NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Joachim Du Bellay, L'Olive, « Déjà la nuit en son parc amassait ». Commentaire composé

Littérature

Aperçu du corrigé : Joachim Du Bellay, L'Olive, « Déjà la nuit en son parc amassait ». Commentaire composé



Publié le : 11/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Joachim Du Bellay, L'Olive, « Déjà la nuit en son parc amassait ». Commentaire composé
Zoom

Coupure dans le temps avec la subordonnée de temps « Quand », comparaison méliorative avec une étoile vive (=divinité, irréalité). Le poète compare la femme à une Nymphe ; sentiment de vitalité, de la joie de vivre, avec « en riant ». L’apostrophe retarde l’annonce de l’arrivée de la Nymphe. La femme est associée à une seconde Aurore (métaphore), tant elle prend de place dans la conscience du poète. Sa beauté est rehaussée avec la rivalité qu’elle entretient avec le jour honteux (« honteux », « double teint colore »). Le lever du soleil qui aurait dû être magnifique est dépassé par la beauté de la femme. La femme n’est jamais désignée en tant que telle – d’abord Nymphe, puis Aurore.



Joachim Du Bellay, L\'Olive, « Déjà la nuit en son parc amassait ».

Déjà la nuit en son parc amassait

Un grand troupeau d\'étoiles vagabondes,

Et, pour entrer aux cavernes profondes,

Fuyant le jour, ses noirs chevaux chassait ;

Déjà le ciel aux Indes rougissait,

Et l\'aube encor de ses tresses tant blondes

Faisant grêler mille perlettes rondes,

De ses trésors les prés enrichissait :

Quand d\'occident, comme une étoile vive,

Je vis sortir dessus ta verte rive,

O fleuve mien ! une nymphe en riant.

Alors, voyant cette nouvelle Aurore,

Le jour honteux d\'un double teint colore

Et l\'Angevin et l\'indique orient.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1331 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Joachim Du Bellay, L'Olive, « Déjà la nuit en son parc amassait ». Commentaire composé" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit