Grand oral du bac : Les articulations

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MOLLOY de Samuel Beckett (résumé) MAXIMES, PENSÉES, CARACTÈRES ET ANECDOTES de ... >>


Partager

Grand oral du bac : Les articulations

Médecine

Aperçu du corrigé : Grand oral du bac : Les articulations



Publié le : 13/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Grand oral du bac : Les articulations
Zoom

LES LIENS DU SQUELETTE

 

Les articulations relient deux ou plusieurs os entre eux. Elles assurent la mobilité du squelette, composé d\'os rigides et mus par la contraction des muscles.

 

L\'amplitude de mouvements est très variable, de la plus réduite pour les sutures des os du crâne à la plus large pour l\'épaule. C\'est grâce au nombre élevé d\'articulations mobiles que le corps humain peut effectuer des mouvements gracieux ou très précis, comme ceux de la main.

ANATOMIE ARTICULAIRE

Réparties dans tout le corps et d\'une grande diversité de structure, les articulations proviennent toutes du même tissu embryonnaire - le mésoderme -, qui donne aussi les os, les cartilages, les muscles, le péritoine, l\'appareil urinaire et les organes génitaux.

Les articulations

FIBREUSES FIXES

 

Les os sont reliés entre eux par des fibres collagènes, sans cartilage ni cavité articulaire. Plus les fibres sont courtes, moins l\'articulation est mobile.

 

• Les sutures, appelées synostoses ou synarthroses, concernent surtout la région du crâne et de la face. Elles n\'ont aucune mobilité, sauf chez le nourrisson (l\'espace entre les os du crâne forme les fontanelles avant la soudure définitive).

 

Les sutures crâniennes protègent ainsi parfaitement leur précieux contenu. L\'articulation entre la

mâchoire et les dents (gomphose) est de type synostose.

 

• Dans les syndesmoses, les os,

entre les extrémités inférieures du tibia et du péroné, entre les os du tarse ou ceux du poignet. Les fibres situées entre le radius et le cubitus sont légèrement plus longues.

Les articulations

 

CARTILAGINEUSES PEU MOBILES

 

Ici, les extrémités des os sont recouvertes de cartilage. Elles sont reliées par des fibres et il n\'y a pas de cavité articulaire.

 

• Les synchondroses unissent, par exemple, les premières côtes et le sternum. Chez l\'enfant, les synchondroses constituent l\'essentiel des sites de croissance osseuse (on les appelle alors cartilages de conjugaison). Les synchondroses se soudent à la puberté.

• Dans les symphyses (ou amphiarthroses), les deux surfaces cartilagineuses des os sont unies à un coussinet (dans le cas du pubis) ou à un disque fibreux (dans le cas des corps vertébraux).

Corps vertébral  Disque intervertébral de cartilage fibreux

 

Les articulations

 

SYNOVIALES MOBILES

 

La majorité des articulations des membres sont de type synovial (on parle de diarthrose). Ce sont les articulations les plus mobiles du corps. On y trouve divers éléments constants.

 

Les surfaces articulaires des os en contact sont constituées de cartilage hyalin, lisse et luisant. Le cartilage est un réseau dense de fibres collagènes qui baignent dans une substance fondamentale, un gel constitué chez l\'adulte de 75 % d\'eau et de protéoglycanes (des molécules composées d\'acide hyaluronique, de protéines et

 

de glucides soufrés complexes, les chondrosulfates). Des cellules disséminées, les chondrocytes, assurent la synthèse de la substance fondamentale. Le cartilage ne contient ni nerfs, ni vaisseaux sanguins : il se nourrit par imbibition à partir des tissus voisins. Chez l\'adulte, le cartilage se renouvelle tous les huit cents jours. L\'usure ou la dégradation du cartilage diminuent la qualité et la facilité des mouvements : c\'est le mécanisme essentiel de l\'arthrose.

 

Les ligaments sont composés

 

de fibres collagènes très résistantes, orientées selon l\'axe principal de leur travail. Ils contiennent des récepteurs nerveux qui renseignent le cerveau sur la position de l\'articulation. Peu élastiques, ils se déchirent (entorse grave) lorsqu\'un étirement dépasse 6 % de leur longueur et ne reviennent pas à leur longueur initiale. Des fibres cicatricielles plus rigides remplacent



UNE ARTICULATION


QUI CLAQUE

 

Le claquement des doigts (qui se produit quand on les étire brusquement) n\'est pas un bruit osseux ou ligamentaire : c\'est l\'éclatement d\'une bulle de gaz dissous dans le liquide articulaire. C\'est la baisse de pression liée à l\'étirement qui provoque cet éclatement. Il en va de même en cas de manipulation des vertèbres par un ostéopathe ou un chiropracteur : le bruit produit ne correspond pas à une remise en place, mais à un claquement de bulles d\'air.


LA SPÉCIFICITÉ DE LA HANCHE HUMAINE

 

La hanche humaine n\'a pas d\'équivalent, même chez les grands singes, notamment par la longueur du col du fémur et l\'amplitude des mouvements. Elle est unique car elle permet la position permanente et la marche debout, dos droit, qui caractérise le passage du primate à l\'homme. Sa mobilité permet également de pratiquer les rapports sexuels face à face, une position propre à l’espèce humaine.



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Grand oral du bac : Les articulations Corrigé de 2995 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Grand oral du bac : Les articulations" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

Grand oral du bac : Les articulations

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit