LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MOUVEMENT ET DE L’IMMOBILITÉ DE DOUVE ( ... ARNOULT Alexis Étienne Pierre Henri : sa vie ... >>


Partager

Grand oral du bac : Émile Zola : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : Grand oral du bac : Émile Zola : sa vie et son oeuvre



Publié le : 14/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
 Grand oral du bac : Émile Zola : sa vie et son oeuvre
Zoom

LE CHEF DE FILE DES NATURALISTES

 

Chef de file de l\'école naturaliste, Émile Zola a marqué son époque par la conception du roman qu\'il a imposée, par ses prises de position dans le domaine des arts et des lettres et, surtout, par son œuvre maîtresse, « les Rougon-Macquart », une vaste fresque de vingt titres qui est pour la seconde moitié du xixe siècle ce que « la Comédie humaine » de Balzac fut pour la première. Son engagement humaniste et politique a fait beaucoup pour assurer auprès de la postérité un prestige qui ne sera pas terni par les conflits et les ombres des dernières années de sa vie.

D\'AIX À PARIS

LES PREMIÈRES ANNÉES

 

• Émile Zola naît à Paris le 2 avril 1840.

Il est le fils de François Zola, italien, ingénieur des travaux publics, et d\'Émile Aubert, fille d\'artisans beaucerons.

• En 1843, la famille s\'installe à Aix-en-Provence où François meurt en 1847. La disparition de son père

bouleverse le jeune Émile ; elle influencera profondément son œuvre dominée par la figure du père, homme libéral, novateur, audacieux, bâtisseur - celle-ci sera incarnée par Octave Mouret dans Au bonheur des dames ou encore par le banquier Saccard dans la Curée et l\'Argent

• La mort du père plonge la famille dans des difficultés financières qui s\'aggravent au fil des ans. Émile Zola remboursera, pendant une grande partie de sa vie, des dettes contractées par ses parents. À la différence de nombreux écrivains célèbres de son époque, il ne cessera de travailler pour vivre et faire vivre sa famille.

Le college et le lycée

Émile Zola entre au collège en octobre 1852, comme boursier. Durant ses études, il fait l’expérience de l\'inégalité sociale dans une petite ville de province conservatrice - il la nommera « Plassans » dans ses romans. Élève très studieux, Émile Zola remporte de nombreux prix. Il assimile notamment les règles du « bien écrire » et du « bien composer » et s\'enthousiasme pour la poésie de Lamartine, de Hugo, de Musset.

En 1858, il revient à Paris avec sa mère. Il entre alors, toujours comme boursier, en section des sciences au lycée Saint-Louis. Toutefois, il s\'adapte mal à sa nouvelle vie au Quartier latin, matériellement plus difficile encore que celle qu\'il vient de quitter - « Être pauvre à Paris, c\'est être pauvre deux fois », écrit-il dans la Curée. Son niveau s\'en ressent N\'obtenant de bonnes notes qu\'en français, il échoue en 1859 aux deux sessions du baccalauréat, un diplôme qui est alors un véritable certificat de bourgeoisie et, dans son cas personnel, la condition du succès social et de l\'aisance matérielle.

LES ANNÉES D\'APPRENTISSAGE

La vie de bohème

Zola abandonne ses études, quitte le domicile familial et s\'engage dans une vie de bohème, insouciante et désargentée. Cependant il lit beaucoup et commence à écrire des poèmes : le jeune Zola se rêve alors en poète romantique.

Zola découvre Paris à une époque où la ville connaît une mutation économique, politique et intellectuelle. Ses boulevards, ses gares, ses halles et ses magasins, notamment au Quartier latin, sont alors complètement transformés par les travaux d\'Haussmann.

Zola en fera la description dans ses romans, notamment dans la Curée. La vie politique, arrêtée depuis le coup d\'État du 2 décembre 1851 et la répression qui a suivi, reprend. Tout juste sortie de l’ère romantique, la France plonge dans l\'ère positiviste, qui croit à la possibilité pour l\'homme de se rendre maître de son destin par une nouvelle organisation des savoirs et le primat accordé à la raison scientifique. C\'est à cette évolution, particulièrement sensible à Paris, que Zola assiste avec enthousiasme. Dès ses premières années parisiennes, il a le désir d\'écrire la geste du monde contemporain.



Après la débâcle militaire de septembre 1870, Zola part pour Bordeaux, où s’est replié le gouvernement provisoire. Il espère obtenir un poste de préfet ou de sous-préfet, mais ne devient que secrétaire d\'un des membres du gouvernement. Le premier titre des « Rougon-Macquart », la Fortune des Rougon, est publié dans le Siècle avant de paraître en volume en 1871. La chute du second Empire lui évite des poursuites judiciaires.

 

Revenu sans poste à Paris après la signature de la paix, il assiste à la Commune sans se montrer favorable à l\'insurrection ouvrière. Toutefois, ces événements dramatiques le marquent profondément : il les prendra plusieurs fois pour sujet, en particulier dans Germinal.


LE NATURALISME

Zola emploie pour la première fois le terme de « naturalisme » en février 1865. Le mot n\'est pas nouveau. Dans le domaine des sciences naturelles, il désigne l\'univers de l\'histoire naturelle, par la suite des sciences naturelles et des sciences biologiques. Dans le domaine artistique, l\'école « naturaliste » défend que l\'art est l\'expression de la vie sous tous ses modes et à tous ses degrés, et que son but unique est de reproduire la nature en l\'amenant à son maximum de vérité.

C\'est chargé de ces deux sens que le terme est repris par Zola. D’un côté, les travaux de Charles Darwin convainquent l\'écrivain que la société est, comme la nature, régie par les lois de la lutte pour la vie et de la sélection naturelle. D\'un autre, les thèses de Claude Bernard, énoncées dans son Introduction à l\'étude de la médecine expérimentale (1865), l\'entraînent à rapprocher, voire à identifier les buts et les méthodes du savant à ceux du romancier. Ce dernier se doit, selon Zola, d\'observer les faits puis de les soumettre à l\'épreuve des « modifications des circonstances et des milieux ». Le sous-titre des « Rougon-Macquart » est : « Histoire naturelle et sociale d\'une famille sous le second Empire ».

• Dans le Roman expérimental, texte théorique publié dans le Voltaire avant d\'être repris en volume en 1880, Zola définit sa conception de la création romanesque : il faut selon lui appliquer à la vie passionnelle, aux faits humains et sociaux, la méthode utilisée en physique et en chimie pour l\'étude des corps bruts, et que Claude Bernard a appliquée à l’étude des corps vivants. Le champ d\'investigation du romancier est désormais le réel tout entier. Il doit tout dire, mais dans le seul but de faire comprendre les lois du fonctionnement de l\'homme et du monde, car « la vérité est seule morale ».




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3938 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet " Grand oral du bac : Émile Zola : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit