Devoir de Philosophie

David Hume

Publié le 30/09/2013

Extrait du document

hume

Traité de la nature humaine (1740)

 A partir de l'expérience et de l'observation de notre comportement et de nos croyances, Hume analyse ce que nous savons et la manière dont nous savons. Pour lui, il n'y a pas d'idées en soi ou innêes; nos idêes ne sont que des copies de nos impressions les plus vives...

L'oeuvre de Hume a pour objet la nature humaine. Le philosophe entend appliquer à l'homme la méthode expérimentale des raisonnements. Pour lui, les spéculations métaphysiques ne conduisent à rien.

hume

« Principales œuvres L'œuvre de Hume a pour objet la nature humaine.

Le philosophe entend appliquer à l'homme la méthode expérimentale des raisonnements.

Pour lui, les spéculations métaphysiques ne conduisent à rien.

Traité de la nature humaine (1740) A partir de l'expérience et de l'observation de notre comportement et de nos croyances, Hume analyse ce que nous savons et la manière dont nous savons.

Pour lui, il n'y a pas d'idées en soi ou innées; nos idées ne sont que des copies de nos impressions les plus vives.

Ainsi, la source de nos idées provient de nos sens.

Cela implique que ce que nous prenons pour une loi de la nature -une rela­ tion nécessaire, de cause à effet, entre deux phéno­ mènes -n'est qu'une vue de notre esprit: l'habitude d'observer deux phéno­ mènes qui se produisent souvent ensemble finit par nous faire croire qu'il y a un rapport entre eux.

Essais moraux et polltlqaes (1741) Le scepticisme de Hume s'étend â la politique et à la morale.

Pour Hume, l'au­ torité politique n'est pas fondée sur un principe rationnel; elle tire sa légi­ timité de l'agrément et de l'utilité sociale qu'elle pro­ cure aux hommes et est donc un pis-aller plutôt qu'un pouvoir souverain.

Quant à la morale, bien qu'universelle, elle n'a aucun fondement objectif ou scientifique.

Elle relève avant tout du sentiment et du sens commun.

Seule l'action nous pousse à agir, jamais un raisonnement.

Bst donc vrai ou bon ce en quoi nous avons besoin de croire pour agir.

Enquête sur l'entendement humain (1748) Ce résumé du Traité com­ porte un ajout concernant la religion, où l'esprit cri­ tique de Hume frise de très près l'athéisme.

Laques­ tion des miracles comme preuve de l'existence de Dieu y est sérieusement mise à mal.

Pour Hume, non seulement la probité des témoins est loin d'être fiable (ces derniers pou­ vant être en proie à une hallucination collective), mais il serait encore plus miraculeux de croire aux miracles que de ne pas y croire.

De ce fait, la saine raison conseille à l'homme avisé de ne pas y croire (même si Hume ne cdib pas que les miracles n'exis­ tent pas ...

).

Quant à la Pro­ vidence, elle n'est qu'une projection de nos propres qualités transformées en un ~tre suprême.. »

↓↓↓ APERÇU DU DOCUMENT ↓↓↓

Liens utiles