NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Les Pensées proposent-elles une vision pessim ... CAPITALE DE LA DOULEUR Paul Éluard >>


Partager

La violence comme arme rhétorique dans les Pensées.

Littérature

Aperçu du corrigé : La violence comme arme rhétorique dans les Pensées.



Publié le : 28/9/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
La violence comme arme rhétorique dans les Pensées.
Zoom

Les Pensées appartiennent au genre du traité apologétique. Ainsi, l’écriture et la parole pascaliennes ont une visée précise : conduire l’incroyant sur le chemin de la foi et de Dieu. Par conséquent, on pourrait penser que l’art de convaincre serait le pilier de l’œuvre pascalienne puisque traditionnellement les apologistes ont pour objectif de prouver l’existence de Dieu aux incroyants. Or, si Pascal entend amener l’impie à la fois, sa démarche apologétique est néanmoins radicalement novatrice. En effet, convaincu de l’inefficacité des preuves rationnelles, Pascal soutient que c’est le cœur qui doit et peut trouver Dieu. Par conséquent, c’est davantage l’art de persuader qui primera dans la stratégie d’écriture des Pensées. Ainsi, on s’interrogera plus particulièrement sur l’usage de la violence comme arme rhétorique. Pascal, prenant le contre-pied des normes classiques qui s’imposent dans la seconde moitié du XVIIe siècle, choisit de privilégier une rhétorique de l’excès, de brusquer le lecteur afin de faire plier la << machine >>.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1205 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La violence comme arme rhétorique dans les Pensées." a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit