LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Molière, Tartuffe, Acte III, scène 3. Commentaire composé

Littérature

Aperçu du corrigé : Molière, Tartuffe, Acte III, scène 3. Commentaire composé



Publié le : 11/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Molière, Tartuffe, Acte III, scène 3. Commentaire composé
Zoom

Molière, Tartuffe, Acte III, scène 3.

TARTUFFE.

L\'amour qui nous attache aux beautés éternelles N\'étouffe pas en nous l\'amour des temporelles ; Nos sens facilement peuvent être charmés Des ouvrages parfaits que le Ciel a formés.

Ses attraits réfléchis brillent dans vos pareilles ; Mais il étale en vous ses plus rares merveilles ;

Il a sur votre face épanché des beautés

Dont les yeux sont surpris, et les coeurs transportés, Et je n\'ai pu vous voir, parfaite créature,

Sans admirer en vous l\'auteur de la nature, Et d\'une ardente amour sentir mon coeur atteint, Au plus beau des portraits où lui-même il s\'est peint. D\'abord j\'appréhendai que cette ardeur secrète Ne fût du noir esprit une surprise adroite ;

Et même à fuir vos yeux mon coeur se résolut, Vous croyant un obstacle à faire mon salut.

Mais enfin je connus, ô beauté toute aimable, Que cette passion peut n\'être point coupable, Que je puis l\'ajuster avecque la pudeur, Et c\'est ce qui m\'y fait abandonner mon coeur. Ce m\'est, je le confesse, une audace bien grande Que d\'oser de ce coeur vous adresser l\'offrande ; Mais j\'attends en mes voeux tout de votre bonté, Et rien des vains efforts de mon infirmité ;

En vous est mon espoir, mon bien, ma quiétude, De vous dépend ma peine ou ma béatitude, Et je vais être enfin, par votre seul arrêt, Heureux si vous voulez, malheureux s\'il vous plaît.

ELMIRE.

Mais elle est, à vrai dire, un peu bien surprenante.

Vous deviez, ce me semble, armer mieux votre sein,

Et raisonner un peu sur un pareil dessein.

Un dévot comme vous, et que partout on nomme...





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 957 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Molière, Tartuffe, Acte III, scène 3. Commentaire composé" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit