LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Tous les document publiés le : 2011-3-8


Titre du document Nom de l'auteur
Témoignage d'un handicapé super camcam
SCENE DEXPOSITION DON JUAN nuttytounsia
Ubu roi dododu13
Les sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances ? kairv
Dissertation apologue seg
Analyse de 99 francs de Beigbeder lalita
Lecture analytique Bel-Ami fiiloshou
La poésie n'a d'autre but qu'elle-même ladyy34
Est-on d'autant plus libre qu'on a de raison d'agir comme on le fait ? gafi
Gorgias, la justice selon la loi et selon la nature moussap
Le but de l'éducation est il de supprimer le naturel? marieline
Les Sens ne sont-ils pas suffisants pour nous fournir toutes nos connaissances? xipixupi
Corneille lololol
HUsserl lolovanessaa
La guerre de Troye bekapower
Lettre de suicide lulul
Illusion Comique ammhoefnagels
charles baudelaire zmxncbv
L'abenaki alice2bbs
phèdre act I scène I manon1995
Les Français et la République : 1848-1914 (Histoire) Domac
Résumé la métamorphose de Kafka didinoh
Le savoir rend-t-il heureux ? coke
Le savoir est-il indispensable au bonheur ? coke
Commentaire composé l'homme est en proie Lyciia
Préface anthologie de poèmes. Lien Poéme/Musique jolanmoison
Commentaire composé sur l'Assommoir de Zola (extrait du chapitre XIII avant la mort de Gervaise) sophie3005
ACTE I : LE MISANTHROPE - Analyse de la Pièce - Molière
DOM GARCIE DE NAVARRE
Poèmes à Lou, « Si je mourais là-bas », Guillaume Apollinaire : commentaire
Roméo et Juliette est une pièce plutôt tragique ou comique ?
Les idées de Molière sur la Comédie
Des précieuses ridicules à l'école des femmes ou l'évolution des comédies de Molière
Les premières Comédies de Molière
La Comédie avant Molière
Molière: L'homme
Les années de voyage. Molière en province - Le retour a Paris
LES CLASSES MOYENNES sun-shine34
AVANT LE MISANTHROPE: La jeunesse de Molière Orane50131
Parenté entre êtres vivants actuels et fossiles, phylogénèse et évolution jomartens
L'Allemagne dans l'affrontement américano-soviétique de 1995 à 1991 (devoir rédigé) ManouM
Discours préliminaires (D’Alembert) got-2be
(Renan, faisant le bilan de sa vie, s'interroge sur la valeur de la politesse qui lui a été inculquée par ses éducateurs). Grunchy50127
ORIENT ET OCCIDENT Bryan50126
L'AUTEUR AU LECTEUR - Georges Sand, Préface de La Mare au Diable Martin50125
Le journaliste Jean Daniel parle de son métier
Guy de Maupassant, Préface de Pierre et Jean Momo50123
LA PSYCHOLOGIE DU CONDUCTEUR Lea50122
Le roman est une forme particulière de récit. Michel Butor, Essais sur le roman Ines50121
Selon votre préférence, résumez le texte suivant en respectant son mouvement, ou bien analysez-le en distinguant et ordonnant les thèmes et en vous attachant à rendre compte de leurs rapports. Vous indiquerez, en tête de votre copie, par le mot résumé ou analyse, la nature de votre choix. jean50120
Le rire et la pensée John50119
Le problème du savoir et de la liberté, de la sagesse au niveau de la société contemporaine est un sujet difficile pour lequel une formation philosophique est nécessaire et qui est largement défloré par les auteurs du texte. Ramenons le sujet à la dimension de l'individu : Quelle est la part de savoir ou d'ignorance dans la sagesse individuelle ?
L'imaginaire et le voyage
L'Art et le temps
La « mission » de l'écrivain
L'art et la souffrance Amandine50114
Le folklore et le monde moderne. Lamothe50113
L'enfance: différence ou conformisme ? jean50112
La critique littéraire et ses justifications
La re-lecture Cor50110
LE LIVRE DANS LA SOCIÉTÉ ACTUELLE
Le fondamentalisme chrétien Julien084
ADIEU NAÏVETÉ Clemence50107
André Spire (1868-1966), Le secret
LA CLOCHE COEUR - Pierre Reverdy, La lucarne ovale dans Plupart du temps
L'OMBRE - A André Rousseaux - Francis Carco, La Bohème et mon cœur. victor50104
«TU ES L'HOMME» - Terre des Hommes antoine50103
PHOTOGRAPHIE - Apollinaire, Calligrammes « Lueurs des Tirs ».
L'ESCALE BRÉSILIENNE - Jules Supervielle, Débarcadères
LA NUIT - Cauchemar - Scènes de la vie parisienne
MAUVAISE MÉMOIRE - Jean Tardieu, Le fleuve caché Florine50099
LA FUGUE - Georges Bernanos, Monsieur Ouine.
LA TANTE MÉLIE - Jules Vallès, L'Enfant. Florian50097
Paul Verlaine, Sagesse III, 1. laure50096
VIEILLE - Marie Noël, Chants d'arrière-saison Hugo50095
DIT DE LA FORCE DE L'AMOUR - Paul Éluard
PASSAGE DE L'ENFANT À L'HOMME - Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe, 1re partie.
Gustave Flaubert, Salammbô. Vous ferez de ce texte un commentaire composé ; vous pourrez par exemple étudier le caractère dramatique de la scène ainsi que son élargissement épique.
UN NEVERS IMAGINAIRE - Marguerite Duras, Hiroshima mon amour.
M. Proust, A l'ombre des jeunes filles en fleurs. Vous ferez de ce texte un commentaire composé. Vous pourrez montrer par exemple, comment le réalisme et le fantastique caricatural s'unissent dans la vision que Proust prête aux spectateurs.
Littérature - Fin de Partie
Le travail des femmes pendant la première guerre mondiale Be
LE VISITEUR DE MINUIT - Villiers de L'Isle-Adam
« Face à l'histoire, et à la prise de possession du cosmos par la science et la technologie modernes, la littérature paraît désarmée. Les plus belles œuvres du monde n'empêchent pas la faim, la violence et la guerre, elles n'effacent pas l'empreinte de la misère humaine. Mais, privé de l'art, l'homme serait amputé de sa meilleure part. » Vos rencontres avec de «belles œuvres», littéraires et artistiques, vous conduisent-elles à partager sans réserve cette opinion d'un critique contemporain? Qian50086
L'humoriste américain Mark Twain a dit que « le secret du rire n'est pas la gaieté mais la tristesse». Vous commenterez cette boutade en étayant votre réflexion sur des exemples empruntés à vos lectures, mais aussi, si vous le jugez utile, à d'autres formes de l'expression artistique. Baptiste50085
Paul Valéry a écrit: « La poésie est l'ambition d'un discours qui soit chargé de plus de sens et mêlé de plus de musique que le langage ordinaire n'en porte et n'en peut porter. » Vous apprécierez cette affirmation en vous appuyant sur des exemples empruntés à vos lectures. Luc50084
« Les écrivains qui ont de l'influence ne sont que des hommes qui expriment parfaitement ce que les autres pensent et qui réveillent dans les esprits des idées ou des sentiments qui tendaient à éclore. » Quelles réflexions cette pensée de Joubert vous inspire-t-elle ? Vous appuierez votre développement sur des exemples précis empruntés à vos lectures. Frgeerg50083
Dans ses Propos sur l'éducation, Alain affirme : « Il n'y a point d'expérience qui élève mieux un homme que la découverte d'un plaisir supérieur, qu'il aurait toujours ignoré s'il n'avait point pris d'abord un peu de peine. » Avez-vous fait, au cours de vos études littéraires, l'expérience du plaisir « supérieur » apporté par un écrivain, ou une œuvre en particulier, que vous avez découverts après un temps d'exploration difficile ? Alexandre50082
« La plupart des lecteurs attribuent à ce qu'ils appellent le fond une importance supérieure, et même infiniment supérieure, à celle de ce qu'ils nomment la forme. Quelques-uns, toutefois, sont d'un sentiment tout contraire. Ils estiment audacieusement que la structure de l'expression a une sorte de réalité tandis que le sens ou l'idée n'est qu'une ombre (...) Pour les amants de la forme, une forme, quoique toujours exigée ou provoquée par quelque pensée, a plus de prix, et même de sens, que toute pensée. » Vous commenterez à l'aide d'exemples cette phrase de Paul Valéry (Variété — Sur Bossuet). Vous direz si dans une œuvre littéraire vous attachez plus de prix au fond ou à la forme, aux choses dites ou à la façon dont elles sont dites. Nico50081
« Quand nous avons pratiqué1 les belles conceptions humaines, quand nous avons vécu avec les grandes âmes crées par l'art, ce n'est pas d'un regard morne et d'un cœur dédaigneux que nous retournons vers la vie; au contraire nos cœurs et nos yeux sont avertis et ils discernent mieux les trésors de beauté qui sont dans le monde, les trésors de bonté qui sont dans l'homme. » Commentez, à l'aide d'exemples tirés d'œuvres littéraires empruntées de préférence à divers genres et à diverses époques, ces propos de Jean Jaurès. Marleene50080
Supposez que l'on vous propose de jouer le rôle qui vous plairait dans une pièce de théâtre que vous choisiriez. Expliquez les raisons qui vous guideraient dans le choix de la pièce et du personnage ; puis dites sur quoi vous insisteriez dans votre interprétation. Floriane50079
Un critique contemporain a dit : « Lorsqu'un poème ou simplement un vers provoque chez le lecteur une sorte de choc, le tire hors de lui-même, le jetant dans le rêve, ou au contraire le contraint à descendre en lui plus profondément jusqu'à le confronter avec l'être et le destin, à ces signes se reconnaît la réussite poétique. » En illustrant votre devoir par des exemples précis empruntés à votre expérience de lecteur, vous direz quelles réflexions vous inspire ce jugement. Maheee50078
Vous commenterez ces réflexions d'André Malraux (Les voix du silence). « Ce que voient en l'art ceux qui lui sont étrangers, c'est un moyen de fixer les instants émouvants de la vie ou de les imaginer. Ils sont ainsi conduits à confondre fiction et roman, représentation et peinture... Et il est vrai que les plus grands arts font naître une émotion très haute: ce qui n'est pas vrai, c'est qu'ils le fassent nécessairement en représentant ce qui le suscite dans la vie. L'émotion éprouvée devant la mise à mort du taureau n'a rien de commun avec celle que suscite une tauromachie, fût-elle de Goya. S'il advient que l'artiste fixe un instant privilégié, il ne le fixe pas parce qu'il le reproduit, mais parce qu'il le métamorphose. Un coucher de soleil admirable, en peinture n'est pas un beau coucher de soleil, mais le coucher de soleil d'un grand peintre — comme un beau portrait n'est pas d'abord le portrait d'un beau visage... » benjamin50077
En préface à un recueil de textes de critique littéraire, Tout feu, tout flamme, Jean-Louis Bory écrit: « Curieux métier que le métier de professeur. Le public le plus vivant qui soit (le plus égocentrique aussi), nous devons l'intéresser coûte que coûte au commerce des morts. Par chance, ces morts-là sont bien plus vivants que bien des vivants. Il ne s'agit plus que d'en persuader les jeunes vivants qui nous écoutent. » Vous commenterez et, au besoin, discuterez ce propos, en vous fondant sur des exemples précis tirés de vos lectures et de votre expérience d'élève. nathalie50076
« La vérité psychologique est le propre de l'observateur et du penseur: la vérité conventionnelle celui de l'homme de théâtre. Le théâtre est un art essentiellement de convention: il obéit à des lois particulières, toutes différentes de celles des autres genres littéraires. » A l'aide d'exemples précis choisis dans les pièces que vous connaissez, vous commenterez et discuterez au besoin ce jugement rapporté par Henry de Montherlant dans Notes sur mon théâtre. Daphneee50075
André Gide a écrit: « Inquiéter, tel est mon rôle. Le public préfère toujours qu'on le rassure. Il en est dont c'est le métier, il n'en est que trop. » Sans multiplier les exemples, et en vous fondant plutôt sur quelques œuvres de votre choix, dites ce que vous pensez de cette conception de la littérature. Hugo50074
Dans l'un de ses derniers romans, L'étoile rose, Dominique Fernandez fait dire à l'un des personnages: « La littérature occidentale, dans sa grande tradition, valorise la nuit, l'échec, la mort, le pessimisme... contre le jour, la réussite, la vie, l'optimisme... ! » Vos études littéraires, vos lectures personnelles (françaises ou étrangères) vous laissent-elles sur cette même impression désenchantée ou ont-elles été pour vous une initiation à la joie? Coralie50073
« Pour moi, la réalité est sans aucun intérêt. Je l'utilise dans ma vie quotidienne, mais pour mon écriture, j'ai besoin d'autre chose. J'ai besoin d'inventer absolument tout. [...] C'est une adaptation, c'est une transformation des choses vues par l'artiste. Voilà un champ de blé. Ce champ de blé existe pour son propriétaire, il existe pour le bourgeois qui promène sa famille autour du champ de blé le dimanche après-midi, il existe pour l'économiste distingué qui, lui, comptera ce champ de blé dans l'étiage de la récolte de la France. Et il existe enfin le champ de blé de Van Gogh. Le champ de blé de Van Gogh n'a aucun rapport avec le champ de blé de tous les autres. (...) Van Gogh a pris le champ de blé, il s'y est ajouté et puis il a transformé le tout en une espèce d'autre chose qui est devenue le champ de blé de Van Gogh. » Jean Giono, Entretiens avec Jean Carrière, 1965. Vous commenterez ces propos de Jean Giono en les illustrant d'exemples précis d'œuvres d'art et en particulier d'œuvres littéraires.
Dans un article intitulé L'Artiste et la Société, l'écrivain allemand Thomas Mann (1875-1 955) affirmait : « L'artiste est le dernier à se faire des illusions au sujet de son influence sur le destin des hommes. Dédaigneux du mauvais, il n'a jamais pu arrêter le triomphe du mal. Soucieux de donner un sens, il n'a jamais pu empêcher les sanglants non-sens. L'art ne constitue pas une puissance, il n'est qu'une consolation. » Dans le domaine particulier de la littérature, et en songeant aux écrivains dont l'œuvre a un rapport étroit avec les réalités de leur temps, partagez-vous entièrement le pessimisme de Thomas Mann ? Marine50071
Au cours d'un récent entretien, un journaliste faisait remarquer à Henri Troyat: « Depuis vos débuts en littérature, vous n'avez participé à aucun des grands débats idéologiques ou politiques qui ont pu agiter nombre d'écrivains et d'intellectuels français. » Le romancier lui a répondu: « C'est exact. Je ne m'occupe pas de politique. Je ne m'en désintéresse pas, c'est impossible dans le monde contemporain, mais je ne suis pas un animal politique. Je suis un conteur ou un narrateur, comme vous le disiez. Au fond, et même si cela peut paraître absurde de le dire à mon âge, je suis resté profondément enfantin... Je suis un écrivain, je suis un rêveur et plus je m'engagerai, plus je m'éloignerai de ma vraie nature. » « Henri Troyat s'explique. » Magazine Lire, septembre 1979. Approuvez-vous une telle attitude chez un écrivain ? Vous justifierez votre réponse par des exemples précis empruntés à vos lectures. Jafar50070
Giraudoux, Kleber Haedens ont écrit chacun une histoire de la littérature française, le président Pompidou fut l'auteur 6'une Anthologie de la Poésie française, l'actuel Président de la République paraît à la télévision pour parler de Maupassant... Ainsi chacun, spécialiste ou non, tient à nous faire connaître et partager ses goûts littéraires. Si une telle occasion vous était donnée, quelle œuvre ou quelles œuvres choisiriez-vous de présenter et de mettre en valeur? Justifiez votre choix avec précision. Virginie50069
« L'idée même que la signification d'une œuvre valable puisse être épuisée après deux ou trois lectures est une idée frivole. Pire que frivole: c'est une idée paresseuse. Ce qui seul s'évanouit rapidement, c'est le divertissement que procure la chose nouvelle. Reste son apport permanent: mais celui-là ne se livre pas sans effort à la jouissance superficielle. » Claude-Edmonde Magny. Commentez et, si vous le jugez bon, discutez cet avertissement au lecteur, en vous appuyant sur des exemples précis tirés de vos lectures. Valentin50068
Bossuet, réfléchissant sur l'utilité de la lecture, écrit dans ses notes personnelles qu'elle «éclaire, éveille, fait chercher»; Aragon écrit dans une étude sur Joël Bousquet: «Tous les livres se lisent comme on s'endort. (...) Le rêve de l'écrivain s'est substitué au vôtre, vous êtes pris... C'est le sommeil nommé lecture. » Quelles réflexions vous inspirent ces deux jugements opposés? Vous traiterez le sujet avec l'aide d'exemples précis tirés de vos expériences de la lecture. Julien50067
L'auteur anglais Horace Walpole (XVIIIe siècle) a écrit: « Le monde est une comédie pour celui qui pense et une tragédie pour celui qui sent. » En prenant des exemples aussi bien dans votre expérience personnelle que chez les écrivains ou artistes que vous connaissez, vous expliquerez et illustrerez cette opposition entre raison et sensibilité, et vous donnerez votre opinion sur la question. Anthony50066
« Que serait la culture sans le hasard ? Qu'en resterait-il, si chacun ne lisait que ce qu'il désire objectivement ? Qui n'a ressenti l'émotion suscitée par l'errance sans but dans une bibliothèque, et la joie d'avoir feuilleté inopinément tel auteur oublié ? » demande Pierre Drouin dans un article du Monde (6 janvier 1980). En vous fondant avec précision sur votre expérience, vous essaierez d'évaluer ce que votre culture doit à des rencontres de hasard, scolaires ou non, avec des oeuvres, qu'elles soient mineures ou majeures, de la littérature ou de tout autre art. Faycal50065
« Le secret de la poésie ne consiste pas tant à offrir de la beauté qu'à unir, à faire communiquer intimement l'âme des hommes. » Ainsi s'exprimait dans son discours de réception à l'Académie espagnole en 1960 Vicente Aleixandre, Prix Nobel de Littérature 1977. Vous vous demanderez si cette conception de la poésie correspond à la vôtre et vous essayerez de préciser ce que vous cherchez dans la lecture des poètes, en vous appuyant toujours sur des exemples et des citations. Kevin50064
Dans son roman historique Les Mémoires d'Hadrien, l'écrivain contemporain Marguerite Yourcenar fait dire à son héros, l'empereur romain Hadrien (second siècle après Jésus-Christ) : « Les poètes nous transportent dans un monde plus vaste ou plus beau, plus ardent ou plus doux que celui qui nous est donné, différent par là-même et en pratique presque inhabitable. » En prenant appui sur des œuvres que vous connaissez bien, vous direz si vous approuvez ces réflexions de l'empereur Hadrien sur les rapports de la poésie et du réel. arthur0georges50063
La poésie, note Paul Valéry, « est l'essai de représenter ou de restituer, par les moyens du langage articulé, ces choses ou cette chose, que tentent obscurément d'exprimer les cris, les larmes, les caresses, les baisers, les soupirs, etc. et que semblent vouloir exprimer les objets, dans ce qu'ils ont d'apparence de vie (...) ». A l'aide d'exemples pris dans vos lectures personnelles, vous commenterez cette affirmation. Julien50062
Vous expliquerez et discuterez, en vous appuyant sur des exemples de votre choix, cette affirmation de J. Supervielle : « La poésie, surtout la poésie moderne, n'a nullement pour mobile la pensée... alors qu'en prose, on cherche à fixer, à immobiliser la pensée. »
En vous appuyant sur des exemples précis empruntés à des œuvres littéraires, et éventuellement à d'autres domaines artistiques, vous vous demanderez dans quelle mesure un artiste peut user de la laideur pour engendrer la beauté.
« Lisez pour vivre. » Comment comprenez-vous ce mot de Flaubert ? Qu'en pensez-vous ? Faites référence à des œuvres précises dans vos appréciations.
Bien des personnages créés pour et par la littérature, le théâtre ou le cinéma peuvent acquérir la dimension d'un véritable mythe1. Leur nom propre devient même, parfois, un nom commun : un tartuffe, un tarzan, par exemple... A quoi cela est-il dû ? A quoi cela répond-il ? A quelles conditions est-ce possible ?
Ionesco écrit : « Apporter un message aux hommes, vouloir diriger le cours du monde, ou le sauver, c'est l'affaire des fondateurs de religions, des moralistes ou des hommes politiques... Un dramaturge se borne à écrire des pièces, dans lesquelles il ne peut qu'offrir un témoignage personnel, affectif, de son angoisse et de l'angoisse des autres, ou, ce qui est rare, de son bonheur... Une œuvre d'art n'a rien à voir avec les doctrines. » Sans vous limiter nécessairement au domaine théâtral, mais en vous référant à des exemples littéraires, commentez et discutez cette conception de l'art.
Dans le troisième chant de L'Art poétique (1674), Boileau tire de la pratique théâtrale des observations sur ce qui permet la réussite ou provoque l'échec d'une pièce de théâtre. Pour le choix du sujet et l'organisation de l'intrigue, il s'exprime en ces termes : «Jamais au spectateur n'offrez rien d'incroyable : Le vrai peut quelquefois n'être pas vraisemblable. Une merveille absurde est pour moi sans appas : L'esprit n'est point ému de ce qu'il ne croit pas.» En prenant appui sur des œuvres que vous connaissez bien, françaises ou étrangères, de l'époque présente ou du passé, vous direz sincèrement si une pièce de théâtre, pour vous intéresser, doit offrir l'apparence du vraisemblable ou si la recommandation de Boileau vous paraît sans portée.
André Maurois écrit : « L'objet du comique est de " dégonfler " certaines formes du sérieux qui nous oppriment, et, en leur enlevant de leur importance, de nous rassurer. C'est ce qui explique que l'homme se plaise à rire de ce qui l'effraie: la mort, la maladie, les médecins, les femmes, l'amour, le mariage, le gouvernement, les grands de ce monde. »
« Le meilleur de l'homme, disait Goethe, c'est l'inquiétude. » L'inquiétude est-elle pour l'artiste et l'écrivain une source d'inspiration ? Pour répondre à la question, vous ne manquerez pas de prendre appui sur quelques exemples précis.
L'Ethique et le Comportement bonbecs
Le théâtre, texte et représentation Arual
Anthropophage, Voltaire maudinntteac
Commentaire Composé : Samuel Beckett, En attendant Godot, 1953, Acte II
La composition du Misanthrope de Molière
LE MISANTHROPE A L'ÉTRANGER
Le moment historique du Misanthrope de Molière
La critique et le Misanthrope de Molière
Le Misanthrope de Molière : L'accueil du public
L'interprétation du Misanthrope de Molière
ACTE V: La confusion de Célimène (Le Misanthrope de Molière)
ACTE IV La jalousie d'Alceste (Le Misanthrope de Molière)
ACTE III : Les Marquis. — Célimène et Arsinoé (Le Misanthrope de Molière)
ACTE II Le Salon de Célimène - Le Misanthrope de Molière
La leçon du misanthrope de Molière
L'Actualité du misanthrope de Molière
ACTE III : Le salon de Philaminte - "Les Femmes Savantes" de Molière
ACTE IV : Clitandre et Trissotin - analyse de "Les Femmes Savantes" de Molière
ACTE V : Le triomphe de Chrysale - "Les Femmes Savantes" de Molière
Namibie Ueshug47895
CHROMATISME.

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit