NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 3. Commentaire composé

Littérature

Aperçu du corrigé : Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 3. Commentaire composé



Publié le : 11/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 3. Commentaire composé
Zoom

Molière, L\'École des femmes, Acte III, scène 3.

ARNOLPHE, seul.

Je ne puis faire mieux que d\'en faire ma femme. Ainsi que je voudrai je tournerai cette âme ;

Comme un morceau de cire entre mes mains elle est. Et je lui puis donner la forme qui me plaît.

Il s\'en est peu fallu que, durant mon absence, On ne m\'ait attrapé par son trop d\'innocence Mais il vaut beaucoup mieux, à dire vérité Que la femme qu\'on a pèche de ce côté. De ces sortes d\'erreurs le remède est facile. Toute personne simple aux leçons est docile ; Et, si du bon chemin on l\'a fait écarter, Deux mots incontinent l\'y peuvent rejeter. Mais une femme habile est bien une autre bête, Notre sort ne dépend que de sa seule tête De ce qu\'elle s\'y met rien ne la fait gauchir, Et nos enseignements ne font là que blanchir ; Son bel esprit lui sert à railler nos maximes, A se faire souvent des vertus de ses crimes, Et trouver pour venir à ses coupables fins, Des détours à duper l\'adresse des plus fins. Pour se parer du coup en vain on se fatigue ; Une femme d\'esprit est un diable en intrigue ; Et, dès que son caprice a prononcé tout bas L\'arrêt de notre honneur, il faut passer le pas : Beaucoup d\'honnêtes gens en pourraient bien que dire Enfin mon étourdi n\'aura pas lieu d\'en rire ;

Par son trop de caquet il a ce qu\'il lui faut. Voilà de nos Français l\'ordinaire défaut : Dans la possession d\'une bonne fortune, Le secret est toujours ce qui les importune, Et la vanité sotte a pour eux tant d\'appas, Qu\'ils se perdraient plutôt que de ne causer pas. Oh! que les femmes sont du diable bien tentées, Lorsqu\'elles vont choisir ces têtes éventées!





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1279 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Molière, L'École des femmes, Acte III, scène 3. Commentaire composé" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit