LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< MORT À CRÉDIT de Louis-Ferdinand Céline (résu ... WEINGARTEN Romain : sa vie et son oeuvre >>


Partager

Grand oral du bac : La mémoire et ses troubles

Médecine

Aperçu du corrigé : Grand oral du bac : La mémoire et ses troubles



Publié le : 12/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Grand oral du bac : La mémoire et ses troubles
Zoom

La mémoire sémantique

 

La mémoire sémantique est le système par lequel l\'individu stocke sa connaissance du monde. C\'est une base de connaissances que nous possédons tous et dont une grande partie nous est accessible rapidement et sans effort. C\'est la mémoire du sens des mots, celle qui permet de se souvenir du nom des grandes capitales, mais aussi des coutumes sociales, de la fonction des choses, de leur couleur ou de leur odeur. La mémoire sémantique est indépendante du contexte spatiotemporel de son acquisition. Elle est aussi la mémoire des règles et des concepts, celle qui permet la construction d\'une représentation mentale du monde. Son contenu est donc abstrait et relationnel, et il est associé à la signification des symboles verbaux. Comme il s\'agit d\'une mémoire de référence qui renferme des informations accumulées de façon répétée durant toute notre vie, la mémoire sémantique est habituellement épargnée par les amnésies.

Les interactions de La mémoire

Si la mémoire à long terme peut être subdivisée en différents types de mémoire, il ne faut pas perdre de vue que la mémoire humaine constitue une association de différents sous-systèmes en constante interaction. Les mémoires épisodique et sémantique en offrent peut-être le meilleur exemple.

En effet, la mémoire sémantique peut être considérée comme le résidu des expériences emmagasinées dans la mémoire épisodique, en les détachant de leur contexte. Une transition progressive s\'effectue donc de la mémoire épisodique à la mémoire sémantique. La mémoire épisodique procède alors à une généralisation de l\'information. À l\'inverse, la compréhension de nos expériences personnelles est nécessairement due aux concepts et aux connaissances de la mémoire sémantique. On voit donc que ces deux types de mémoire ne sont pas des entités isolées mais interagissent constamment l\'une avec l\'autre.




UNE ZONE DU CERVEAU NON DEFINIE

 

À la base de l\'identité d\'un individu, la mémoire permet d\'accéder aux expériences passées et aux connaissances acquises. Il existe différents types de mémoire. La mémoire à court terme est mobilisable pendant moins d\'une minute seulement ; la mémoire à long terme passe, quant à elle, par un processus de mémorisation particulier avec passages répétés dans certaines zones du cerveau. La mémoire à court terme n\'est qu\'une persistance au niveau du cerveau d’une information sensorielle, alors que la mémoire à long terme requiert un encodage de l\'information et le passage dans des structures particulières du cerveau - hippocampe, structures limbiques, circuit de Papez - pour être acquise. Ainsi des lésions à ces niveaux provoquent des troubles de la mémoire et, suivant les aires du cerveau touchées, les symptômes différent. L\'amnésie peut être antérograde (ictus amnésique du sujet âgé) ou rétrograde (syndrome de Korsakoff). Dans certains cas de maladies neuro-dégénératives comme la maladie d\'Alzheimer, l\'amnésie peut être globale.

QU\'EST-CE QUE LA MÉMOIRE ?

La mémoire est la capacité d\'enregistrer des informations, de les stocker et de les rappeler pour les utiliser, de façon volontaire ou non. En fait, elle ne correspond pas à une seule capacité en soi mais à un ensemble de fonctions, ayant pour support physique le cerveau. La mémoire est conçue comme un ensemble de modules stockant et synthétisant des informations selon des modes variés que l\'on pourrait appeler codes. Entre la réception des signaux transmis par les sens et le rappel des souvenirs, il existe un grand nombre de codages des informations.

 

Processus de mémorisation

 

Le processus de mémorisation peut schématiquement se décrire en 4 phases :

 

l\'apprentissage : c\'est l\'analyse immédiate de l\'information sensorielle (200 millisecondes) ;

 

la mémoire immédiate (à court terme ou de travail) correspond à la persistance au niveau cérébral de la trace sensorielle. Elle se situe au niveau du cortex. L\'ensemble des informations ainsi conservées constitue l\'empan mnésique, c\'est-à-dire la capacité de la mémoire à court terme ;

le stockage mnésique (mémoire à long terme) correspond au regroupement des données et à leur codage. Ce stockage dépasse l\'empan. Il repose sur l\'élaboration de processus associatifs et comporte une phase de consolidation dans le temps qui évite la perte d’informations ;

 

le rappel mnésique consiste en la réutilisation des informations stockées.

MÉMOIRE À COURT TERME ET MÉMOIRE DE TRAVAIL

L\'information parvient à l\'un des organes des sens et constitue un stimulus sensoriel. Elle passe alors par un registre sensoriel qui, selon la situation, envoie le stimulus vers la mémoire à court terme ou bien vers l\'oubli. Il y a donc une première sélection des stimuli qui se fait selon l\'importance accordée à l\'information.

 

Une distinction fondamentale est souvent faite entre la mémoire à long terme et la mémoire à court terme ou mémoire de travail.

La mémoire à court terme

 

La mémoire à court terme (MCI) permet de retenir et de réutiliser une quantité limitée d\'informations pendant quelques secondes. Par exemple, lorsque nous avons à retenir un numéro de téléphone, nous mettons à contribution notre mémoire à court terme. Cette capacité à retenir temporairement une information en vue de mener à bien une tâche est spécifiquement humaine. Elle rend très active certaines régions de notre cerveau, en particulier le lobe préfrontal. Cette région située tout en avant du cerveau est très développée chez l\'être humain : c\'est elle qui nous donne notre grand front droit plutôt que le front primates.

La mémoire à court terme dépend de l\'attention portée aux éléments de la mémoire sensorielle. Elle permet de garder en mémoire une information pendant moins d\'une minute environ, et de pouvoir la restituer pendant ce délai.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2979 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Grand oral du bac : La mémoire et ses troubles" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit