LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< ROUART Jean-Marie : sa vie et son oeuvre REIGNY Louis Abel Beffroy de : sa vie et son ... >>


Partager

RACAN, Honorât de Bueil : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : RACAN, Honorât de Bueil : sa vie et son oeuvre



Publié le : 29/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
RACAN, Honorât de Bueil : sa vie et son oeuvre
Zoom

RACAN, Honorât de Bueil, seigneur de (1589-1670). Homme à la personnalité déroutante, auteur de théâtre presque par accident (il fut l\'auteur d\'une seule œuvre, les Bergeries, mais elle connut un succès immense), Racan vécut longtemps, et il traversa les années en maintenant son attachement à son premier maître, Malherbe. La rencontre de celui-ci fut sans doute décisive pour le jeune Racan qui semblait plutôt promis à la carrière des armes et à la vie de Cour. Né à Champ-marin (Maine), issu d’une famille noble originaire d\'Italie qui s’était installée en France, orphelin assez jeune, il dut à son cousin et tuteur, le comte de Bellegarde, de devenir page à la cour de Henri IV. Mais les témoignages satiriques concordent sur ce jeune page disgracieux et bégayant, qui ne semblait guère fait pour cette fonction. A la demande de Henri IV, Malherbe devint le protégé du comte de Bellegarde et du même coup se fit le mentor de l’infortuné page, qui le considéra dès lors comme son père spirituel : on disait de Racan qu\'il était page de Malherbe et non page du roi. L\'ennui et le besoin d’évasion pourraient expliquer la carrière littéraire du jeune Racan, qui ne brillait guère à la Cour et ne put jamais s’illustrer à la guerre, bien qu’il ait participé à quelques campagnes contre les protestants, entre 1621 et 1627.

 

Vers 1618, à peine âgé de trente ans, il compose des Stances sur la retraite. Vers la même époque sans doute, il écrit les Bergeries, une des premières et des plus importantes pastorales françaises. On ne sait pas quand la pièce fut jouée. L\'édition originale ne fut publiée qu’en 1625; suivirent douze rééditions en dix ans.

 

La pièce ne se distingue guère de ses modèles italiens ni des premiers essais français, du moins en ce qui concerne les lois du genre [voir Pastorale dramatique]. L\'intrigue s\'organise autour des amours contrariées d\'Artenice et d’Alcidor et d’une chaîne d\'amours non réciproques. Elle s’enrichit, au fil de son déroulement, des péripéties et des personnages familiers aux amateurs de romanesque pastoral. Un satyre convoite Ydalie; un magicien qui permet de « faire voir » l’invisible présente à Artenice la fausse trahison d’Alcidor; un chœur de bergers intervient à la fin de chaque acte, et une « Bonne Déesse » manifeste sa volonté par l\'intermédiaire de songes répétés.





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 855 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "RACAN, Honorât de Bueil : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit