtres, d’abord sur deux mules, puis sur un tandem.

L’univers du duc d’Auge et celui de Cidrolin semblent ainsi se refléter l’un l’autre dans le miroir déformant des songes. Au centre des reflets, un double structure l’ensemble : la figure des deux protagonistes.

Le double renforce de la sorte cette mise en doute du réel qui naît des ambiguïtés entre le rêve et la veille. Au lieu du « je » (ou du « il ») d’un personnage principal unique, il met en jeu une multiplicité de voix qui est démultiplication et enrichissement. Au lieu de l’unicité, de la limitation, il permet le dépassement, la métamorphose, les changements. Si le héros est double, le lecteur découvre deux univers, c’est-à-dire deux époques, deux espaces, deux groupes de comparses... Et cela, contrairement à un roman traditionnel qui présenterait un héros unique évoluant dans l’univers qui lui est propre.

AUGE ET CIDROLIN :

MÉDIATEURS DES ILLUSIONS

La mise en scène d’un double brouille et remet en question le principe de l’identité du personnage. Elle correspond donc à l’envie d’échapper à un « Moi-prison », qui semble par définition limité, au profit du voyage, de l’évasion, des fantaisies. Le rêve en est l’instrument principal ; il permet à Cidrolin de vivre en lieu et place de



prince chinois vivant dans un luxe inouï, servi par un valet misérable et accablé de travail. Pendant leur sommeil, les deux hommes rêvent : le prince vit alors en songe comme un valet laborieux, et son serviteur comme un puissant seigneur... Le rêve et la veille se dédoublent et alternent, un peu de la même façon que dans Les Fleurs bleues. La figure du double, dans cette perspective, apparaît plutôt comme un effet d’alternances et de symétrie inversée.

Dans le cas du duc d’Auge et de Cidrolin, cette alternance se retrouve nettement : au noble seigneur, errant et dynamique, répond le roturier, immobile et inactif. Les caractères et les attitudes des deux personnages principaux se répondent, mais bien souvent sous leur forme retournée : le casanier devient voyageur, l’inactif, dynamique, le bagarreur, conciliant, le provocateur, poli, le bruyant, discret... Cidrolin aime en effet à rester sur sa péniche et recherche la tranquillité, alors que le duc d’Auge aime voyager et prend le départ dès le chapitre 1. À l\'inverse de Cidrolin, toujours poli, courtois et conciliant, le duc se montre souvent agressif et bagarreur. Dans le chapitre 2, il « occit deux cent seize personnes, hommes, femmes, enfants et autres » (p. 36) ; il envole plus tard « rouler dans la poussière » (p. 72) le jeune Mouscaillot et bat son chapelain.

Aussi n’est-ce pas sans raison que l\'on a parfois voulu considérer le duc d’Auge comme un héros aventurier et Cidrolin comme un sage presque retiré du monde. Du point de vue taoïste, il ne s’agit pas là d\'une suite d’oppositions simplistes, mais de l’alternance de l’activité et du repos, de l’agir et du non-agir — à l\'image de l’alternance du yin et du yang. Ces deux notions, bien qu’a priori simplement inverses, se portent en germe l’une l\'autre, alternent et se complètent, comme les saisons dans la nature.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ? Corrigé de 2168 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?" a obtenu la note de : aucune note

Les Fleurs bleues de Raymond Queneau : Une histoire de double ?

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit