NoCopy.net

LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< La « foi » de la mauvaise foi dans L'Etre et ... Peut-on admettre que c’est la mort qui ... >>


Partager

Les conduites de mauvaise foi dans L'Etre et le Néant - 1re partie, chapitre II - Sartre (commentaire)

Philosophie

Aperçu du corrigé : Les conduites de mauvaise foi dans L'Etre et le Néant - 1re partie, chapitre II - Sartre (commentaire)



Publié le : 3/1/2020 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Les conduites de mauvaise foi dans L'Etre et le Néant - 1re partie, chapitre II - Sartre (commentaire)
Zoom

Dans cette seconde partie du texte, Sartre va en particulier examiner des conduites concrètes de mauvaise foi, pour mieux cerner, dit-il, « les conditions de possibilité de la mauvaise foi ». La plupart de ces descriptions de cas de mauvaise foi sont célèbres : la jeune coquette, le garçon de café, l’homosexuel sont autant d’exemples d’une richesse étonnante. Mais pour faciliter leur compréhension, il serait bon d’en dégager les lignes communes. Or, dans tous ces cas, les deux thèmes de l’angoisse et de Y aliénation dominent : nos trois personnages en effet s\'angoissent de leur liberté et tous trois sont aliénés, au sens où ils sont en situation forcée devant autrui : la jeune coquette est livrée au désir de son partenaire, le garçon de café l’est au regard des consommateurs, l’homosexuel l’est au jugement de ses censeurs. S’ils se font de mauvaise foi, c’est précisément pour lutter contre l’angoisse et l’aliénation qui commandent à leur situation. Et leur lutte est de mauvaise foi. .

La mauvaise foi est une attitude défensive de la conscience

La mauvaise foi est donc un moyen de défense (contre l’angoisse et l’aliénation) qui ne veut pas paraître pour tel, et dans lequel la conscience prétend se donner d’autres buts que ceux qu\'elle poursuit effectivement.

Deux questions se posent donc :




Par exemple, un vaniteux, qui s’exhibe sous ses plus beaux atours, sait que ce n’est pas son apparition, mais bien l’approbation qu’elle trouvera en autrui, qui décidera de son succès^ la question de son prestige sera finalement tranchée par autrui, et non par lui. Si le vaniteux tient autrui pour un simple spectateur facultatif, à qui il prête des apparences prestigieuses qu\'il compte pouvoir récu7 pérer, il est de mauvaise foi. Car le sens de son être existe bel et bien, mais en autrui, enfermé dans cette conscience d’autrui qui ne nous apparaît jamais, puisqu’elle est transcendance insaisissable, intériorité fermée sur son secret.

Bref, la conscience, n’ayant réellement le choix qu’entre une consistance fantôme en elle et une consistance volée en autrui, est donc condamnée à se masquer l’angoisse et l\'aliénation fondamentales de sa condition en recourant à la mauvaise foi.

La lutte contre l’angoisse est de mauvaise foi

Selon Sartre, ce n’est pas la peur qui caractérise la conscience humaine, c’est l’angoisse.

- On a peur de ce qui menace notre intégrité, des situations qui risquent de modifier notre vie ou notre rapport à elle. Mais la peur vient toujours du dehors : j’ai peur lorsque le monde échappe à mon contrôle, que des forces font pression sur moi, et qu’il ne me semble pas possible de réagir adéquatement au danger. « J’ai peur » signifie : je ne peux pas compter sur moi dans la situation menaçante où je me trouve.

- Mais l\'angoisse, elle, ne vient pas du dehors : je peux m\'angoisser bien au chaud dans un fauteuil douillet, à l’abri de tout, sauf de moi-même. Je m’angoisse, dit Sartre, quand je me retrouve seul avec ma liberté, c’est-à-dire quand je réalise que moi seul peux décider de moi-même : rien, hors de moi, ne peut prendre ma relève. Mais il n’y a rien non plus en moi qui soit suffisant pour me faire choisir mes actes : mes tendances personnelles elles-mêmes, puisque j’ai conscience d’elles, dépendent, pour me faire agir, du jugement que je porte sur elles.


Par sa fonction de garçon de café, cet homme que décrit Sartre sort perpétuellement de sa condition présente : il improvise à tout instant ce qu’il est devant autrui. Mais cette fonction, il joue à l’être, il ne l\'est pas, puisque s’il l’était, il serait une chose, et non une conscience qui fait fonction de garçon de café.

Le garçon de café a compris que par sa transcendance, il n’était rien pour lui-même, il avait simplement à être quelqu’un devant autrui, son rôle : il joue donc au garçon de café qu\'il n’est pas. Mais il a compris aussi que par sa facticité, il était un objet pour autrui, qu\'il n’était lui-même qu’organisé sous les regards d’autrui : il joue donc ce qu’on le paie à être, il se fait fonctionnel sous les yeux d’autrui. Le jeu de rôle consiste à être pour autrui ce que l’on a à être devant lui, c’est-à-dire ce qu’il attend de nous.

Est-ce à dire que son jeu suffit au garçon de café à sortir de la mauvaise foi ?

La réponse est difficile, car, d’un côté, le garçon de café sait qu’il n’est pas ce qu’il joue à être et qu’il n’est garçon de café que pour les regards posés sur ses voltiges : en cela, il n\'est pas dupe des apparences qu’il crée. Mais en même temps, la permanence de son jeu cristallise ses gestes, c’est-à-dire transforme l’être-joueur en son être-joué : le garçon de café automatise chaque jour davantage sa présence, c’est-à-dire que ce rôle qu\'il joue de mieux en mieux « mord » de plus en plus sur les autres rôles possibles pour lui : sa liberté s’enferme dans son jeu.

Or la répétition du jeu tue le jeu et fait insensiblement prendre au sérieux ce qu’on avait commencé par jouer. Le sérieux, c’est de prétendre être ce que l\'on joue à faire, c’est de transformer un simple rôle en une personnalité.

Le garçon de café prétendra alors être réellement pour lui-même ce qu’il ne peut être qu’en représentation devant autrui. Il prendra sa personnalité objective pour autrui (son rôle) pour l\'être qu’il est destiné à être. Tant qù’il n’est ce garçon de café que parce qu’il joue à l\'être, il n\'est pas de mauvaise foi. Mais dès qu’il joue ce garçon de café



Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 5588 mots (soit 8 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Les conduites de mauvaise foi dans L'Etre et le Néant - 1re partie, chapitre II - Sartre (commentaire)" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit