Les maladies mentales

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< NANA d'Émile Zola (résumé) AURIER Georges Albert : sa vie et son oeuvre >>


Partager

Les maladies mentales

Médecine

Aperçu du corrigé : Les maladies mentales



Publié le : 15/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les maladies mentales
Zoom

MIEUX LES CONNAÎTRE, MIEUX LES SOIGNER

Les maladies mentales ont longtemps été considérées comme surnaturelles, contre-nature, œuvres d\'esprits maléfiques ou signes de la dépravation humaine.

Ce n\'est qu’à la fin du xvni\' siècle que l\'aliénisme, qui donnera naissance à la psychiatrie, acquiert une respectabilité. En 1790, Philippe Pinel, médecin parisien, abolit les contraintes physiques imposées aux malades mentaux, introduit le traitement moral et commence des études cliniques. Menées à grande échelle dans des institutions spécialisées, elles permettent de dégager les principaux types de troubles mentaux et de développer des méthodes thérapeutiques. Dans la seconde moitié du xix\' siècle, la psychiatrie privilégie les facteurs biologiques aux dépens des causes sociales et psychologiques de la maladie. Les troubles mentaux sont soignés par des traitements médicamenteux.

Au début des années 1920, la découverte des causes inconscientes du comportement par Sigmund Freud révolutionne la pensée psychiatrique. La psychanalyse devient un traitement de référence pour la majorité des troubles mentaux.

Le rôle de l\'environnement social dans la genèse de la maladie mentale prend le pas sur les facteurs biologiques.

Les années 1950 voient apparaître les premiers médicaments agissant sur les symptômes psychotiques. Des thérapeutiques plus humaines et plus libérales se répandent dans les hôpitaux psychiatriques. D\'importantes découvertes sont faites sur les aspects génétiques et biochimiques de la maladie. Ainsi vers les années 1980, c\'est à nouveau l\'aspect biologique plus que les influences psychologiques et sociales sur la santé mentale, qui intéresse la psychiatrie.

LES CINQ TYPES DE MALADIES MENTALES

Les troubles mentaux sont des affections cliniquement significatives qui se caractérisent par un changement du mode de pensée, de l\'humeur ou du comportement, associé à une détresse psychique et/ou à une altération des fonctions mentales Ils affectent tous les aspects de la vie d\'un malade : fonctions physiologiques, comportement émotions, perception, relations sociales et affectives, sexualité et travail. Ils sont dus à un ensemble de facteurs sociaux, psychologiques et biologiques. Les maladies mentales font l\'objet de plusieurs classifications officielles (CIM-10, DSM IV...) ; pour simplifier, les psychiatres considèrent qu\'il en existe cinq grands types :

 

- les états déficitaires ;

 

- les troubles de l\'humeur ;

 

- les névroses ;

 

- les psychoses ;

 

- les troubles du comportement.

LES ÉTATS DÉFICITAIRES

Les états déficitaires touchent une partie ou l\'ensemble des facultés intellectuelles (compréhension, expression, mémoire, orientation géographique, etc). Celles-ci diminuent peu à peu ou de façon brutale, voire disparaissent chez la personne atteinte.

Les états déficitaires partiels concernent certaines fonctions : langage oral (lenteur dans l\'apprentissage, problèmes de prononciation...), écrit (dyslexie, dysorthographie...).

Ils nécessitent une prise en charge et une rééducation de la personne concernée.

Les états déficitaires globaux concernent toutes les fonctions intellectuelles, et peuvent être aigus ou chroniques.

Les états aigus

La confusion mentale traduit une souffrance du cerveau.

Ses manifestations sont : l\'obnubilation de la conscience, allant du simple engourdissement de la pensée à un état de stupeur voisin du coma ; l\'onirisme (état délirant et hallucinatoire, proche du rêve) ; mais aussi les troubles de la mémoire, et une désorientation spatio-temporelle. Le malade est

plongé dans une perplexité anxieuse. Les traitements sont les neuroleptiques, qui calment l\'agitation, les anxiolytiques, et éventuellement un traitement en milieu hospitalier.



La dépression réactionnelle Elle apparaît en réaction à un traumatisme psychologique violent (échec sentimental, professionnel, deuil, etc.) ; sa durée est limitée. Les symptômes sont similaires à ceux de la dépression névrotique.

La dépression atypique

La dépression saisonnière touche souvent les femmes d\'environ 35 ans.

 

Elle débute souvent entre octobre et décembre, et se poursuit jusqu\'au printemps.

Elle se manifeste par une tristesse, un ralentissement psychomoteur et surtout par une hypersomnie et une hyperphagie.



LES TROUBLES DU COMPORTEMENT

Ces troubles sont difficilement rattachables à une psychopathologie précise, et concernent soit l\'ensemble du comportement du sujet soit un seul aspect. Le malade se trouve dans l\'incapacité de résister à ses pulsions ; il est comme poussé à accomplir certains actes. Une prise en charge psychologique est indispensable pour soigner ces troubles, accompagnée de désintoxication médicale dans le cas d\'usage de drogues ou d\'alcool. Les troubles principaux sont ceux des conduites alimentaires et du comportement sexuel.

Les troubles

DES CONDUITES ALIMENTAIRES

L\'anorexie se caractérise par une perte de poids du malade, qui a peur de grossir, et finit par souffrir de dénutrition et de perturbations des fonctions physiologiques.

La boulimie se manifeste par des accès répétés d\'hyperphagie et une excessive préoccupation du poids, faisant alterner hyperphagie et vomissements ou utilisation de laxatifs.

Ces troubles touchent généralement les adolescentes et les jeunes femmes.

Les troubles du comportement sexuel

On parle de perversions sexuelles lorsque la personne, au lieu d\'accomplir l\'acte sexuel de façon « classique », avec réalisation génitale, le remplace par la réalisation active de plaisirs régressifs ou fantasmatiques.

Elles peuvent prendre diverses formes : inceste, onanisme, pédophilie, gérontophilie, nécrophilie, fétichisme, sadisme, masochisme, voyeurisme, exhibitionnisme, coprophilie, ondinisme, etc.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Les maladies mentales Corrigé de 4826 mots (soit 7 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les maladies mentales" a obtenu la note de : aucune note

Les maladies mentales

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit