NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< >>


Partager

Compléments historiques

Philosophie

Aperçu du corrigé : Compléments historiques



Publié le : 29/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Compléments historiques
Zoom

Aristote (- 385 / - 322). Philosophe grec et précepteur d’Alexandre le Grand. Il fonde en - 335 le Lycée où il enseigne sa philosophie qui se développe à travers la logique (Organon), la physique et la biologie (Du ciel, La Physique, De Vâme, Les Parties des animaux), la métaphysique (La Métaphysique), la morale et la politique (Ethique à Nicomaque, La Politique). Sa thèse principale consiste à rompre avec le dualisme platonicien entre un monde sensible et un monde intelligible en posant l’unité du monde organisé par un principe intelligible (la forme) immanent à la structure de la matière. A la coupure métaphysique de Platon, il substitue seulement une coupure cosmologique au sein de notre monde, entre la région sublunaire du mouvement et de la corruption et la région supralunaire de la régularité et de l’immuabilité des astres célestes. C’est cette coupure qui sera remise en question par l’astronomie de Copernic.

AUGUSTIN, saint (354-430). Théologien, il développe une doctrine qui cherche à concilier la foi avec la raison, proposant dans ses Confessions une méditation sur Dieu et sa création au cours de laquelle il interroge de manière philosophique les notions d’âme, de beauté, du bien et du mal, de temps, de mémoire, etc., et élabore, dans son texte De magishv, une philosophie de la connaissance fondée sur une théorie du signe.

BACHELARD, Gaston (1884-1962). Philosophe français, il s’attache principalement à l’épistémologie, en réfléchissant sur l’esprit du scientifique (Le Nouvel Esprit scientifique) et sur le progrès des sciences

(La Philosophie du non). Sa réflexion le conduit à poser le double principe de l’obstacle épistémologique et de la rupture épistémologique pour accéder à une vérité que seule la raison, qui se sera élevée par-delà les évidences sensibles en rompant avec les intuitions immédiates, pourra construire. Son épistémologie se doublera, à partir de 1937, d’une réflexion sur l’imagination poétique et sur le sens des symboles (La Psychanalyse dufeu).

Bergson, Henri (1859-1941). Philosophe français, il développe une pensée spiritualiste, en vertu de laquelle toutes les formes vivantes résultent de la propagation dans la matière d’un élan vital originaire qui serait au principe de la création de la diversité des êtres. S’opposant ainsi au matérialisme, il refuse l’idée d’une conception mécaniste du rivant, qui serait réductrice, fEvolution créatrice, Matière et Mémoire)

Comte, Auguste (1798-1857). Philosophe français, il fonde la doctrine du positivisme selon laquelle l’esprit scientifique ne doit pas chercher le pourquoi, mais le comment des choses pour en énoncer des lois qui seront l’expression du rapport constant entre les phénomènes. Cette thèse se développe à travers sa théorie des trois états : 1. L’état théologique où les savants recherchent des causes surnaturelles pour expliquer des phénomènes naturels. 2. L’état métaphysique où ils recherchent des vertus abstraites ou des forces occultes pour expliquer les phénomènes naturels. 3. L’état positif ou scientifique où la question comment se substitue à la question pourquoi (Cours de philosophie positive).




Heidegger, Martin (1889-1976). Philosophe allemand, son projet consiste à sauver de l’oubli la question de l’être que la technique occulte au profit d’une domination du monde qui est en même temps un asservissement de l’homme qui oublie sa destination ontologique d’être-au-monde comme être-là, présent à soi-même et à autrui. L’homme doit s’arracher à une existence inauthentiques, qu’il vit sur le mode anonyme du « on », pour penser à la vérité authentique de l’être qu’il est et qu’il doit être en inscrivant ce projet ontologique dans la temporalité (L’Etre et le temps).

Hobbes, Thomas (1588-1679). Philosophe anglais, il pense la politique comme la tâche essentielle de l’homme en fondant l’Etat non plus sur le droit divin, mais sur le libre consentement des hommes qui se matérialise par un contrat. L’Etat qui en résultera, le Léviathan, sera absolutiste pour assurer la paix des citoyens. Ne s’exerçant pas dans l’intérêt personnel du gouvernant, ce pouvoir absolu se distingue d’un pouvoir despotique. Cette pensée du contrat comme fondement légitime de l’autorité politique fait de Hobbes un penseur de la modernité politique (Léviathan).

HUME, David (1711-1776). Philosophe anglais, il défend l’empirisme comme seule position philosophique légitime combattant le dogmatisme de la métaphy

sique classique, en soutenant que toutes nos idées sont des copies des impressions fournies par l’expérience et non des idées innées ou créées par la raison. Le seul pouvoir de la raison est d’associer ces. images en établissant ainsi des relations d’idées en fonction de notre habitude psychologique et de la constance des phénomènes naturels. Cette philosophie aboutit à un « scepticisme mitigé » qui substitue à la certitude de la vérité la croyance en la probabilité. (Traité de. la nature humaine)

Husserl, Edmund (1859-1938). Philosophe allemand, il fonde une théorie de la transcendance sur le concept dynamique de l’intentionnalité : « toute conscience est conscience de quelque chose ». S’opposant à la substantialité de la conscience pensée par Descartes, il reprend l’analyse du moi dans une perspective phénoménologique d’après laquelle il décriera le mouvement de constitution de la conscience comme un mouvement de dépassement vers le inonde qui, en constituant le sujet, constitue aussi le sens du monde. Ses œuvres influenceront en ce sens toute la philosophie existentialiste (La Philosophie comme science rigoureuse, Idées directrices pour une phénoménologie et une philosophie phénoménologique pures, La Crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale).

KANT, Emmanuel (1724-1804). Philosophe allemand, il soumet le pouvoir de la raison à une critique qui a pour fin de délimiter les objets d’une connaissance légitime. Ruinant le rêve d’une vérité absolue que la métaphysique dogmatique prétendait connaître, Kant séparera le domaine des phénomènes, que la raison connaît




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 3320 mots (soit 5 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Compléments historiques" a obtenu la note de : aucune note

Sujets connexes :

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit