Le journal le Gil Blas

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< 1957 Mai dans le monde (histoire chronologiqu ... JAZZ: L’UN CHANTE, L’AUTRE PLUS >>


Partager

Le journal le Gil Blas

Littérature

Aperçu du corrigé : Le journal le Gil Blas



Publié le : 13/12/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le journal le Gil Blas
Zoom

GIL BLAS (le) (1879-1914). Le journal le Gil Blas est fondé, en 1879, par Auguste Dumont, ancien associé de Villemessant au Figaro du second Empire et de Magnier à l’Événement d’après 1871. Il est, lorsque la République, enfin assise, va pouvoir (1881) proclamer la liberté de la presse, un journal typiquement parisien, « blagueur », boulevardier, avec un côté mondain où il verse trop volontiers. S’il se voulut d’abord « littéraire », il ne résista pas à l’attraction du « potin », même grivois. Le succès qu’il obtient est donc ambigu; le journal reste littéraire par tout ce qu’il a publié de « contes » et de nouvelles (de Maupassant surtout); mais il se fait lire encore plus par ses « nouvelles à la main » (il reprend la

 

vieille rubrique du xixe siècle), par ses échos (du « Diable boiteux » et autres), tous très « parisiens ». Son parisianisme et sa « gauloiserie » sont cocardiers, factices, affectés. Ils préparent cette « Belle Epoque » dont le Gil Blas, par la suite, sera l’expression parfaite. Les échos très parisiens n’empêchent nullement les « déclamations sur la décadence des mœurs, sur l’abaissement des caractères, l’affaiblissement du patriotisme et l’anémie de l’honneur français » (Bel Ami, I, 8).

 

Vendu 15 centimes, il atteint, dès 1880, un tirage de vingt-huit mille exemplaires. Ses promoteurs sont, avec Auguste Dumont, Catulle Mendès et Armand Silvestre. Quelques poursuites, presque provoquées, aideront au succès. Les bonnes signatures ne manquent pas : Catulle Mendès, déjà nommé, Rochefort, Villiers de L’Isle-Adam, Barbey d’Aurevilly, Léon Cladel, Maupassant. Ces auteurs donnent des chroniques ou des feuilletons. Les chroniques, signées Maupassant (ou Maufrigneuse), Paul Arène, Émile Bergerat, Clovis Hugues, René Mai-zeroy, Jean Richepin — ou de pseudonymes : Colom-bine, Pompon, Santillane (qui cachent ces mêmes écrivains et quelques autres) —, 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Le journal le Gil Blas Corrigé de 823 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le journal le Gil Blas" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Le journal le Gil Blas

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit