LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< François MAURIAC nous livre cette réflexion, ... CHACUN SA CHIMÈRE - CORRIGÉ (Baudelaire) >>


Partager

Jean ROSTAND, Ce que je crois (1953). Commentaire composé)

Littérature

Aperçu du corrigé : Jean ROSTAND, Ce que je crois (1953). Commentaire composé)



Publié le : 6/11/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Jean ROSTAND, Ce que je crois (1953). Commentaire composé)
Zoom

L\'ouvrage du célèbre biologiste contient, ainsi que l\'indique le titre un credo, une somme d\'articles de foi. Ainsi s’explique la disposition du texte en versets (Je crois... je crois...).

 

Jean Rostand prophétise en rejetant à la fois les visions d\'apocalypse (fin brutale de l\'humanité) et l\'optimisme béat (il a conscience des dangers). Comme les penseurs du XIXe siècle et certains écrivains d\'anticipation d\'avant 1914, il considère que l\'humanité est en marche vers le progrès et l\'unité.

 

Héritier de Voltaire, il redoute l\'intolérance et le fanatisme, vestiges de barbarie, mais il garde confiance dans le triomphe final de la justice et de la démocratie.

 

Le biologiste reconnaît l\'existence d\'inégalités naturelles, indépendantes du régime social, mais estime qu\'elles finiront un jour de servir de base à un système hiérarchisé.

 

L\'humaniste souhaite une révolution pacifique et un système social collectiviste qui respecte les libertés individuelles. En insistant sur la nécessité de préserver les différences, il montre une crainte du nivellement intellectuel, de l\'uniformisation des cerveaux.




Le candidat doit résumer ou analyser le texte suivant (le choix sera précisé dans la marge). Dans un second temps, il choisira un thème auquel il attache un intérêt particulier. Il le commentera à son gré sous forme d\'un exposé cohérent et clair.

 

« J\'ai déjà dit que je croyais l\'humanité installée pour un très long temps sur la terre. Je ne la vois pas succombant à la famine ou à l\'épuisement des sources d\'énergie.

 

Je crois que les dangers mêmes qui la menacent dans son existence lui seront un aiguillon bienfaisant pour la contraindre à s\'organiser et à s\'unifier.

 

Je crois que l\'intolérance, le fanatisme, le sectarisme — où, le plus souvent, il ne faut voir qu\'excès de moralité mal entendue — ne seront que des régressions temporaires. Je crois que l\'idée démocratique triomphera sans réserves, en ce sens qu\'il me parait impossible que l\'instinct de justice ne fasse aboutir ses protestations et que l\'avantage du grand nombre n\'en vienne à prévaloir sur l\'intérêt de quelques-uns.

 

J\'ignore quel sera le système d\'économie le plus apte à assurer l\'équitable distribution des biens matériels et spirituels; mais je suis à peu près sûr que l\'époque ne peut plus être lointaine où l\'on s\'étonnera que, durant tant de siècles, tant de choses aient pu rester le privilège de si peu de gens, et que la société ait pu se partager en groupes si inégalement traités qu\'on y différait par la taille, par le quotient intellectuel, par la résistance aux maladies, par l\'espérance de vie. par le taux de criminalité.

 

Certes, aucun ajustement social ne saurait abolir les inégalités naturelles entre les humains; mais ces inégalités mêmes, je crois que de moins en moins elles seront soulignées par une sanction sociale, car un temps viendra où ce ne sera plus la meilleure récompense des meilleurs que d\'avoir en excès ce qui est de manque aux moins bons.

 

Cette nécessaire libération du grand nombre, elle ne pourra s\'accomplir sans empiéter un peu rudement sur cette liberté des privilégiés que, de nos jours, on confond volontiers avec la liberté. Aussi soulèvera-t-elle des résistances vives : comme toujours, il faudra qu\'on arrache par la force ce qui eût dû être accordé de bonne grâce; mais force ne signifie point violence, ni surtout violence aveugle, — et je crois avec Bertrand Russell 1 que l\'on peut toujours faire les choses sans violence, bien que ce soit peut-être un peu plus long.

 

Ce qui apparemment sera malaisé, c\'est de faire en sorte que la collectivité ne mésuse pas de sa puissance à l\'égard de ceux qui la constituent. Il y aura un équilibre difficile à trouver et à sauvegarder entre le souci de l\'intérêt collectif et le respect de la liberté individuelle. Même si la société future arrivait à s\'organiser de façon assez harmonieuse pour qu\'elle fût fondée à se regarder comme l\'expression des intérêts de tous, je crois qu\'elle n\'en devrait pas moins persister dans son scrupule envers chacun. En d\'autres termes, je crois que, tout compte fait, c\'est tous les individus qui se trouveraient lésés si la collectivité s\'accordait le droit de toujours, et en toute circonstance, sacrifier l\'intérêt de chacun à l\'intérêt de tous.

 

Je crois, enfin, que l\'individualité spirituelle de chacun devra être jalousement préservée pour le plus grand avantage de l\'ensemble. L\'intelligence, la sensibilité humaines ne pourraient que perdre à l\'homogénéisation, à l\'unification des esprits. Pendant un très long temps, et peut-être toujours, il y aura assez d\'incertitude dans les jugements et dans les goûts pour que l\'humanité trouve profit à ce que les hommes pensent, sentent et croient différemment.

 

Ce ne serait pas la peine que la nature fasse de chaque individu un être unique pour que la société réduisît l\'humanité à n\'être qu\'une collection de semblables. »

 

Jean ROSTAND, Ce que je crois (1953).

1. Bertrand Russell : mathématicien britannique contemporain connu pour ses idées progressistes.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé directement accessible

Le corrigé du sujet "Jean ROSTAND, Ce que je crois (1953). Commentaire composé)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit