NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5. Commentaire composé

Littérature

Aperçu du corrigé : Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5. Commentaire composé



Publié le : 11/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5. Commentaire composé
Zoom

Dans cet extrait, Agnès dans sa naïveté est incapable de comprendre les sous-entendus de la vieille entremetteuse qui vient plaider la cause d\'Horace afin qu\'il obtienne les faveurs d\'Agnès. Les apartés d\'Arnolphe exercent également un effet comique (v.511et 535-536). De plus il utilise un champ lexical de l\'enfer : « suppôt de Satan », « damnée » (v.511), « sorcière maudite » (v.535) et « enfer » (v.536). Pour lui le cocuage ne peut être l\'oeuvre que du diable. Ces expressions disproportionnées par rapport à la situation prouvent que la plus grande crainte d\'Arnolphe est d\'être cocu. Cela entraîne un effet comique. De même, le comique réside aussi dans le comportement d\'Agnès. En effet, en prenant tout au premier degré, elle interprète les propos de l\'entremetteuse au sens premier et elle se fait l\'idée que le jeune homme a été blessé par ses yeux.



Molière, L\'École des femmes, Acte II, scène 5

AGNÈS Oh tant ! Il me prenait et les mains et les bras,

Et de me les baiser il n\'était jamais las.

ARNOLPHE Ne vous a-t-il point pris, Agnès, quelque autre chose ?

(La voyant interdite.) Ouf!

AGNÈS : Hé! il m\'a...

ARNOLPHE : Quoi?

AGNÈS : Pris...

ARNOLPHE : Euh!

AGNÈS : Le...

ARNOLPHE : Plaît-il?

AGNÈS : Je n\'ose,

Et vous vous fâcherez peut-être contre moi.

ARNOLPHE : Non.

AGNÈS : Si fait.

ARNOLPHE : Mon Dieu, non!

AGNÈS : Jurez donc votre foi.

ARNOLPHE : Ma foi, soit.

AGNES Il m\'a pris... Vous serez en colère.

ARNOLPHE Non.

AGNES Si.

ARNOLPHE Non, non, non, non.

AGNES Il...

ARNOLPHE, à part. Je souffre en damné.

AGNES Il m\'a pris le ruban que vous m\'aviez donné.

A vous dire le vrai, je n\'ai pu m\'en défendre.

ARNOLPHE, reprenant haleine. Passe pour le ruban. Mais je voulais apprendre S\'il ne vous a rien fait que vous baiser les bras.

AGNES Comment! Est-ce qu\'on fait d\'autres choses ?

ARNOLPHE Non pas. Mais, pour guérir du mal qu\'il dit qui le possède, N\'a-t-il point exigé de vous d\'autre remède?

AGNES Non. Vous pouvez juger, s\'il en eût demandé,

Que pour le secourir j\'aurais tout accordé.

ARNOLPHE, bas, à part. Grâce aux bontés du ciel, j\'en suis quitte à bon compte : Si j\'y retombe plus, je veux bien qu\'on m\'affronte.

Chut. (Haut.) De votre innocence, Agnès, c\'est un effet ;





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 984 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Molière, L'École des femmes, Acte II, scène 5. Commentaire composé" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit