LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Balzac et la création d’un monde Le romantisme et le roman >>


Partager

Le roman idéaliste de George Sand

Littérature

Aperçu du corrigé : Le roman idéaliste de George Sand



Publié le : 14/1/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le roman idéaliste de George Sand
Zoom

George Sand, dans une lettre du 28 février 1832, parlait en ces termes du sujet d\'Indiana : « Il n\'est ni romantique ( ...) ni frénétique, c\'est de la vie ordinaire, c\'est de la vraisemblance bourgeoise, mais malheureusement, c\'est beaucoup plus difficile que la littérature boursouflée ». Il n\'est pas sûr qu\'elle ait réussi à venir à bout des difficultés dont elle faisait ici état. Mais c\'est un fait que ses romans de la passion rompaient avec la frénésie du roman noir aussi bien qu\'avec les déploiements en trompe l\'œil du roman historique. Ce qu\'il y avait de vrai dans le témoignage de cette femme de génie, par-delà les conventions en cours, donnait à ses romans un accent naturel. Enfin, dans Valentine, par exemple, il y avait, à côté d\'un roman sentimental, un roman champêtre. Pour la première fois, George Sand célébrait son pays natal ; elle plaçait la scène dans cette vallée noire si chère à son cœur. Elle exerçait une malice pleine de finesse, déjà, dans les portraits qu\'elle traçait des hobereaux ou des paysans. Si elle préludait ainsi à ce que son inspiration rustique devait avoir de meilleur, elle usait aussi d\'un symbolisme un peu élémentaire qui était bien de son temps. Indiana était << l\'être faible chargé de représenter les passions opprimées », elle incarnait la déception et le désespoir. Et Stenio disait à Lélia : << Ne personnifiez-vous pas, avec votre beauté et votre tristesse, avec votre ennui et votre scepticisme, l\'excès de douleur produit par l\'abus de la pensée ? >>. La Peau de chagrin n\'était pas loin. George Sand était alors partagée entre la transparence de l\'allégorie et la vérité de l\'observation, de même qu\'elle hésitait entre l\'étalage de ses sentiments et l\'expression de ses idées.

 

L’évolution de George Sand George Sand a été elle aussi, à sa façon, vers le roman social l\'écho sonore de son siècle. Après les

 

thèmes du romantisme sentimental, elle a fait siens les thèmes du romantisme social. Vers 1840, le roman social succédait au roman personnel, de même que le roman personnel avait pris la place du roman historique. Cette évolution était liée à l\'apparition du roman-feuilleton qui s\'adressait à un vaste public. Les Mystères de Paris, d\'Eugène Sue, étaient par certains côtés un roman social. C\'est dans les années quarante que Victor Hugo entamait Les Misères. George Sand s’engagea dans cette direction nouvelle en mettant à profit les influences directes qu\'elle subissait, celles de Michel de Bourges, de La Mennais, de Pierre Leroux. Dans Simon, elle donnait à son héros des traits de Michel de Bourges, elle opposait la générosité du peuple aux soucis mesquins de la noblesse. En 1836, quand elle refaisait Lélia, le cardinal Annibal qu\'elle y introduisait, était un La Mennais qui consentait à des audaces qu\'elle regrettait de n\'avoir pas trouvées chez l\'auteur des Paroles d’un croyant. Ses romans étaient comme



George Sand On oppose traditionnellement les romans

 

et l’inspiration rustique champêtres aux romans sociaux. Mais

 

George Sand est passée insensiblement du Péché de M. Antoine à La Mare au diable : simplement, l\'idéal social cesse d\'être prêché avec intempérance, il s\'efface bientôt devant la simplicité du conte rustique. Sand, après l\'immense déception que lui a causée la révolution de I848 s\'écarte définitivement du roman social. Elle renonce aux tirades qui alourdissaient le récit et risquaient de semer la haine chez les humbles. L\'évangile de la sérénité rejoint une esthétique de la maturité. Il faut maintenant apaiser les esprits et toucher les cœurs. Dans La Mare au diable, dans François le Champi, dans La Petite Fadette, les complications de l\'intrigue ont disparu en même temps que les digressions idéologiques. La campagne berrichonne est là, évoquée plutôt que décrite. Sand a trouvé le ton du conteur, plein de malice narquoise et de simplicité tranquille. Elle a réussi à constituer une langue littéraire relevée d\'une pointe de saveur populaire. Le charme du parler paysan atteint parfois, dans Les Maîtres sonneurs, un ton épique, et un idéal rousseauiste vient donner à certaines pages la pure sonorité d\'une religion de la nature. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2575 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le roman idéaliste de George Sand" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit