LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La philosophie peut-elle se passer d’un ... SUJET REDIGE: Peut-on dire d'un acte qu'il e ... >>


Partager

Bergson: l’expérience et la théorie

Philosophie

Aperçu du corrigé : Bergson: l’expérience et la théorie



Publié le : 14/3/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Bergson: l’expérience et la théorie
Zoom

Ce qui se précise ici, c\'est donc la différence entre la curiosité dilettante et l\'esprit de recherche du scientifique. Le premier collectionne à plaisir des bribes inconsistantes mais qui frappent d\'autant plus l\'imagination ; le second commence par bâtir un questionnement rigoureux et recherche les conditions de sa vérification, de son élargissement.

 

C\'est également dans ce sens que Bachelard parlera du << nouvel esprit scientifique >> qui ne consiste pas à entériner les conjectures souvent fantaisistes et fantasmatiques du sens commun, mais au contraire à dire << non >> et à savoir refuser les propositions pseudo-scientifiques. Mais Descartes lui-même, bien avant Bergson et Bachelard, avait affirmé dans le Discours de la méthode qu\'un philosophe ou un savant ne peuvent rien construire de solide à partir de préjugés et d\'observations incohérentes : mieux vaut << raser l\'édifice >>, pour reprendre l\'image cartésienne, et tout reconstruire à partir de principes plus rigoureux.




Dégagez l’intérêt philosophique de ce texte en procédant à son étude ordonnée.

 

Trop souvent nous nous représentons encore l\'expérience comme destinée à nous apporter des faits bruts : l\'intelligence, s\'emparant de ces faits, les rapprochant les uns des autres, s\'élèverait ainsi à des lois de plus en plus hautes. Généraliser serait donc une fonction, observer en serait une autre. Rien de plus faux que cette conception du travail de synthèse, rien de plus dangereux pour la science et pour la philosophie. Elle a conduit à croire qu\'il y avait un intérêt scientifique à assembler des faits pour rien, pour le plaisir, à les noter paresseusement et même passivement, en attendant la venue d\'un esprit capable de les dominer et de les soumettre à des lois. Comme si une observation scientifique n\'était pas toujours la réponse à une question, précise ou confuse ! Comme si des observations notées passivement à la suite les unes des autres étaient autre chose que des réponses décousues à des questions posées au hasard ! Comme si le travail de généralisation consistait à venir, après coup, trouver un sens plausible à ce discours incohérent.

 

Bergson




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1591 mots (soit 3 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Bergson: l’expérience et la théorie" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit