La Conscience

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Partie 1 : Théorie générale de l’Etat - ... chanter les nouvelles >>


Partager

La Conscience

Philosophie

Aperçu du corrigé : La Conscience



document rémunéré

Document transmis par : philotaker-317089


Publié le : 11/11/2020 -Format: Document en format HTML protégé

La Conscience
Zoom

La Conscience
Introduction générale :
Par définition, Le mot conscience est une perception plus ou moins claire des phénomènes qui renseigne le
sujet sur son existence. C’est une intuition plus ou moins claire que l’esprit du sujet a de ses actes et de ses
étapes. Etymologiquement, le mot conscience vient du mot latin «conscienca » qui veut dire connaître dans le
sens d’agir, de sentir et de penser. Bref c’est le savoir qui distingue l’homme de l’animal. Ce dernier par
exemple peut reconnaître sa nourriture sans savoir qu’il reconnaît, il ne sait pas qu’il sait. Tandis que l’homme
quand il sait, il sait qu’il sait. La conscience est la distance de l’homme au monde et de l’homme à lui-même ;
quand je vois le mur et je le reconnais, je dresse ainsi une distance entre moi et le mur. Pareil quand je suis
conscient de mon état de joie, c’est une distance entre moi et moi-même. (La conscience pourrai être synonyme
de : raison, pensée, entendement, intellect, intelligence, réflexion.
I-

Le sujet

Définition générale :
Dans la langue française, le mot sujet peut avoir plusieurs sens. Il peut désigner l’individu soumis à un
pouvoir politique par exemple, les sujets du roi. Ou d’une fonction grammaticale comme le sujet du verbe par
exemple : je mange une pomme.. Ou ce dont on parle comme le sujet que nous avons abordé.
En philosophie le sujet est l’être pensant, considéré comme le fondement des perceptions qu’il reçoit et
comme l’origine des actions qui lui sont attribuées. Le sujet est une personne, individu, capable de savoir qu’il
est, c'est-à-dire qui prend conscience et de son être, et de ce qui l’entoure. Il existe et il est conscient de son
existence.
L’étymologie latine du mot « sujet » désigne ce qui est sous-jacent et qui subsiste sous les changements.
C’est une substance individuelle, c’est la partie permanente de l’être, celle qui demeure alors que les
changements ont lieu. Rapporter la conscience à un sujet c’est considérer qu’il y a en nous malgré la diversité et
les changements une unité et une permanence. Nous devons à notre conscience notre stabilité et notre identité.
L’identité du sujet n’est pas inscrite dans une essence invariable qui le constituerait de sa naissance à sa mort.
Elle est faite d’expériences variées, de changements successifs, de réinterprétation du passé. La conscience est
ce principe synthétiseur qui effectue l’unification, la structuration du sujet. Ce pouvoir permet à l’homme
d’organiser son existence et de la construire. C’est un pont entre ce que l’homme a fait et ce que l’homme va
faire. Le sujet a, est, une dimension temporelle dans laquelle il se construit.
Comment se forme le sujet ?
Kant a analysé la formation du «je » chez l’enfant.
-

Pendant la période durant laquelle l’enfant parle de lui-même à la troisième personne, il ne fait que se
sentir, c’est à dire se percevoir par connaissance immédiate.
Mais à partir du moment où il se désigne lui- même comme « je », c’est qu’il se pense, qu’il se saisit
comme sujet. Il accède à l’activité intellectuelle, à la conscience de soi. La conscience de soi est le fruit
de cette activité de synthèse qu’est la conscience. L’enfant qui dis «je », a saisi son unité et son identité.
1

Cette prise de conscience est un changement qualitatif de l’être tout entier, changement qui distingue
l’homme de l’animal.
Le mode d’être du sujet :
L’homme est, et il est directeur de son existence à cause de sa liberté. Il est l’être présent au monde,
condamné à confronter des situations auxquelles, librement, il donne signification. Son mode d’être est le «
pour soi ». Son existence précède son essence. Seul le sujet sait que le monde est. Et seul le sujet peut
l’exploiter. Et puisque chaque sujet est «pour soi », les autres sujets sont. Le monde ne prend pas conscience de
son être, il a une essence, une nature. Il est nature. Il est pure coïncidence, adéquation avec lui-même. Pour la
chose qui n’a rien à décider pour elle-même ou à choisir pour elle-même, l’essence précède l’existence.
Les attributs du sujet : comment reconnaitre un sujet ?
Pour que l’homme ne confonde pas objet et sujet, il semble important de connaitre les attributs d’un sujet :
L’individu - sujet est un tout organique, un être vivant formé d’organes dont chacun nécessite les autres.
C’est un échantillon d’une espèce, soumis à des lois instaurées par la nature, lois dont il ne peut
échapper.
- Un sujet est une personne qui n’appartient pas seulement à une espèce, mais aussi à une communauté,
une société qui pose elle-même ses propres règles (interdits et obligations). Le sujet peut échapper à ces
règles, quand il voyage par exemple, il change de société, donc de règle, mais il ne peut pas échapper
aux lois de la nature.
- Un sujet est celui qui peut répondre de ses actes face à lui-même et face à la société. Il se sait auteur de
ses actes. Il reconnaît ses intentions dans ce qu’il a accompli. Le chien qui mord un enfant ne peut pas
comparaître devant un tribunal car il est privé de conscience. Mais le sujet est responsable s’il écrase un
enfant.
- Qu’il soit doté de conscience psychologique c’est à dire conscience de son existence, de sa pensée, de
ses actes et du monde.
Qu’il soit doté de conscience morale qui est un juge ayant pour critère une hiérarchie des valeurs
permettant de distinguer entre le bien et le mal.
- Qu’il soit doté de liberté, de la capacité de choix entre faire et ne pas faire, sans contrainte.
-

L’absence d’une de ces conditions supprimera la culpabilité. N’est pas responsable : l’aliéné psychique,
l’homme qui a agit sous la contrainte de la violence, l’homme qui n’a pas reçu une éducation sur les valeurs de
la société.
Juridiquement parlant, le sujet est celui que l’institution juridique tient pour un agent responsable, celui à qui
sont attribués des droits et des devoirs. On ne peut donner des droits qu’à celui qui se soumet à des devoirs.
C’est à dire à celui qui respecte les droits d’autrui. Le sujet parce que conscient et libre, a des droits et des
devoirs. La chose n’a ni droit ni devoir. C’est cette liberté qui rend le sujet responsable. L’animal ne peut pas
être responsable de ses actes parce qu’il n’est pas doté de conscience psychologique réflexive....


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : La Conscience Corrigé de 7124 mots (soit 10 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "La Conscience" a obtenu la note de : aucune note

La Conscience

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit