LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Tous les document publiés le : 2011-2-7


Titre du document Nom de l'auteur
Compte-rendu de « Un autre monde » de Joseph Stiglitz SheStill
Plan pour une lecture analytique du texte D’Holbach, extrait de l’oeuvre Le Bon sens cornichons
Lecture analytique Dom Juan, Acte II, scène 4 Dupont60177
Commentaire de un explotacion Sostenible sartorialita
BLACK BOARD JUNGLE Shimitori
La place de la déesse Athéna dans l'Odyssée Clemence32929
English Phoebe58875
Encouragement aux élèves et aux étudiants cleverbouba
Londres, une ville monde skoubri
Le Soudan, quelles perspectives ? aubepine
Lorsqu'on aborde des notions abstraites ou morales, quelles stratégies vous semblent les plus efficaces pour emporter l'adhésion du lecteur ? thawane
La conscience et la subjectivité Laura47180
« L'homme qui veut s'instruire doit lire d'abord, et puis voyager pour rectifier de qu'il a appris. » Clara47179
« L'humanisme consiste à guérir en soi le pessimisme et l'optimisme, et à garder confiance dans l'homme par l'habitude de cette indulgence qu'entretient une connaissance approfondie de ce que l'homme fut toujours dans le passé.» Cette attitude d'esprit, que définit un humaniste de notre temps (Fernand Robert. L'Humanisme. Essai de définition, Les Belles Lettres, 1946), vous l'étudierez à la lumière de telles grandes oeuvres de notre littérature classique ou moderne qui vous paraîtront propres à l'illustrer. Chloee47175
Que pensez-vous de cette définition d'Henri Weber : « L'humanisme, contrairement à la scolastique, se refuse en général à séparer la réflexion abstraite de son contenu humain et concret ; il attache autant d'importance à la beauté ert au charme de l'expression qu'à la rigueur du raisonnement. » (La Création poétique au XVIe siècle, Nizet) Damien47174
Étudiez ce texte de A. Renaudet (Dictionnaire des Lettres françaises, XVIe siècle, sous la direction de Mgr Grente, Fayard, 1951) : «L'humanisme est une éthique de confiance en la nature humaine. Orienté à la fois vers l'étude et la vie, il prescrit pour but et pour règle, à l'individu comme à la société, de tendre sans cesse vers une existence plus haute. Il commande à l'homme un effort constant pour réaliser en lui le type idéal de l'homme, à la société un effort constant pour réaliser la perfection des rapports humains. Ainsi conçu, il exige un immense effort de culture ; il suppose une science de l'homme et du monde ; il fonde une morale et un droit ; et aboutit à une politique. Il nourrit un art et une littérature dont le domaine s'étend à tout l'ensemble du spectacle que le monde offre à l'homme, aussi bien qu'à tout l'ensemble de la connaissance et de la pensée humaine, à toutes les inquiétudes, à toutes les espérances, à toutes les intuitions de l'âme humaine.» Atb47173
Essayant de montrer que la poésie du xvie siècle est «un mode de connaissance différent de la connaissance conceptuelle et méthodique», Henri Weber, dans sa thèse sur La Création poétique au XVIe siècle, (Nizet, 1955), rattache cette conception à une vision de l'homme propre à la Renaissance, et suivant laquelle «l'homme participe à tous les degrés de l'existence, depuis celle des pierres et des métaux, jusqu'à la vie rationnelle des intelligences supérieures et à la vie éternelle du premier moteur, en passant par la vie des plantes et des animaux». En quoi cette situation de l'homme dans la nature vous permet-elle de préciser la notion d'humanisme ? Valerie47169
Discutez le jugement suivant : «(La Renaissance) ne détruisit rien, comme on l'a dit trop souvent, - elle dégagea, excita, épanouit les quelques germes de vie qui languissaient sous les décombres.» (Lanson-Truffau, Histoire de la littérature française) tapha47156
«L'humanisme [...] tend à comprendre et à absorber toutes formes de vie, à s'expliquer sinon à s'assimiler toutes croyances, même celles qui le repoussent, même celles qui le nient.» D'après ces suggestions d'André Gide (Journal, 14 juin 1926, Pléiade, p.816), vous tenterez de définir ce que vous entendez vous-même par le mot d'humanisme. Guigui47155
Un critique contemporain définit comme il suit notre XVIe siècle : «Grand siècle pour notre poésie, siècle d'explosion et d'invention, d'efforts enthousiastes et de surprises émerveillées, le plus brûlant, le plus avide et tout ensemble le plus frais de notre histoire littéraire.» Expliquez et discutez ce jugement. Guillaume47154
Vous commenterez et discuterez à l'aide d'exemples précis ces remarques de Julien Gracq, En lisant, en écrivant, 1980 (p. 174) : «En matière de critique littéraire, tous les mots qui commandent à des catégories sont des pièges. Il en faut, et il faut s'en servir, à condition de ne jamais prendre de simples outils-pour-saisir, outils précaires, outils de hasard, pour des subdivisions originelles de la création ; que d'énergie gaspillée à baliser les frontières du «romantisme», à répartir les oeuvres d'imagination entre les fichiers du fantastique, du merveilleux, de l'étrange, etc ! Les oeuvres d'art, il est judicieux d'avoir l'oeil sur leurs fréquentations, mais de laisser quelque peu flotter leur état-civil.» Agathe47153
«Jamais ou presque jamais les contemporains n'ont eu la moindre conscience de vivre et de créer dans une période classique, réaliste, symboliste ; encore moins n'ont-ils proclamé, comme le guerrier de l'image légendaire : «En avant, chevaliers du moyen âge !» ou «Hardi, hommes de la Renaissance !» ou «Nous sommes les préromantiques»... La réincarnation chère à Pythagore jouerait les plus étranges tours aux grands hommes de terres du passé si elle leur redonnait vie et conscience humaine après quelques centaines d'années. Delacroix rugirait de se voir appelé romantique et rangé auprès de Balzac et de Baudelaire qu'il se refusait à goûter. Poussin, Descartes et Racine souriraient de lire, dans de san-vants livres écrits au pays où Descartes guerroya, qu'ils furent les représentants du baroque.» (H. Peyre, Les Générations littéraires, 1947.) Cette analyse vous semble-t-elle devoir condamner définitivement la notion d'École ? Duchamps47152
Appréciez cette idée de Zola : «Les Écoles ont été faites pour la médiocrité... Mais le génie n'est pour rien là-dedans. Il est de sa nature de n'être d'aucune École, et d'en créer de nouvelles au besoin... Les artistes de génie naissent et grandissent librement ; les disciples les suivent à la trace. Les Écoles n'ont jamais produit un seul grand homme. Ce sont les grands hommes qui ont produit les Écoles.» (L'Ecran, 1864.) chakir47151
«Pourquoi n'y aurait-il pas en littérature comme dans l'ameublement des styles : un style Louis XIV, Louis XVI, etc. Et s'il faut bien que les fournisseurs satisfassent les consommateurs, comment n'en résulterait-il pas, dans une certaine mesure, une «modification de mentalité créatice» ? (J. Pommier, Questions de critique et d'histoire littéraire, 1945.) Commentez cette suggestion. myriam47150
Que pensez-vous de cette remarque d'Albert Thibaudet : «La littérature française apparaît comme une succession d'empires dont chacun est renversé par une guerre littéraire ou une révolution, et auquel un autre empire succède.» (Histoire de la littérature française, de 1789 à nos jours) Pauline47149
«C'est un trait singulier de l'histoire du théâtre que les auteurs apparaissent à l'ordinaire par groupes et par constellations, lesquelles sont séparées par des espaces vides. Et ce n'est point par métaphore que l'on parle de générations littéraires.» (Bidou, Littérature française illustrée, sous la direction de Bédier et Hazard, 1923.) Cette remarque vous paraît-elle ne concerner que l'histoire du théâtre ? Rafal47148
La Bruyère : « J'ai voulu avertir et non mordre, être utile et non blessé.» - Comment divertir et instruire peuvent-ils se combiner ? Yohann47147
LA PREMIERE GUERRE MONDIALE
«Les écrivains français ont toujours eu le goût des Écoles. Toujours ils ont aimé à se regrouper autour d'un terme abstrait : classicisme, romantisme, réalisme, naturalisme, symbolisme, existentialisme. A la vérité, les frontières de ces concepts sont confuses. Les grands écrivains ne sont jamais les prisonniers d'une doctrine, même lorsqu'ils en sont les parrains. Leur puissance de création fait éclater les cadres.» Vous commenterez ces lignes d'André Maurois. Louis47144
LE ROYAUME-UNI ET LA MER Melanie47143
Dans une synthèse concise, ordonnée, objective, vous étudierez le rôle que jouent les agriculteurs dans notre société. Vic47135
L'île : mythe et réalité. À partir des cinq documents suivants, vous ferez une synthèse concise, ordonnée et objective ; puis, dans une conclusion personnelle, vous donnerez votre point de vue sur ce sujet. ludivine47134
La lutte contre la toxicomanie (Drogue et prévention) alexis47133
Pour une médecine humaniste - Médecine et humanisme Mikl47132
Le mythe du cow-boy Laura47131
L'identité culturelle européenne Sebastien47130
Analyse de la 4e partie : La mort du père Goriot (Balzac) yannis47127
Analyse de la 3e partie : Trompe-la-Mort (Le Père Goriot de Balzac) julien47126
Analyse de la 2e partie du Père Goriot de Balzac: L'entrée dans le monde. delphine47125
Analyse de la 1re partie : Une pension bourgeoise (pp. 21 à 130) - Le Père Goriot de Balzac Jerome47124
Qu'est-ce qu'un roman d'apprentissage ? megane47123
La faculté créatrice chez Balzac Raphaelle47122
Le Père Goriot et le réalisme social Arnaud47121
Balzac et le romantisme aude47120
La vie de Balzac dans sa relation avec l'oeuvre ceecile47119
Dans quelle mesure la télévision a-t-elle modifié « l'aventure » ? Eve47118
« Pour qui veut apprendre, la télévision fait perdre beaucoup de temps », écrit Laurent Joffrin. Dans un développement composé, argumenté et illustré par des exemples précis, vous expliquerez et discuterez ce jugement. alice47117
Commentez et discutez l'affirmation d'Edgar Morin : « La concurrence entre Journaux, radios, télévisions, la concurrence des sources d'information donne des chances à l'information que l'argent ou l'État veulent étouffer. » yass47116
L'image que la télévision renvoie de la société d'aujourd'hui vous semble-t-elle aussi loin de la réalité que l'affirme Gilles PERRAULT ? Vous appuierez votre argumentation sur des exemples précis concernant le traitement de l'information et la création artistique. Margaux47115
Le convoi funèbre du père Goriot («Les deux prêtres ... chez madame de Nucingen», pp. 366-367) - Le père Goriot de Balzac Heloise47114
L'amour et l'argent («Mon cher père... Sainte-Pélagie», pp. 299-307) - Le père Goriot de Balzac Hana47113
Le héros du roman d'apprentissage est-il un autodidacte ? Seeleena47102
Par un examen précis de la structure et des points de vue narratifs, vous vous demanderez si le roman d'apprentissage impose des contraintes spécifiques concernant en particulier la place et le rôle du personnage principal. Dimitri47101
Les relations entre le héros et les personnages féminins vous paraissent-elles différentes dans les romans d'apprentissage de ce qu'elles sont dans d'autres types de romans ? Theo47100
Dans son roman intitulé Les Faux-Monnayeurs, André Gide fait dire à l'un de ses personnages : «Les romanciers, par fa description trop exacte de leurs personnages, gênent plutôt l'imagination qu'ils ne la servent» et ils devraient laisser chaque lecteur se représenter chacun de ceux-ci comme il lui plaît». Vous commenterez ce jugement à partir d'exemples précis empruntés aux romans que vous connaissez, à celui inscrit à votre programme en particulier. sylvain47099
LES PREMIÈRES PAGES DU « NOVUM ORGANUM » Ber47098
LA «VIRTU» CHOISIT LES MOYENS D'ACTION ADAPTÉS AUX CIRCONSTANCES (Discours sur Tite-Live, Livre III, Chapitre XXI) Estelle47095
MACHIAVEL ET LE CHRISTIANISME (Discours sur la 1e décade de Tite-Live, Livre II) estelle47094
LA FIN JUSTIFIE LES MOYENS - Machiavel Gwendoline47093
LES ACTIONS ET LES RÊVES DE CÉSAR BORGIA (Le Prince in Œuvres Complètes, Pléiade) Laura47092
LES MYSTIFICATIONS DE L'IDÉALISME SPÉCULATIF (extrait de la Sainte Famille) lou47088
L'ÉCONOMIE LIBÉRALE, SCIENCE INHUMAINE, ET L'ALIÉNATION (Manuscrit de 1844, traduction Molitor) emeelie47087
KARL MARX: THÈSES SUR FEUERBACH Quentin47086
LE SOCIALISME DE KARL MARX i47085
FOURIER: LA MÉDECINE AU PHALANSTÈRE malika47084
FOURIER: LA « MORISOPHIE » OU SCIENCE DES MOEURS Luc47083
LA LIBERTÉ ET LA MORALE SELON DIDEROT (Rêve de d'Alembert) kouassi0anicet47080
LA CONSCIENCE SELON ROUSSEAU (Profession de foi du Vicaire Savoyard) Manon47079
Hobbes: la souveraineté et la guerre naturelle Jae47077
HOBBES: L'ÉTAT DE NATURE ET LE PACTE SOCIAL (Léviathan 1re partie De l'homme. Chap. XIII) Alix47076
LES SENS DU MOT POSITIF (Discours sur l'Esprit positif) - COMTE Jeereemy47073
POSITIVISME ET ORDRE SOCIAL (Cours 1re leçon) - COMTE Fannely0anne47072
LA LOI DES TROIS ÉTATS (1re leçon du Cours de philosophie positive) Fabien47071
LE MAÎTRE ET L'ESCLAVE (Phénoménologie de l'esprit) Clara47068
Hegel (1770-1831): Raison et Dialectique emilie47062
GENOTYPE , ENVIRONNEMENT ET PHENOTYPE DIABETIQUE A47061

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit