NoCopy.net

Commentaire de Texte <br /> <br /> Trait&eacute; th&eacute;ologico-politique, ch.

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< big chicken

TD : Histoire litté ...
>>


Partager

Commentaire de Texte

Traité théologico-politique, ch.

Philosophie

Aperçu du corrigé : Commentaire de Texte

Traité théologico-politique, ch.



document rémunéré

Document transmis par : ssssto-317388


Publié le : 18/11/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Commentaire de Texte 	<br />
<br />
Traité théologico-politique, ch.
Zoom

Commentaire de Texte

Traité théologico-politique, ch. XX

Sarah Tolaïni, L1 Philosophie

Ce texte est tiré du chapitre XX du Traité théologico-politique de Baruch Spinoza, dans lequel
l’auteur défend la liberté d’opinion et montre que l’État doit accorder une liberté de pensée qui lui
échappe.

Spinoza tentera de mettre en relief la corrélation fondamentale devant exister entre la liberté de
pensée et le respects des droits imposés par l’état pour assurer la stabilité et la régularité de celui
ci. Cependant, nous sommes en droit de nous demander comment cette liberté de pensée peut
pleinement se développer si l’état détient le pouvoir de restreindre l’exercice celle ci par des lois
et que l’expression de certaines opinions et les actes pouvant découler de la contingence des objets de notre pensée puissent nuire à l’état : peut on dire que nous sommes libre de penser alors
que cette liberté est sous la tutelle de l’état ? peut-il exister une certaine harmonie entre une liberté de pensée toute intérieure et une soumission extérieure totale au pouvoir politique ?

Nous sommes par nature libre de laisser notre pensée divaguer sur toutes sortes d’objets considérés comme bons, ou à l’inverse perçu communément comme mauvais, et de leurs accorder
notre approbation ou non, mais le champ d’action découlant de celles ci se doit inéluctablement
d’être dirigé, à défaut d’une régulation nous tomberions dans l’anarchie.

Il défend essentiellement la thèse que la fonction de l'État, son rôle véritable au sein de la société,
est d'assurer la sécurité et surtout la liberté des individus. L'auteur se place donc en décalage
avec l'opinion générale de l'époque qui n'envisageait cette fonction que sous l'angle de l'encadrement ou de la domination. C'est dire qu'un État qui repose tout entier sur la répression, qui
terrorise les sujets en les maintenant dans l'esclavage, n'est plus, à strictement parler, un État. Il
ne remplit plus le rôle que le philosophe lui attribue.

Ainsi la réflexion de Spinoza se développera autour de 3 articulations, dans un premier temps
l’auteur expose les fondements de la pensée humaine et démontre que l’état n’est pas en mesure
d’interférer dans l’exercice de celle ci, avant de s’interroger sur ce qui lie intrinsèquement la notion de liberté d’opinion à celle de l’état, en opposant cet aspect fondamental de notre liberté
avec un état qui se rapprocherait du despotisme, puis dans un dernier temps d’identifier la forme
d’autorité étatique qui permettrait d’atteindre l’état le plus proche de celui où les hommes suivent
leur droit naturel, la liberté de penser et d’expression relevant de ce droit naturel.


En tant qu’individu doté de conscience, notre faculté à penser est l’essence de notre être,
notre être en son entier est indissociable de la pensée quelle que soit sa modalité. Outre son caractère fondamental, la pensée chez l’individu est une faculté rationnelle immanente à l’esprit humain. De ce fait, aucune institution ne détient en son pouvoir la capacité de suspendre le jugement humain; ainsi, toute tentative de prohib...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Commentaire de Texte 	<br />
<br />
Trait&eacute; th&eacute;ologico-politique, ch. Corrigé de 3548 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Commentaire de Texte

Traité théologico-politique, ch."
a obtenu la note de : aucune note

Commentaire de Texte <br /> <br /> Trait&eacute; th&eacute;ologico-politique, ch.

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit