NoCopy.net

l'imaginaire

banniere

EXEMPLES DE RECHERCHE


POUR LE SUJET: L'homme est-il réellement libre ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme libre

POUR LE SUJET: En quel sens la société libère-t-elle l'homme de la nature ?
TAPEZ LES MOTS-CLES: homme nature ou homme nature société
»Créer un compte Devoir-de-philo
»
»125895 inscrits
<< Commentaire Lorenzaccio Le monde rural en 1848 >>


Partager

l'imaginaire

Philosophie

Aperçu du corrigé : l'imaginaire



document rémunéré

Document transmis par : choun98-284523


Publié le : 18/1/2017 -Format: Document en format HTML protégé

Sources détectées par CopyScape © :

Aucune source détectée - Document original
l'imaginaire
Zoom



L’imaginaire se situe-il à l’opposé du réel ?

L’imaginaire comme position d’un irréel :

Sartres

Les oiseaux, d’abord, qui sont perçus à travers divers imaginaires dont les symptômes sont les discours produits à leur égard soit pour les décrire, soit pour les qualifier soit en imaginant leurs intentions : imaginaire de « mort ou de menace » lorsqu’ils sont noirs [13] (corbeaux) ou lorsqu’ils se précipitent sur de la chaire fraîche (les charognards) ; imaginaire d’« amour » (les cailles) ou de « fidélité » (les inséparables) mais aussi de « luxure » ou de « perversité » (les perdrix), lorsqu’ils ne se laissent pas attraper et jouent à tromper celui qui veut les attraper [14] ; imaginaire de « vigilance » et d’« intelligence » comme les oies du Capitoles qui évitèrent le massacre de la population de Rome, mais sans oublier que les oies appartiennent également à l’imaginaire de la « bêtise » ou de la « naïveté » (bête comme une oie/oie blanche). Autre exemple : le corps. Le médecin, en l’examinant, le tâtant, le palpant, produit un discours qui en fait un lieu d’apparition de symptômes : c’est l’imaginaire médical de la « trace » ou de l’« indicialité » comme recherche d’une signification cachée sous la manifestation d’un signe. Mais le biologiste considère le corps à travers un imaginaire « tissulaire » et « cellulaire », et le psychanalyste le considère comme lieu de « somatisation ».La conscience imageante est l’objet sur lequel Sartre focalise son attention puisqu’elle nous offre la possibilité d’imaginer. Notre conscience applique aux images une forme d’« affectivité » ; Sartre explique que l’acte d’imagination est notamment régi par certaines « réactions affectives3 » et qu’il reflète la manière dont nous avons perçu l’objet en question. L’imagination est commune à chacun d’entre nous mais elle se fonde également sur notre propre émotivité lorsque nous concevons un objet : il est associé à des sentiments.

Sartre distingue alors clairement la perception et l’image produite par mon esprit. L’image, issue de la conscience imageante, n’est pas la réalité, elle n’est pas l’objet qu’elle représente : elle n’est qu’un rapport à l’objet dont l’observateur a fait l’expérience. L’auteur dénonce et retire le statut que nous conférons habituellement à l’image dans la conscience. En effet, nous avons parfois l’impression que ces images ont l’air plus vraies que nature et ce, alors même qu’elles sont issues de notre conscience. Or, Sartre insiste sur l’idée que l’imagination implique une image totalement différente de la réalité, nous ne sommes donc pas en mesure de tirer de celleci une quelconque information véritable sur le monde réel si nous cherchons à étudier l’image mentale. Selon Sartre, la conscience imageante est soumise, d’une certaine manière, à la génération ou à la corruption : les objets qu’elle s’approprie peuvent changer.

Sartre en vient donc à sa théorie sur la néantisation qui, étymologiquement, signifie « réduire à rien ». Selon lui, la conscience est un néant, c’est-à-dire que l’objet n’est plus un être dans le monde ou un être en soi, ou une réalité extérieure, mais devient un être néantisé. La notion de néantisation implique donc un être pour soi, lorsque l’objet est abordé par la conscience. C’est l’acte même de poser l’étant comme phénomène. Cependant, il serait faux de confondre la néantisation et l’anéantissement puisqu’il ne s’agit pas de « d&e...


Signaler un abus

administration
Ajouter au panierAbonnementEchange gratuit

Corrigé : l'imaginaire Corrigé de 2859 mots (soit 4 pages) directement accessible

Le corrigé du sujet "l'imaginaire" a obtenu la note de : aucune note

l'imaginaire

 Maths
 Philosophie
 Littérature
 QCM de culture générale
 Histoire
 Géographie
 Droit