NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2. Extrait commenté

Littérature

Aperçu du corrigé : Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2. Extrait commenté



Publié le : 10/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2. Extrait commenté
Zoom

(commentaire composé de français)



Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2.

L\'ORFÈVRE. La cour! le peuple la porte sur le dos, voyez-vous. Florence était encore (il n\'y a pas longtemps de cela) une bonne maison bien bâtie ; tous ces grands palais, qui sont les logements de nos grandes familles, en étaient les colonnes. Il n\'y en avait pas une, de toutes ces colonnes, qui dépassât les autres d\'un pouce; elles soutenaient à elles toutes une vieille voûte bien cimentée, et nous nous promenions là-dessous sans crainte d\'une pierre sur la tête. Mais il y a de par le monde deux architectes malavisés qui ont gâté l\'affaire; je vous le dis en confidence, c\'est le pape et l\'empereur Charles. L\'empereur a commencé par entrer par une assez bonne brèche dans la susdite maison. Après quoi, ils ont jugé à propos de prendre une des colonnes dont je vous parle, à savoir celle de la famille des Médicis, et d\'en faire un clocher, lequel clocher a poussé comme un champignon de malheur dans l\'espace d\'une nuit. Et puis, savez-vous, voisin? comme l\'édifice branlait au vent, attendu qu\'il avait la tête trop lourde et une jambe de moins, on a remplacé le pilier devenu clocher par un gros pâté informe fait de boue et de crachat, et on a appelé cela la citadelle: les Allemands se sont installés dans ce maudit trou comme des rats dans un fromage, et il est bon de savoir que, tout en jouant aux dés et en buvant leur vin aigrelet, ils ont l\'œil sur nous autres. Les familles florentines ont beau crier, le peuple et les marchands ont beau dire, les Médicis gouvernent au moyen de leur garnison; ils nous dévorent comme une excroissance vénéneuse dévore un estomac malade; c\'est en vertu des hallebardes qui se promènent sur la plate-forme, qu\'un bâtard, une moitié de Médicis, un butor que le ciel avait fait pour être garçon boucher ou valet de charrue, couche dans le lit de nos filles, boit nos bouteilles, casse nos vitres; et encore le paye-t-on pour cela.

LE MARCHAND. Peste! peste! comme vous y allez! vous avez l\'air de savoir tout cela par cœur; il ne ferait pas bon dire cela dans toutes les oreilles, voisin Mondella.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1089 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Musset, Lorenzaccio, Acte I, scène 2. Extrait commenté" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit