LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Philosophie

Le terme « guerre totale& ...
>>


Partager

Le bonheur se réduit-il à l'absence de souffrance ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Le bonheur se réduit-il à l'absence de souffrance ?



Publié le : 31/10/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Le bonheur se réduit-il à l'absence de souffrance ?
Zoom

« Vivre sans souci », « ne pas avoir de problème », « être tranquille » : ces conceptions communes du bonheur mettent toutes le bonheur en relation avec l\'idée de souffrance, et le définissent précisément comme une absence de souffrance. Le bonheur, entendu de façon générale, paraît en effet désigner un état stable et durable de satisfaction ; la souffrance, quant à elle, désigne l\'expérience d\'une douleur, qu\'elle soit physique ou morale ; elle signale par conséquent un état d\'insatisfaction qui semble incompatible avec l\'idée même de bonheur. En ce sens, la définition du bonheur comme absence de souffrance paraît presque tautologique. Néanmoins, une telle définition pose un double problème. D\'une part, il n\'est pas certain que l\'élimination de toute forme de souffrance suffise à garantir l\'accès au bonheur ; en ce sens, l\'absence de souffrance serait une condition nécessaire mais non suffisante de la vie heureuse et il conviendrait alors de déterminer ce qui manque dans cette définition simplement négative du bonheur. D\'autre part, il n\'est pas certain que cette éviction de la souffrance soit tout simplement possible ; après tout, elle paraît être une dimension constitutive de l\'existence humaine et chercher à l\'éliminer définitivement participerait d\'une illusion peu propice à nous conduire à une vie heureuse : en ce sens, l\'absence de souffrance ne serait ni nécessaire, ni suffisante ; elle serait tout simplement impropre à saisir ce que pourrait être un bonheur humain défini positivement. En somme, le sujet nous invite à réinterroger la notion même de bonheur et les conceptions communes que nous pouvons nous en faire : existe-t-il une équivalence stricte entre l\'absence de souffrance et l\'idée de bonheur ou bien s\'agit-il en réalité d\'une conception incomplète, voire illusoire, qui risque de faire obstacle à la vie heureuse ? Au premier abord, bonheur et souffrance s\'excluent mutuellement : la vie heureuse résiderait alors dans une absence totale de troubles de l\'âme et du corps, un état de quiétude absolue. Toutefois, une telle définition du bonheur propose un idéal de vie qui, en tant que tel, semble hors de portée de l\'être humain : il paraît impossible d\'éliminer toute forme de souffrance de l\'existence humaine. Il conviendra dès lors de se demander si le bonheur est inaccessible ou si, plutôt, il est possible de concilier au sein d\'une même expérience bonheur et souffrance. 




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3721 mots (soit 6 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Le bonheur se réduit-il à l'absence de souffrance ?" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :
  • Aucun sujet trouvé

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit