LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Mai 1912 (Histoire chronologique) Courbe la tête, fier Sicambre; adore ce que t ... >>


Partager

La littérature de 1910 à 1919 : Histoire

Littérature

Aperçu du corrigé : La littérature de 1910 à 1919 : Histoire



Publié le : 10/1/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La littérature de 1910 à 1919 : Histoire
Zoom

Le génie français, qui, trente ans auparavant, semblait fonder sa littérature sur le roman, n\'aurait, en fait, produit que des poèmes ou des essais revêtus d’une défroque romanesque! On ne saurait ébranler davantage l’«énergie nationale» qui assurait le succès d\'un Barres! C’est que, malgré le lyrisme cocardier qui fleurit certains fusils en 1914, il semble bien que la France des années dix ait été parcourue d\'un profond courant francophobe.



UN

 

Roman

 

À L’AGONIE OU EN GESTATION?

 

Le curieux qui s’attarde à parcourir la presse des années dix s’étonne de la constance avec laquelle les critiques déplorent la mort du roman à une époque qui, aujourd’hui, nous semble des plus créatives. Ainsi, la seule année 1913 voit la publication de Du côté de chez Swann, du Grand Meaulnes, des cahiers de Barnabooth et de la Colline inspirée, sans que les chefs-d’œuvre de Proust, Alain-Fournier, Larbaud et Barres parviennent à interrompre la belle régularité du glas funèbre ! Et, tandis qu’on enterre un roman dont on va jusqu\'à se demander s’il a jamais existé, une génération d’écrivains apparaît, qui met en place, dans une surprenante indifférence, une poétique nouvelle et esquisse les débats qui trouveront leur ampleur autour de 1925.

 

Une crise du roman?

 

Depuis la thèse de Michel Raimond (la Crise du roman des lendemains du naturalisme aux années vingt, 1966), le terme de «crise» est devenu l\'épithète obligée d’une écriture romanesque dont la presse contemporaine publia à l’envi l\'acte de décès. C’est peut-être oublier un peu vite que jamais, jusqu’alors, le roman n’avait tenu une telle place dans le monde de l\'édition ni dans la société.

 

De 1910 à 1920, le nombre de romans publiés chaque année augmente de presque 200 et atteint le millier malgré un très net affaissement de la production globale, qui, de 1900 à 1918, s\'effondre de 13 000 à moins de 5 000 titres en une chute vertigineuse qu\'on ne saurait imputer à la seule guerre. L\'essentiel de la population active est désormais formé de la génération scolarisée par les lois Jules Ferry (école primaire gratuite en 1881, laïque et obligatoire l\'année suivante). De plus, la période compte un grand nombre d\'auteurs de second rayon d\'une redoutable fécondité: Paul Adam, Paul et Victor Margueritte ou Rosny Aîné, par exemple, qui, comme Pierre Benoit à partir de 1918, publient imperturbablement un roman par an ou peu s’en faut. Enfin, la course aux prix littéraires, phénomène né au XIXe siècle mais qui ne trouve son ampleur qu\'à l\'aube de la Grande Guerre, alimente la fébrilité éditoriale.

 

Les maisons d\'édition perçoivent les enjeux commerciaux qui s\'esquissent: dès 1904, le public se voit proposer des collection




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2984 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La littérature de 1910 à 1919 : Histoire" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit