Lecture analytique - Marivaux

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Romans de Arthur Rimbaud Etude de carte par anamorphose, 2011 FMI PNUD >>


Partager

Lecture analytique - Marivaux

Littérature

Aperçu du corrigé : Lecture analytique - Marivaux



document rémunéré

Document transmis par : walix93-286176


Publié le : 24/2/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Lecture analytique - Marivaux
Zoom



Lecture analytique : Marivaux, La vie de Marianne. 1731-1742.

 

Introduction : contexte et paratexte

- Marivaux : il est romancier mais aussi auteur de théâtre. Dans les deux cas, il s’intéresse à l’intériorité des personnages, à l’expression de leurs sentiments, à leur évolution au contact des autres personnages et des évènements qu’ils traversent.

- Un roman inachevé, qui comprend onze parties, ce qui explique la publication échelonnée sur plusieurs années. Cependant, une unité : le personnage de Marianne. Le roman montre l’apprentissage de la jeune fille, confrontée à la réalité de la vie ; elle découvre ses sentiments, notamment amoureux.

- Un roman d’apprentissage : le roman commence alors que Marianne, orpheline élevée par un curé et sa sœur, se rend avec celle-ci en ville ; mais la vieille dame meurt et Marianne se retrouve seule… Monsieur de Climal semble la protéger, mais en réalité il a des vues sur elle. Marianne lui résiste = partie 1. Dans la deuxième partie, Marianne, qui a reçu en cadeau de M. de Climal de nouveaux habits, se rend à la messe ainsi parée : elle attire l’attention de tous, et surtout de Valville, qui s’avèrera être le neveu de M. de Climal. = situation de notre texte.

 

Première lecture, premières impressions

- Le récit est mené à travers les yeux de Marianne = impression de vérité. Nous sommes dans un roman d’analyse : explicitation de ses sentiments et tentative de les définir et d’analyser leur évolution.

- le récit d’une rencontre, avec Valville ; mais aussi le récit d’une découverte, celle du sentiment amoureux.

- le jeu des regards est essentiel, entre Valville et Marianne. Ces regards nouent le début de leur relation.

 

Point de méthode : à regarder impérativement dans un texte romanesque

- Importance de l’énonciation : discours rapportés ? au style direct, indirect, indirect libre ?

Qui est le narrateur ? joue-t-il un rôle dans l’histoire ? y a-t-il du récit de pensée, du monologue intérieur ?

- focalisation interne, externe, zéro avec narrateur omniscient ?

- la place dans l’économie de l’œuvre. Incipit et ses fonctions (informative et séductive), excipit et ses fonctions, autre moment dans l’œuvre (mise en place du récit, péripéties, éléments de résolution…)

- le déroulement du récit : linéaire ou non (prolepses et analepses)

- Les personnages et les liens qu’ils entretiennent entre eux ; l’évolution de ces liens et l’évolution de l’intériorité du personnage (sa perception des évènements qu’il traverse et la façon dont il réagit aux autres personnages).

 

Lecture analytique

Un récit

- Temps du récit : alternance de l’imparfait et du passé simple (différentes valeurs : action brève ou longue).

- Présence de verbes d’action (applaudir, sortir, quitter…). Mais ces verbes sont surtout des verbes de perception (distinguer, examiner, voir…) : l’action consiste surtout en définir le rapport du personnage aux autres.

- Un cadre spatio-temporel assez imprécis : la sortie de la messe « on sortit de l’église », le texte se concentre surtout sur les personnages et leur perception des évènements. Marqueur temporel : « enfin », indique que toute la scène a eu lieu durant la messe à l’église. Il y a donc eu un étirement dans le traitement du temps : la rencontre a fait sortir Marianne de la réalité. « on sortit de l’église » : un mouvement général que traduit le « on » collectif.

- Un récit entrecoupé des réactions du personnage qui raconte : des commentaires, avec l’irruption du présent de vérité générale (« commence », « interrompt »). Récit + commentaire sur ce récit.

 



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Lecture analytique - Marivaux Corrigé de 2667 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Lecture analytique - Marivaux" a obtenu la note de : aucune note

Lecture analytique - Marivaux

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit