RUTEBEUF : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< QUESNEL Pasquier : sa vie et son oeuvre LES RÈGLES CLASSIQUES EN LITTERATURE >>


Partager

RUTEBEUF : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : RUTEBEUF : sa vie et son oeuvre



Publié le : 29/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
RUTEBEUF  : sa vie et son oeuvre
Zoom

RUTEBEUF (seconde moitié du xiiic siècle). L\'on a rattaché Rutebeuf à plusieurs lignées : celle de la plainte réaliste, plus ou moins souriante, qui a donné une tradition primesautière (Marot, La Fontaine) et une tradition lyrique (Villon, Verlaine, Apollinaire); celle des grands satiriques et moralistes lyriques (du Bellay, Ronsard, d’Aubigné, Hugo). Rutebeuf apparaît comme l’origine. Il a su, en son temps, se tailler une place unique, inassimilable aux autres grandes figures poétiques du XIIIe siècle, tels Colin Muset, plus léger; Thibaut de Champagne, plus raffiné; Adam de la Halle, plus amer; Jean de Meung, plus philosophe, plus exubérant et plus neuf. Unique est Rutebeuf et, comme tel, sans héritier.

 

Un sobriquet ambigu

 

Rutebeuf est un inconnu, sans doute d\'origine champenoise, mais parisien d’adoption, porteur d’un surnom dont il a fait plusieurs fois l’exégèse en « rude bœuf » et qui n’est pas facile à interpréter. Un sens péjoratif peut se développer dans trois directions : le poète est « rude » dans la mesure où il est grossier et fruste; il est lourd comme un bœuf de labour, et il reprend les mêmes jeux avec application; il est bourru, désagréable à entendre, et sa poésie, à dominante satirique, dérange, importune. Ce sobriquet a un côté polémique : en choisissant comme emblème le bœuf, l’animal des fabliaux, et comme qualificatif l\'adjectif rude, Rutebeuf se définit par rapport à la courtoisie dont il rejette les grâces du style, les topoi, le contenu moral et intellectuel; il se rattache aux courants précourtois et anticourtois, prônant la rigueur des héros épiques et des premiers croisés, dont son idéal découle directement. D’autre part, si Rutebeuf « rudement œuvre », n’est-ce pas parce que les difficultés de sa condition de jongleur constituent une entrave à sa création poétique? Mais l’adjectif comme le symbole comportent un élément positif : l’ardeur et la persévérance du bœuf — qui est aussi l’animal de la crèche et celui de saint Luc — en dépit des difficultés rencontrées en soi et autour de soi. Enfin, il reste que la forme la plus fréquente est « Rustebués », et l’on peut voir en « ruste » une forme de « ruiste », qui a le sens de « vigoureux » et d’« impétueux » : nous voilà, au contact de bœuf, tout près des termes « incompossibles » antonymi-ques de la fatrasie. Ne serait-ce pas un moyen de rendre compte des contradictions du poète et de son œuvre, de la tension irréductible entre le monde extérieur, véritable sujet agissant, et le poète vidé de son être, entre le « moi », objet des malheurs, et le « je », conscience souffrante, qui perd jusqu’à sa cohérence, son humanité, sa réalité?

 

Une œuvre disparate

 

Poète de l\'actualité et témoin des grands débats de son temps, Rutebeuf, ménestrel, travaille à la commande: il dépend d’autrui pour sa subsistance, et sa poésie reflète les vicissitudes de sa vie, bien que la permanence de ses thèmes et la passion qu’il apporte à dénoncer le mal plaident en faveur de sa sincérité.

 

Rutebeuf, clerc par le savoir, jongleur par le métier [voir Jongleurs], cultive tous les tons, tous les genres. Pour défendre l’Université, il crible de ses flèches les moines mendiants et leurs protecteurs; il prêche la croisade, que tous les ordres de la société négligent. Dans les poèmes de l\'infortune, il montre, au-delà de l’image traditionnelle du pauvre jongleur, le drame de la pauvreté mais aussi sa poésie. Il écrit les vies de sainte Marie l’Égyptienne et de sainte Élisabeth de Hongrie, des poèmes à la Vierge, une pièce de théâtre sur la déchéance et la rédemption du clerc Théophile, double du poète. Il ne dédaigne pas les plaisanteries des fabliaux.

 

Cette dispersion thématique, opposée à la clôture des poèmes courtois, s’observe également dans chaque poème, et la versification renforce cette instabilité fondamentale, puisqu’elle est souvent fondée sur la succession de deux octosyllabes et d’un quadrisyllabe sur la même rime sans que les trois vers qui riment constituent à eux seuls une même phrase. Cette instabilité poétique reflète la condition du ménestrel.

 

La névrose du ménestrel

 

Jongleur malheureux, Rutebeuf l’est d’abord par sa propre faute, à cause de ses manques comme de ses vices. C’est un homme sans métier manuel, il le rappelle à plusieurs reprises pour expliquer sa misère, pour se justifier, voire pour s’exalter. Dans le Mariage Rutebeuf, considérant le dénuement où l’a jeté son mariage avec une femme aussi démunie que lui, il regrette de ne pouvoir y remédier par un travail d’artisan : « Je ne suis pas

 

ouvrier des mains » (vers 98). Aussi se sent-il parasite, vivant aux crochets de hauts personnages à la générosité inconstante. C’est un pique-assiette qui perd peu à peu la confiance de ses protecteurs et de ses amis. Sa mauvaise conscience est d’autant plus grande que sa vie est en contradiction avec les enseignements des maîtres parisiens (ceux de Guillaume de Saint-Amour, par exemple, dont il défend les thèses et la personne). 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : RUTEBEUF  : sa vie et son oeuvre Corrigé de 3773 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "RUTEBEUF : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

RUTEBEUF : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit