LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits

Tous les document publiés le : 2011-4-26


Titre du document Nom de l'auteur
L'avenir du français.
Jean-Jacques Rousseau, La nouvelle Héloïse, IVe partie, lettre 17
Le rôle de l'artiste.
Mariée à Charles Bovary et mère d'une petite fille, Berthe, Emma a formé le projet de s'enfuir avec son amant Rodolphe. Tandis que son époux dort, elle, à ses côtés, demeure éveillée et rêve.
H. et G. Agel, Précis d'initiation au cinéma
Gustave Flaubert, La première éducation sentimentale, 1845, Chap. XXIII, Édition du Seuil, Collection Tel Quel.
Maurice Nadeau, Le roman français depuis la guerre, Paris, Gallimard, Collection « Idées »
Un universitaire contemporain réfléchissant sur l'étude de la littérature écrit : « L'inquiétude c'est la vie même de la conscience. Toute vie suppose effort, dépense de force. Ce que cherchent des élèves, trop souvent, c'est une réponse de catéchisme « ce qu'il faut penser de... » et dans leurs devoirs ce qu'ils disent c'est ce qu'ils croient que l'on doit dire. Or le principe de l'enseignement littéraire est de leur faire admettre qu'il n'y a pas de dogme tout fait et qu'à chacun sa vérité » (Jean Onimus). Quel but assignez-vous pour votre part à l'« enseignement littéraire » ? Dites ce qu'il vous a apporté en exigeant de vous un effort personnel. Appuyez votre développement sur des exemples précis.
Honoré de Balzac, Illusions perdues, première partie, « Les deux poètes »
Albert Camus, extraits du discours de réception prononcé à Stockholm le 10 décembre 1957 pour son attribution du Prix Nobel.
Pour Jeanne seule
Pierre-Henri Simon, Témoins de l'homme
Ruy Blas, Victor Hugo
« Parfum exotique », Les Fleurs du Mal, 1857, Baudelaire
« Ma Bohême »,Poésies (1870-1871), A.Rimbaud
Les Justes, 1949, Albert Camus
Le Mariage de Figaro, 1778, Beaumarchais
La Peste, 1947, Albert Camus
Incipit de La Fille aux yeux d'or, 1834, H. de Balzac
L'Ingenu, 1767, Voltaire
Commentaire composé : Extrait d’Enfance de N. Sarraute darkange
à propos du romantisme littéraire
Colette, « L'enfant malade »
Préface d'une anthologie poétique.
Hameaux
Vocation sociale des jeux.
Jamais d'autre que toi.
André Maurois (1885-1967), Ce que je crois.
Le peintre Claude Lantier, en compagnie de son ami, le romancier Sandoz, revient sur les lieux où il a « travaillé, joui et souffert ».
Réflexion sur le bruit.
Honoré de Balzac, La peau de chagrin. De sa mansarde, Raphaël, jeune homme studieux et solitaire, découvre le spectacle des toits d'un quartier misérable de Paris.
Frédéric Gaussen, Le monde dimanche
En prenant appui sur les pièces de théâtre que vous avez lues, étudiées ou vu jouer, dites ce que vous pensez des remarques suivantes d'un directeur de théâtre contemporain : « Notre volonté est de mettre sur scène la société, la présenter et provoquer vis-à-vis d'elle des regards critiques. C'est une fonction du théâtre. Elle n'est pas nouvelle. Molière, et bien avant lui, Sophocle l'avaient ainsi comprise. Mais dans le même temps, le théâtre doit être un lieu où se libèrent les forces de l'imagination, où s'organise le rêve. Ces deux fonctions ne sont pas contradictoires. »
La mer. Marcel Proust
Marguerite Yourcenar, Les yeux ouverts.
Roger Caillois, Babel, chap. I, « La littérature se meurt »
Splendeurs et misères des critiques.
Jean-Jacques Rousseau, Confessions (Chap. III).
Jean Giono, Les Ames fortes
Simone de Beauvoir, La Vieillesse
Que presente impresentable ! Anssafounette
Colle AEHSC : POPULATION ET MIGRATION
Savons nous où nos désirs nous mènent ? romain52
Peut-on juger objectivement une ½uvre d'art ? Altoro
Le droit des femmes cas
La diffusion de l'esprit des Lumières fannysollander
QUELLE EST LA PART DE LA NATURE ET DE LA SOCIETE DANS LE RISQUE OU LA CATASTROPHE DECRITE ?
La musique du XVIIIe siècle et ses changements. celticfrost
La critique Andrea del Lungo définit l'incipit comme « le lieu stratégique du texte ». En quoi l'ouverture d'un roman est-elle révélatrice du regard de l'écrivain sur l'Homme et le monde ?
Fernand Robert, L'Humanisme
Lautréamont, Les Chants de Maldoror (1869). Vous ferez de ce texte un commentaire composé, dont vous choisirez vous-même les points d'étude. Vous pourrez, par exemple, étudier le mouvement et le développement, l'utilisation du symbole, l'unité de ton créée par la phrase et le vocabulaire.
Georges Friedmann, Sept études sur l'homme et la technique.
Fête foraine
V. Hugo, Préface du Cochon de Saint-Antoine.
Les bouffons techniques.
Paul Valéry, Variété : Le Bilan de l'Intelligence.
M. J. Duvry, Réponses
Georges Bernanos, dans une lettre, reconnaissant les pouvoirs d'investigation du roman, affirme qu'il est « un romancier, c'est-à-dire un homme qui vit ses rêves, ou les revit sans le savoir. Je n'ai donc pas d'intentions. J'avance dans l'obscurité ». Commentez cette définition en l'appliquant aux écrivains contemporains que vous connaissez.
Aimé Cesaire, La tragédie du Roi Christophe, Acte I.
La rêverie créatrice.
Prophétie. J. Supervielle.
Fonction et puissance de la presse
Le sentiment de la responsabilité, source d'énergie
André Malraux, Lazare.
Simone de Beauvoir, Tout compte fait. Vous résumerez ou analyserez le texte suivant en dégageant les principales idées. Puis vous débattrez librement d'une idée que vous aurez vous-même choisie dans cette page.
Chateaubriand, Mémoires d'Outre-Tombe. Vous expliquerez ce texte sous forme de commentaire composé. Vous pourrez mettre en valeur les réactions de Chateaubriand devant la haute montagne, et en apprécier l'originalité.
Le snobisme dans l'art.
Paul Valéry écrit dans Regards sur le monde actuel (Propos sur le progrès)
Albert Camus, L'Exil et le Royaume, Deuxième nouvelle : Le Renégat.
Alain, Propos sur l'éducation
« On oppose souvent le roman, au sens moderne du mot, c'est-à-dire tel qu'il apparaît en Occident en gros avec Cervantès, à l'épopée, en disant que celle-ci raconte les aventures d'un groupe, celui-là d'un individu; mais, depuis Balzac au moins, il est clair que le roman dans ses formes les plus hautes prétend dépasser cette opposition, et raconter par l'intermédiaire d'aventures individuelles le mouvement de toute une société... » A la lumière des ½uvres romanesques que vous connaissez, vous commenterez et discuterez cette opinion de Michel Butor.
Apparition.
Marguerite Yourcenar, née en 1903, imagine que, devenu vieux, Hadrien (76-138 de notre ère), écrit pour le successeur de son choix, encore adolescent — le futur Marc-Aurèle - l'expérience de sa vie d'homme et d'empereur romain.
Paul Valéry, Hommage à Marcel Proust, dans Variété.
Après la mort de Camus (4 janvier 1960) René Char célébrait ainsi la mémoire de son ami, enterré à Lourmarin (Vaucluse).
Catherine Paysan, Comme l'or d'un anneau.
Julien Gracq, Un beau ténébreux
Simone de Beauvoir, L'existentialisme et la sagesse des nations
Simone de Beauvoir, Pour une morale de l'ambiguïté.
François de Closets, Le Bonheur en plus.
Pierre Barberis, Lectures du réel.
Sartre, Un théâtre de Situations.
Charles Péguy, L'argent.
Bonheur et bien-être matériel.
(Vers minuit, un assassin, Gueret, se réveille dans un entrepôt de charbon où, pris de panique, il s'est réfugié quelques heures plus tôt. Le lieu lui semble étrange.)
Jules Michelet. Début de la deuxième leçon prononcée devant les étudiants au Collège de France
Aube De Rimbaud
Victor Hugo, a voulu être, par son ½uvre, « L'écho sonore » de son temps; au contraire Stéphane Mallarmé écrit, en 1862, dans la Revue de l'Artiste : « Toute chose sacrée et qui veut demeurer sacrée s'enveloppe de mystère. Les religions se retranchent à l'abri d'arcanes dévoilés au seul prédestiné : l'art a les siens... J'ai souvent demandé pourquoi ce caractère nécessaire a été refusé à un seul art, au plus grand. Je parle de la Poésie... » Expliquez et illustrez ces deux conceptions de la poésie et dites ce que doit être, selon vous, la poésie et quelle fonction vous lui assignez.
Plaisir de l'aube.
Raymond Aron, Les désillusions du progrès.
SE NECESITA DEPENDIENTA ansmaj
Simone de Beauvoir, le Deuxième Sexe. Suivant votre préférence, résumez le texte en en respectant le mouvement ou faites-en une analyse qui, distinguant et ordonnant les thèmes, s'attache à rendre compte de leurs rapports.
Lettre à des amis perdus.
Buffon, Epoques de la Nature
Courteline, Les Ronds de Cuir.
Le critique et son public.
Pierre-Aimé Touchard, Dionysos, apologie pour le théâtre
Dans Les Mouches, pièce de Jean-Paul Sartre, l'un des personnages expose ce qu'est pour lui la culture (il s'agit du pédagogue qui s'adresse à son élève, Oreste, un jeune homme de dix-huit ans) : « Que faites-vous de la culture, monsieur?... Ne vous ai-je pas fait, de bonne heure, lire tous les livres, pour vous familiariser avec la diversité des opinions humaines et parcourir cent États, en vous remontrant en chaque circonstance comme c'est chose variable que les m½urs des hommes? A présent vous voilà, jeune, riche et beau, avisé comme un vieillard, affranchi de toutes les servitudes et de toutes les croyances, sans famille, sans patrie, sans religion, sans métier, libre pour tous les engagements et sachant qu'il ne faut jamais s'engager, un homme supérieur enfin... » Cette vision de la culture vous paraît-elle satisfaisante? Préci-sez-là, puis donnez votre point de vue personnel.
Il est deux cents millions d'hommes, en Europe, qui n'ont point de sens et voudraient naître.
Dans les bois.
Selon votre préférence, résumez le texte suivant en respectant son mouvement, ou bien analysez-le en distinguant et ordonnant les thèmes et en vous attachant à rendre compte de leurs rapports.
Premiers aéroplanes.
Le poète et le monde social.
Camus, interrogé par des journalistes répond à la question suivante : « Que peut faire l'artiste dans le monde d'aujourd'hui ? »
Vous présenterez de ce texte un commentaire composé. Vous pourrez par exemple étudier l'art de Proust, metteur en scène; montrer comment rythme, cadrage, proximité ou éloignement contribuent à renforcer la satire sociale.
« ... Que devrait être une société pour que dans sa vieillesse un homme demeure un homme? »
Sous forme d'un commentaire composé, vous expliquerez et ferez apprécier le texte suivant.
Après avoir, selon votre préférence, résumé ou analysé le texte suivant, vous choisirez dans celui-ci un thème auquel vous attachez un intérêt particulier et vous le commenterez librement.
Explication du texte de Platon, extrait de La république, livre VI
Est-il raisonnable de renoncer à ses désirs ? camilleg
Qui est autorisé à me dire « tu dois » ?
Jean Giraudoux a écrit ; « Mes camarades avec moi ont quitté leurs bancs d'élèves, les uns vers le droit, les autres vers les lettres, tous persuadés qu'ils connaissaient dans ses plus hermétiques ressorts la littérature française. Ils n'en connaissaient rien. Moi non plus. Les morceaux choisis ne sont qu'une des formes du complot qui travaille depuis des siècles à dissimuler à chaque Français la réalité de cet héritage dont il est, quel qu'il soit, le légataire universel. » Expliquez cette opinion de Jean Giraudoux sur l'étude de la littérature à travers les morceaux choisis, et dites pourquoi vous la partagez ou non, en analysant des exemples précis.
Romain Rolland, Jean-Christophe, L'Aube.
R. Martin du Gard, Lettre à A. Gide
Condorcet (1743-1794) Lettres d'un bourgeois de New Haven à un citoyen de Virginie
V. Hugo, 11 juillet 1846, en revenant du cimetière de Saint-Mandé, Les Contemplations.
Le romancier qui transforme la vérité constante, brutale et déplaisante
Musset, Lettres de Du puis et Colonel.
Pour son mariage
Jean Onimus, Expérience de la poésie
« Je définirais le livre une ½uvre de sorcellerie d'où s'échappent toutes sortes d'images qui troublent les esprits et changent les c½urs. Je dirai mieux encore : le livre est un petit appareil magique qui nous transporte au milieu des images du passé ou parmi des ombres surnaturelles. Ceux qui lisent beaucoup de livres sont comme des mangeurs de hachisch. Ils vivent dans un rêve. Le poison subtil qui pénètre leur cerveau les rend insensibles au monde réel et les jette en proie à des fantômes terribles ou charmants. Le livre est l'opium de l'Occident. » Tel est le point de vue d'Anatole France dans la préface de La Vie littéraire. Pourtant, de nombreux écrivains ont affirmé que le livre est un moyen pour le lecteur de connaître mieux la réalité quand il ne peut la découvrir par lui-même. En vous appuyant sur des exemples précis empruntés à vos lectures, essayez de comparer ces deux conceptions opposées de l'½uvre littéraire et dites quelle est celle qui correspond le mieux à votre goût personnel.
Fleur du désert
Roger Caillois, Babel
Les limites de la croissance (Rapport du Massachussets Institute of Technology).
« Le soleil faisait luire... »
Fernand Robert, L'Humanisme.
(Victor Hugo a écrit ce poème pour Juliette Drouet, après une excursion dans une des îles anglo-normandes, au cours de son exil.)
Être de son époque.
(Aimery de Beligné, étudiant, et Pomme, petite coiffeuse, ont leur premier rendez-vous à la terrasse d'un café.)
Vacances et agressivité
Jean Dutourd, L'École des Jocrisses
Parlant du métier de romancier, François Mauriac écrit : « Les personnages fictifs et irréels nous aident à nous mieux connaître et à prendre conscience de nous-mêmes... Et c'est sans doute notre raison d'être, c'est ce qui légitime notre absurde et étrange métier que cette création d'un monde irréel grâce auquel les hommes vivants voient plus clair dans leur propre c½ur et peuvent se témoigner les uns aux autres plus de compréhension et de pitié. » Expliquez, commentez et, si vous le jugez à propos, discutez ces lignes en prenant comme exemple un roman (ou plusieurs) que vous connaissez bien.
La notion du juste et de l'injuste est-elle innée ?
William Grossin, Quand la jeunesse ignore les frontières
Printemps
La littérature
"Améliorer la vie matérielle, c'est améliorer la vie ; faites les hommes heureux, vous les faites meilleurs. " V.Hugo.
Victor Hugo, Les Misérables (1862). En un commentaire composé vous étudierez ce texte dans lequel Victor Hugo dessine et en même temps explique ce personnage.
R. Escarpit, L'Humour
Un critique contemporain écrit (R. Barthes, Le plaisir du texte, Éd. du Seuil, 1973, g. 85) : « Pourquoi, dans des ½uvres historiques, romanesques, biographiques, y a-t-il (pour certains dont je suis) un plaisir à voir représenter la « vie quotidienne » d'une époque, d'un personnage? Pourquoi cette curiosité des menus détails : horaires, habitudes, repas, logements, vêtements, etc.? » Avez-vous, vous aussi, au cours de vos lectures, ressenti ce plaisir qu'évoque Roland Barthes? En vous appuyant sur des exemples précis, vous tenterez de répondre à sa question.
Étudiez, sous la forme d'un commentaire composé, cette page extraite de : « Attendez l'Aube » de Marcel Arland; attachez-vous plus particulièrement à préciser la tonalité du paysage et à montrer le sens que l'auteur attribue à cette promenade nocturne.
Vous donnerez d'abord un résumé ou une analyse (à votre choix, mais en l'indiquant clairement au début), du passage suivant de « La Démocratie en Amérique », ouvrage publié par l'historien Tocqueville.
Variété I, A propos d'Adonis
Raymond Queneau, 1938 (texte)
Paul Valéry, L'âme et la danse
Curiosité et activité de l'esprit
« L'esprit de l'homme est naturellement plein d'un nombre infini d'idées confuses du vrai, que souvent il n'entrevoit qu'à demi; et rien ne lui est plus agréable que lorsqu'on lui offre quelqu'une de ces idées bien éclaircie et mise dans un beau jour. Qu'est-ce qu'une pensée neuve, brillante, extraordinaire ? Ce n'est point, comme se le persuadent les ignorants, une pensée que personne n'a jamais eue, ni dû avoir. C'est au contraire une pensée qui a dû venir à tout le monde, et que quelqu'un s'avise le premier d'exprimer. » Que pensez-vous de cette réflexion de Boileau ?
La Vie moderne et la sensibilité
Pierre Barberis, Lectures du Réel
En vous référant aux pièces de théâtre que vous avez lues, étudiées ou vu jouer, dites les réflexions que vous inspirent ces remarques d'un directeur de troupe théâtrale de province : « Notre volonté est de mettre sur scène la société, la présenter et provoquer vis-à-vis d'elle des regards critiques. C'est une fonction du théâtre. Elle n'est pas nouvelle. Molière, et bien avant lui, Sophocle l'avaient ainsi comprise. Mais dans le même temps, le théâtre doit être un lieu où se libèrent les forces de l'imagination, où s'organise le rêve. Ces deux fonctions ne sont pas contradictoires. »

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit