LE SITE D'AIDE A LA DISSERTATION ET AU COMMENTAIRE DE TEXTE EN PHILOSOPHIE

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Nous est-il permis de juger autrui ? Peut-on connaitre autrui ? >>


Partager

Ne doit-on juger autrui que lorsqu’on est soi-même irréprochable ?

Philosophie

Aperçu du corrigé : Ne doit-on juger autrui que lorsqu’on est soi-même irréprochable ?



Publié le : 28/10/2019 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
Ne doit-on juger autrui que lorsqu’on est soi-même irréprochable ?
Zoom

naturellement la légitimité, le droit de juger parce qu’ils font ce qu’ils recommandent aux autres, parce qu’on peut compter sur eux pour que la société n’aille pas à la dérive. Mais ces heureuses personnes, chez qui la vertu semble innée, alors qu’elles ont lutté avec acharnement pour l’acquérir et la conserver, ne courent pas les rues. Si on les attend pour corriger ce qui doit l’être, on attendra longtemps. Il faut donc que les gens ordinaires que nous sommes, qui nous côtoyons chaque jour, apprenions à nous corriger mutuellement, étant entendu que chacun a ses qualités et qu’il traîne ses misères. C’est dans cette reconnaissance de nos qualités et de nosdéfauts que trouve place le vrai jugement, celui qui ne condamne pas, le jugement salutaire, qui cherche à redresser par amour, dans le respect du mystère de l’autre devant Dieu.



Autrui me fait face, il est l’autre en tant qu’il n’est pas moi. Il a des intentions et des motivations personnelles que Dieu seul connaît. A cause de l’impossibilité de pénétrer la conscience de l’autre, on doit se garder de le juger. Et parce qu’on est aussi faillible que lui, la sagesse recommande de porter d’abord et surtout les yeux sur soi-même pour scruter sa conscience.

Cependant, il est possible d’accéder à la conscience d’autrui car il manifeste sa vie intérieure par ses actions qu’on perçoit et déchiffre immédiatement. L’action est ce par quoi nous manifestons dans le monde notre présence efficace, effective, ainsi que nos intentions, projets, convictions et affirmations. C’est donc à partir de ses actions que nous jugeons autrui. 

Juger une action bonne ou mauvaise, c’est se référer à une table de valeurs. « Juger autrui, c’est se juger. » (William Shakespeare), c’est l’amener à respecter ces valeurs et c’est avouer qu’on n’y est pas soi-même toujours fidèle et qu’on s’efforce de l’être. On peut donc juger autrui sans attendre d’être parfait. Si l’on se juge avec sincérité, on peut alors sans crainte juger les autres parce qu’on le fera avec miséricorde et charité.




Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : Corrigé de 1385 mots (soit 2 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "Ne doit-on juger autrui que lorsqu’on est soi-même irréprochable ?" a obtenu la note de : aucune note

150000 corrigés de dissertation en philosophie

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit