LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< SEUREL François. Personnage du roman d’ ... Le personnage de SKVOZNIK-DMOUKHANOVSKY Antoi ... >>


Partager

DE L’EXISTENCE À L’ÊTRE (cours de philosophie)

Philosophie

Aperçu du corrigé : DE L’EXISTENCE À L’ÊTRE (cours de philosophie)



Publié le : 10/7/2016 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
DE L’EXISTENCE À L’ÊTRE (cours de philosophie)
Zoom

Le verbe exister a-t-il le même sens quand on dit : “Dieu existe”, “Le soleil existe”, “J’existe”.


(Toulouse série A)

 

On pourrait croire que l’usage courant rende exister et être synonymes : le Littré nous apprend qu’exister signifie d’abord “avoir l’être’’ ; le Vocabulaire technique el philosophique de Lalande, qui prétend fixer l’usage philosophique des termes, dit que l’existence est “le fait d’être”. Pourtant cette assimilation ne va pas de soi.

 

Le verbe latin existere est composé de ex (hors de, à partir de) et de sistere (être placé, se tenir, se maintenir, subsister) et signifie moins le fait d’être que le fait d’avoir telle ou telle origine, d’apparaître à partir de, de sortir de.

 

Les philosophies “scolastiques”, c’est-à-dire formées par les diverses écoles du Moyen Age, reprirent cette é;ymologie, et firent de l’existence le fait de se poser (sistere) à partir de et par un terme antérieur dont on dépend (soit une cause, dont l’existant est l’effet, soit une possibilité que l’existant réalise).

 

Après que les philosophies du XVIIe siècle eurent assimilé les deux termes (l’existence étant le seul mode d’être dont nous puissions avoir l’expérience sensible, l’habitude s’était prise d’appeler tout être appréhendé par les sens un existant), la philosophie de Kant (1724-1804) les opposa à nouveau : l’existence, selon lui, est ce qui peut être constaté par les sens, objet donc d’intuition sensible, alors que l’être, la réalité “en soi”, échappe à une telle intuition.




Considérons la question de l’existence : a - CE QUI TOMBE SOUS LE SENS :

 

On n’a pas attendu la métaphysique pour “se faire une idée’’ sur l’existence. Le fait même que j’existe m’apprend davantage que tous les livres. Ceci est d’autant plus vrai, que nul n’est tenu de prouver son existence, mais seulement de l’éprouver. En dépit de son “point de vue” sur l’existence, l’existant aura à vivre, agir, aimer ou choisir, bref à exister selon sa propre tonalité affective et son engagement effectif. En ce sens que chaque existant décide d’un sens à accorder à son existence précisément en existant.

 

b - L’EXISTENCE COMME POSITION CONCRÈTE

 

Tout en effet, désigne l’existence à l’attention que l’on accorde à un ACTE SINGULIER ET UNIQUE. Bien ou mal entendue, l’existence ne peut être identifiée à une donnée abstraite ou générale. Loin d’être donnée, l’existence est toute CONQUÊTE. Elle n’est pas d’avance ceci ou cela, mais se fait ou se défait à l’image de l’existant. Elle n’est rien moins que \"son œuvre”. Loin d’être une proposition abstraite, l’existence est en réalité UNE POSITION CONCRÈTE. C’est la trame de ce que l’on vit et non une “vue de l’esprit”. Enfin, “ce simple fait d’être” n’indique rien de général, mais renvoie par devers soi à tel ou tel existant particulier. Autant dire que l’EXISTENCE EST L’AFFAIRE DE CHAQUE EXISTANT.

 

c - L’EXISTENCE COMME SENTIMENT INTIME :

 

En somme, l’existence ne peut se réduire à quelque chose dont on reconnaît que ce n’est qu’une idée. Y penser abstraitement, c’est du coup cesser d’exister. Et tout ce que l’on vise en parlant de l’existence ne révèle que le sentiment intime de celui qui existe. Or, ce sentiment de l’existence ne va pas de soi : il est confus sinon ambigu, on l’éprouve à l’occasion de quelques situations limites : comme la mort ou à l’endroit d’une remise en question.

 

d - DÉFINITION NOMINALE DE L’EXISTENCE :

 

Dans son traité de métaphysique, J. Wahl écrit à l’endroit de l’existence : “Parfois on fait signifier au mot exister la même chose qu ’au mot être et parfois au mot être la même chose qu ’au mot exister. ”

 

Le mot exister signifie par lui-même qu’une chose a consistance “à partir de” c’est-à-dire à partir d’autre chose.

 

Il s’agit de savoir à partir de quoi ce qui existe a son existence, à partir du néant selon Heidegger, à partir de causes comme le pensaient les scolastiques : Exis-tere signifiait pour eux : ex alio sistere.

 

C’était comme l’interprète Gilson, se tenir ou se poser en soi à partir d’un terme antérieur dont on dépend.

 

Le terme existentia signifiait la réalité du possible une fois qu’il est actualisé. Exister c’est donc à la fois être à partir du possible et à partir de causes.

 

L’EXISTENCE INSÉPARABLE DE L’ESSENCE

 

Dans la même optique, on peut affirmer auprès de J. Wahl qu’il est particulièrement difficile de séparer l’existence de l’essence dont elle est prétendument issue selon la logique ou l’éthique. L’existence provient ou procède de quelque chose ;





Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 2807 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "DE L’EXISTENCE À L’ÊTRE (cours de philosophie)" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit