NoCopy.net

WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Grand oral du bac : La mémoire et ses trouble ... Grand oral du bac : Le sommeil >>


Partager

WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre

Littérature

Aperçu du corrigé : WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre



Publié le : 12/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre
Zoom

WEINGARTEN Romain (né en 1926). Par la liberté d’une écriture où jeux de mots, inventions et associations verbales rappellent avec humour les procédés de l’écriture automatique, Weingarten appartient à la frange surréaliste du « nouveau théâtre » né après la guerre. Son discours rejoint également celui d’Artaud dans la poursuite d’une insaisissable réalité « du dedans ». Il enrichit ce double héritage d’un goût pour le merveilleux, entretenu grâce au rapport qu’il a su conserver avec le monde de l’enfance : ses pièces sont aussi de véritables féeries, tout imprégnées de fraîcheur et d’humour. Mais il dénonce par ailleurs la malignité et les ridicules de l’univers adulte avec un acharnement féroce dont la violence, cependant, est toujours tamisée par l\'écran du rêve.

 

Un long apprentissage

 

Romain Weingarten garde de son enfance un souvenir « idyllique » : né à Paris, fils unique choyé, vivant souvent à la campagne, il s’intéresse tôt à la peinture, à la danse, aux arts plastiques. Dans le Paris de 1945, écrivant des poèmes marqués par l’influence d’Artaud (cf. le Théâtre de la Chrysalide, achevé en 1948, publié en 1950), le jeune homme assure sa subsistance grâce à

 

des besognes artisanales (encadreur rue des Beaux-Arts, correcteur-typographe, etc.) et, à vingt ans, compose sa première pièce, Akara. Jouée en 1948 par des amateurs comme Roland Dubillard, Claude Sarraute et l’auteur lui-même, l’œuvre est accueillie par des hurlements scandalisés. On parle d’un « Hernani 48 », mais Audi-berti soutient la pièce, et Jean Marchât propose de la prendre aux Mathurins. Weingarten refuse : le silence retombe autour de lui. En 1960, les Nourrices, une « charge bouffonne et grinçante » du milieu des affaires, remporte auprès de la critique un succès d’estime. Mais il faut attendre 1966 pour que Weingarten triomphe enfin avec l’Été (joué au théâtre de Poche, après avoir été monté en 1965 en Allemagne). « Poème d’amour scénique » (Jean-François Adam), la pièce se situe dans un jardin merveilleux où, invisibles aux spectateurs, des amants s’enlaceront sous le regard de deux adolescents troublés et de deux chats goguenards. Ce succès amène une reprise remarquée à.” Akara (1967) au Studio des Champs-Élysées. Puis, en 1970, c’est Comme la pierre, à la Comédie-Française, et Alice dans les jardins du Luxembourg, spectacle de « danse », si l’on entend par là « la gravitation d’un personnage autour d’un autre personnage immobile » : de la mère d’Alice d’abord, autour du lit où se dissimule sa fille, qu’elle tracasse et qui finit par la tuer; d’Alice ensuite, autour de Dodu, œuf posé sur un socle de jardin public symbolisant « la surface lisse du vaste monde » que la petite fille doit affronter seule. Avec la Mandore (1973) et Neige ( 1979), les pièces de Weingarten s’enferment dans des espaces scéniques toujours plus confinés, soit un immeuble isolé pour « insalubrité » dont le public embrasse d’un seul coup d’œil l’ensemble des appartements (la Mandore), soit une cabane cernée par les frimas, véritable huis clos où se déploie autour d’un poète amoureux qui rêve à sa belle le ballet de trois sœurs en guenilles (Neige). Et la Mort d\'Auguste (1982) n’est qu’un spectacle pour trois clowns.

 

Acteur (Weingarten joue le chat dans Akara et dans l’Été), le dramaturge se fait metteur en scène à l’occasion, tantôt de ses propres pièces (les Nourrices, Alice, Neige), tantôt d’œuvres présentant des affinités avec les siennes, notamment le Loup-garou d’Audiberti dans la reprise posthume de 1980.

 

Onirisme et réalité

 

Lisant en 1955 l\'Akara de Weingarten, Ionesco s’étonne de trouver un précurseur en ce dramaturge dont l’œuvre n’est alors connue que de quelques rares amateurs. Un an avant la Cantatrice chauve (1949), Weingarten supprime toute intrigue, divisant ses pièces en tableaux souvent scandés par l’alternance du jour et de la nuit; désarticulant le langage, il use d’onomatopées, invente des mots qui singent mécaniquement certains jargons (telles, dans Akara, ces annonces au cours d’une extravagante partie de cartes : « trigle dièse avec cynique jumelé », « quinte minette pointée avec mise de genre »); il anime les objets de mouvements spontanés (chaises arrivant d’elles-mêmes dans un salon où il faut s’agripper à une table pour l’empêcher de filer toute seule); il crée des personnages humains qui, avec ou sans masques, sont en même temps des animaux.

 

Dans cet univers onirique, l’impossible devient normal (un chat avocat? « on a vu des choses plus curieuses... » [Akara]) et s’impose au spectateur avec justement ce fort sentiment de réalité que donne le rêve à condition que l’insolite se détache sur du quotidien, ce que Weingarten obtient par un subtil dosage du saugrenu et de l’ordinaire. Éclairages jouant sur les éléments dépouillés du décor (« un lit, une chaise, une porte, pour Alice, et c’est tout ») et les déformant, musique désaccordée avec




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre Corrigé de 2221 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit