COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< LE CYCLE ROMANESQUE COPPET (le groupe de) (Histoire de la littéra ... >>


Partager

COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre

Philosophie

Aperçu du corrigé : COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre



Publié le : 22/11/2018 -Format: Document en format HTML protégé

COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre
Zoom

COUSIN Victor (1792-1867). Philosophe officiel de la monarchie de Juillet, Victor Cousin offre un rare exemple de magistrature intellectuelle : il a accumulé les honneurs et les charges, tenu le rôle de maître de l’éclectisme et magnifiquement incarné l’idéal de l’intellectuel libéral.

 

Issu d’un milieu très humble — il était le fils d’un ouvrier joaillier —, il doit à la protection de bourgeois parisiens, les Viguier, de pouvoir suivre des études secondaires au lycée Charlemagne. En 1810, il entre à l’Ecole normale supérieure. Il y rencontre Laromiguière, qui lui fait découvrir la philosophie. Chargé de remplacer Villemain pour le cours de grec à l’E.N.S. en 1812, il devient maître de conférences en philosophie en 1813.

 

Il fréquente Royer-Collard, introduit en France la philosophie écossaise et allemande, notamment Kant, Schelling et Hegel. Il professe à la Sorbonne, d’où ses opinions libérales le font chasser en 1820. Il se rend en Allemagne, où il est emprisonné pendant six mois pour agitation politique; Hegel le fait libérer. De retour en France, il traduit Platon, édite Descartes, côtoie toutes les figures marquantes du libéralisme et de l’opposition doctrinaire.

 

Réintégré par Martignac, il acquiert un prestige égal à celui de Villemain ou de Guizot. 1830 le consacre définitivement : Académie française; Chambre des pairs; direction de l’E.N.S.; Conseil d’État; Conseil supérieur de l’instruction publique; présidence du jury d\'agrégation (pendant vingt-cinq ans!); poste de ministre dans le second gouvernement Thiers, en 1840.

 

Après 1848, il se retire, conservant cependant son appartement de fonction à la Sorbonne, où il mène une vie paisible de célibataire galant et de bibliophile, n’écrivant plus que des ouvrages mondains sur les grandes dames du Grand Siècle. Ces monographies sur Jacqueline Pascal (1853), Mme de Sablé (1854), Mme de Haute-fort, Mme de Chevreuse (1856), M,le de Scudéry (1858) et Mme de Longueville (1859) lui conviennent mieux,




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre Corrigé de 1359 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre" a obtenu la note de : aucune note

COUSIN Victor : sa vie et son oeuvre

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit