NoCopy.net

MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La Surprise de l'amour de Marivaux (résumé & ... Histoire du Venezuela >>


Partager

MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de : sa vie et son oeuvre



Publié le : 26/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de  : sa vie et son oeuvre
Zoom

MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de (1502-1577). Ce soldat des campagnes d’Italie et des guerres de Religion renommé pour sa vaillance, mais aussi pour avoir passé les populations de villes entières au fil de l’épée, eut une ambition littéraire avouée. A l’imitation de César, qu’il se faisait lire au soir des batailles, il laissa des Commentaires en sept livres, destinés à transmettre à la postérité « oublieuse » le bel exemple de ses hauts faits. Un demi-siècle de combats et de guerres y est parcouru dans un style dense et pressé, depuis les guerres d’Italie de sa jeunesse jusqu’à la quatrième guerre de Religion, qui fait suite au massacre de la Saint-Barthélemy. Pour être frustes, ces « escriptures » — comme il les appelle — témoignent d’une conscience littéraire évidente, où l’amour-propre d’auteur se complaît dans la glose et le commentaire, la « farcissure » et l’amplification oratoire. Un tel travail du texte, qui s\'augmente progressivement de digressions et de considérations techniques ou morales, est à rapprocher, mutatis mutandis, de l’infinie réécriture par Montaigne de ses Essais.

 

Une vie de soldat

 

Né au château de Saint-Puy, près de Condom, Biaise de Lasseran-Massencome, seigneur de Monluc, appartient à la petite noblesse pauvre de Guyenne. N’ayant d’autre perspective que la carrière des armes, il entre tôt au service du duc Antoine de Lorraine. Page, puis archer, il est désormais de toutes les guerres. En Italie, il prend part à la bataille de La Bicoque ( 1522) et à celle de Pavie (1525), où il est fait prisonnier. Libéré bien qu’il n’ait pu payer rançon, il reprend aussitôt les armes, à Naples, à Marseille, au siège de Perpignan. Commandant l’ar-quebuserie à C’érisoles (14 avril 1544), il joue un rôle décisif dans la victoire. Lors d\'une nouvelle campagne en Piémont, il dirige, en tant que lieutenant du roi, l’héroïque défense de Sienne assiégée par le marquis de Marignan pour Cosme de Médicis (hiver 1554-1555). C’est là son exploit le plus célèbre, qui lui vaudra à son retour en France d’être fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel. Galvanisant l’énergie de ses troupes, Monluc ne s’était rendu — avec les honneurs de la guerre — qu’au bout de huit mois de résistance et alors que la population était décimée par la famine. A la cour de Henri II, son « bon maître », où il paraît quelque temps, il choque par sa brusquerie de soudard. Il repart en guerre, en Italie encore, puis en Lorraine, où il prend une part active au siège victorieux de Thionville (1558).

 

La mort accidentelle de Henri II en 1559, dont Monluc aurait été averti par un songe prémonitoire, marque un tournant décisif dans sa carrière aussi bien que dans les destinées de la France. A la période héroïque des guerres étrangères succèdent les années sordides en Guyenne : dès le début des guerres de Religion, Monluc se forge

 

une solide renommée d\'homme de sang, enragé défenseur de la cause royale et catholique. Sans jugement et sans préavis, il fait ainsi décapiter sur les marches d’un calvaire, dont la pierre se fend sous le coup, Saint-Mézard, qui avait médit du roi. Les exécutions pour l’exemple se multiplient après les victoires de Targon et de Vergt en 1562, peuplant les arbres de Guyenne de cohortes de pendus. Après l’édit d’Amboise (1563), Monluc fait régner la paix avec la même intransigeance.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de  : sa vie et son oeuvre Corrigé de 2715 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

MONLUC, Blaise de Lasseran-Massencome, seigneur de : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit